Si vous voulez acheter un téléphone de seconde main, il y a de fortes chances pour vous tombiez sur une tripotée d’iPhone et peu de téléphones Android. Les raisons derrière cette surreprésentation d’Apple sur ce marché sont économiques et sociologiques, mais le marché tente tout de même de se diversifier.

Depuis quelques années, le marché des appareils reconditionnés gagne en popularité, grâce à ses prix attractifs et ses promesses écologiques. Selon une étude du cabinet d’analyse Kantar daté du début 2021, 34 % des Françaises et des Français ont déjà acheté un mobile d’occasion. Mais sur ce marché, un acteur domine très largement : Apple.

Selon les chiffres de Recommerce (l’un des plus gros reconditionneurs français) sortis le 14 juin 2021, sur les 20 mobiles les plus vendus en France depuis le début de l’année, 14 sont des iPhone. Apple squatte les six premières places du podium et on retrouve dans le classement des modèles allant de l’iPhone 7 à l’iPhone 11 Pro Max. Mais pourquoi diable seuls les smartphones Apple semblent avoir le droit à une seconde vie ? Après tout, les smartphones Android représentent tout de même 76 % des téléphones en circulation en France.

Le classement des meilleures ventes de smartphones reconditionnés pour le début de l’année 2021) // Source : Classement Recommerce

Valeur résiduelle des iPhone plus élevée

La réponse est d’abord économique. « La valeur résiduelle des iPhone est plus élevée, ce qui fait qu’on arrive à en récupérer et en vendre beaucoup plus », explique Augustin Becquet, responsable de Recommerce. En somme, plus la côte d’un mobile est élevée, plus il aura de chance de se retrouver sur le marché de l’occasion. Et au jeu de l’Argus mobile, les iPhone dépassent de loin les téléphones Android.

« La politique tarifaire d’Apple favorise une stabilité des prix de reprise, là où d’autres marques ont des stratégies commerciales plus agressives avec des prix neufs qui chutent rapidement. Cela fait baisser la valeur résiduelle et donc l’intérêt du reconditionné », détaille le Directeur Général de Recommerce. Un Galaxy S21 qui sera régulièrement bradé perdra donc de la valeur sur le marché du reconditionné par rapport à un iPhone qui restera au même prix. De plus, Samsung a une offre de produits plus large avec une gamme de prix plus diversifiée, ce qui n’encourage pas forcément à se tourner vers le reconditionné : l’image de marque peut être achetée neuve, à prix contenu.

Par rapport aux nombres de téléphones neufs vendus, le reconditionné ne récupère que 5 à 10 % du volume // Source : andreahuyoff — Pixabay

Le suivi logiciel assuré par Apple aide aussi les iPhone à garder une bonne côte sur le marché de la revente puisque même un téléphone vieux de 4 à 5 ans continuera de recevoir des mises à jour. Un exploit dont peu de constructeurs Android peuvent se vanter. Enfin, il existe aussi une raison sociologique à la domination de l’iPhone sur le marché du reconditionné. « La cible première de de nos partenaires sur le marché du reconditionné, ce sont des jeunes urbains », explique le DG de Recommerce. Une population relativement aisée économiquement et assez réceptive à l’image de marque d’Apple.

L’entrée de gamme « jetable »

Mais il n’y a pas que cette image de marque qui compte. Le prix d’achat d’un téléphone neuf conditionne aussi beaucoup ses chances d’arriver dans le circuit de la seconde main. « Seuls les téléphones haut de gamme gardent une cote », détaille Augustin Becquet. «  Ce sont les produits les plus ‘réparables’ parce qu’ils coûtent plus cher. Il y a donc un meilleur suivi des composants et on hésite moins à les faire réparer que des téléphones d’entrée de gamme qui sont quasiment des produits ‘jetables’ », conclut-il.

A noter que la portion de téléphones récupérés par les reconditionneurs reste, pour l’heure, faible. Recommerce l’évalue à « 5 à 10 % » du volume des modèles neufs qui se vendent. Le marché commence toutefois à se diversifier : les Samsung Galaxy S10 et le Huawei P30 Pro s’y sont par exemple fait une place confortable.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo