Avec ses toutes dernières lunettes de réalité augmentée, Snapchat veut enrichir le monde réel avec une couche de virtuel. Malheureusement, les technologies actuelles manquent encore de sophistication.

Snapchat mise tout sur la réalité augmentée. L’entreprise derrière l’application éponyme a dévoilé le 20 mai 2021 sa nouvelle paire de lunettes Spectacles qui promet « d’interagir avec le monde en lui insufflant une part de magie » grâce à la réalité augmentée.

Concrètement, les imposantes paires de lunettes permettent de rajouter des filtres virtuels (Lenses, dans le langage Snapchat) sur le monde réel, grâce à un écran embarqué dans les lunettes. Cela ressemble à ce que fait l’application quand on rajoute des oreilles de chien à son selfie, mais avec les Spectacles, tout se passe directement dans votre champ de vision. Snapchat s’est associé avec « des individus novateurs, brillants, passionnés de réalité augmentée et issus de tous horizons » pour faire naître des œuvres en réalité augmentée au sein de nos villes.

Champ de vision limité

Mais contrairement aux précédents modèles de Spectacles, ces lunettes-là ne seront pas immédiatement disponibles dans le commerce, l’entreprise les réservant à quelques influenceurs et influenceuses qui auront pour mission de « projeter l’univers de Snapchat partout où ils le souhaitent ». Il faut dire que la quatrième version des lunettes connectées de Snapchat souffre encore d’importantes limitations.

Le champ de vision exploitable des nouvelles lunettes Snapchat // Source : Snapchat

Au-delà du look qui rappelle un peu des lunettes de cinéma 3D, le champ de vision disponible pour superposer des Lenses sur le monde réel est relativement limité puisqu’il n’atteint que 26,3 degrés. Les Spectacles sont plus une fenêtre entrouverte sur la réalité virtuelle qu’une véritable ouverture sur un nouveau monde.

Autonomie de 30 minutes

D’autres limitations concernent l’autonomie des lunettes qui n’est que de 30 minutes. La faute à des concessions nécessaires sur le design pour préserver le confort et la praticité. La puissance de calcul nécessaire pour afficher des filtres ainsi que la présence de deux écrans complique aussi nettement les choses.

Ces limitations concernant l’autonomie et le champ de vision se retrouvent en réalité sur tous les produits qui proposent la même expérience. Des problématiques physiques — comme la distance des écrans par rapport à l’œil ou la densité des batteries — empêchent ce genre d’accessoire de pleinement nous immerger dans la réalité augmentée. Si les lunettes de Snapchat ont un petit air de prototypes, c’est bien parce que la grande mode de la réalité augmentée n’en est encore qu’à des débuts et montre de premiers défauts de jeunesse.

Des entreprises comme Apple et Facebook planchent également sur des appareils de réalité augmentée, mais avec des délais plus longs puisqu’aucune de ces deux entreprises n’espère commercialiser un produit grand public avant quelques années. Les lunettes de Snapchat ne sont donc qu’un début.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo