En prévision d'une possible réouverture des restaurants en France, le gouvernement souhaite mobiliser le QR Code pour mieux tracer les contacts en cas d'infection. Un test est envisagé pour bientôt.

Après les concerts-tests, prévus en mars et avril, voici venu le temps des restaurants-tests. Objectif de la manœuvre : expérimenter l’utilisation de codes QR dans des établissements précis en prévision d’une éventuelle réouverture des salles même si l’épidémie de covid-19 continue de sévir en France. Or selon Le Parisien, un essai est imminent. « Dans les prochains jours », est-il avancé.

N’escomptez pas pouvoir participer dans votre restaurant favori : nos confrères disent que selon toute vraisemblance, ce sont certains des restaurants réservés aux routiers, qui sont autorisés à ouvrir, qui participeront à l’expérience. Cette phase est décrite comme la première d’une série d’essais par le quotidien. Les choses pourraient aller vite, car les imprimeurs ont été trouvés.

Le code QR (QR signifiant Quick et Response, soit en français code de réponse rapide) est une sorte de code-barres en deux dimensions — son histoire et son fonctionnement sont racontés dans un article dédié. L’idée est d’afficher ces codes à l’entrée des restaurants (il faudra des affiches, des autocollants et tout le nécessaire pour générer ces codes), afin que le public puisse les scanner avec un smartphone.

Souvenir du monde d’avant. // Source : Pixabay

Un scan de code QR via TousAntiCovid

Le scan des codes QR passera par l’application mobile TousAntiCovid, qui a été développée pour tracer les contacts à proximité d’une personne malade (si elle s’est signalée dans le logiciel et que les personnes autour s’en servent, évidemment) et remonter les chaînes de contamination. Cela permettra en théorie d’alerter toutes les personnes présentes dans le restaurant le jour où un malade s’y trouvait aussi.

Ce projet est connu depuis le début de l’année, lorsqu’il a été découvert un projet de décret visant à préparer le terrain pour plusieurs évolutions. Il était alors déjà question de profiter de TousAntiCovid, qui est bien plus répandue que sa version précédente (StopCovid) : l’outil a été téléchargé et activé plus de 13,4 millions de fois — mais ça ne dit rien sur le nombre de personnes qui s’en servent vraiment, et au bon moment.

Au départ, le gouvernement semblait tabler sur un déploiement plus rapide, dès la fin du mois de janvier, mais rien n’est venu. La situation sanitaire en France n’est de toute façon pas fameuse : plusieurs statistiques clés permettant de suivre la virulence pandémique sont relativement hautes, ou en progression. Mais la poursuite de la vaccination devrait finir par peser sur ces courbes.

Si l’utilisation des codes QR dans les restaurants est aujourd’hui envisagée, l’idée peut être dupliquée ailleurs : concerts, théâtres, cinémas, musées, salles de sport. Elle pourrait aussi être déployée dans des établissements publics. Cependant, les contours du dispositif sont encore flous. Des interrogations demeurent encore, notamment en termes de contraintes et de données à caractère personnel, ainsi qu’en matière de stockage tout court : tout juste sait-on que le système ROBERT, utilisé pour le traçage des cas contacts entre deux smartphones par TousAntiCovid, ne sera pas utilisé dans ce cas.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo