Trois concerts expérimentaux vont être organisés à Marseille et Paris, en mars et avril, pour étudier scientifiquement les possibilités d'une reprise de ces événements dès cet été.

Pour qu’une vie culturelle puisse reprendre alors que la campagne de vaccination suit son cours contre le coronavirus, il faudra une période de transition, durant laquelle de strictes mesures sanitaires devront être appliquées dans les établissements concernés. Il en va de même pour les lieux de fête, les concerts étant de potentiels foyers épidémiques en raison de la promiscuité physique entre participants.

Invitée le lundi 15 février dernier sur LCI, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé la préparation de concerts-tests visant à expérimenter la tenue de tels événements dès cet été. Trois concerts sont envisagés pour mars/avril :

  • Deux concerts à Marseille, au Dôme, incluant chacun un public de 1 000 personnes, «  assises avec possibilité de se lever » pour applaudir, danser, mais en restant à sa place. Ce test se tiendra dans la deuxième quinzaine de mars.
  • Un concert à Paris, à l’AccorHotels Arena, avec un public de 5 000 personnes, debout dans la fosse.
Roselyne Bachelot était invitée sur LCI quand elle a annoncé ces concerts-tests. // Source : LCI

L’expérimentation marseillaise sera pilotée par le pôle local de l’Inserm, quand celle se déroulant à Paris sera organisée avec l’APHP. Un grand colloque scientifique se tiendra ensuite à Marseille, le 8 avril, « où les différentes expérimentations pourront être confrontées », a expliqué la ministre. Les dates seront maintenues sous réserve qu’il n’y ait pas, à ce moment, de surtension épidémique.

Quelles mesures pour encadrer les tests ?

Pour les concerts marseillais de 1 000 personnes chacun (des volontaires de 20 à 40 ans sans comorbidités), un dépistage aura lieu sept jours après, mais pas au début. Les personnes éventuellement positives ne seront pas filtrées à l’entrée « parce qu’il faut se mettre dans la situation où il y a un brassage », a précisé Roselyne Bachelot. Tous les protocoles sanitaires habituels seront quant à eux en place, comme le masque obligatoire ainsi que la distribution de gel hydroalcoolique.

Dans le Figaro, le médecin urgentiste Vincent Estornel, qui participe à l’organisation des concerts-tests marseillais, ajoute que les événements auront lieu en journée et que l’heure sera dévoilée au dernier moment, «  pour éviter les rassemblements de fans à l’extérieur du Dôme ». À l’intérieur du Dôme, aucune place ne sera attribuée à l’avance afin d’éviter que les gens aient à se croiser : les places devront être prises au fur et à mesure de l’entrée dans la salle.

Chaque concert de l’expérimentation marseillaise sera divisé en deux blocs :

  • Un premier groupe sera installé sans distanciation physique ;
  • L’autre avec un siège vide entre chaque personne. «  Nous pourrons ainsi faire une étude dans l’étude », a expliqué Vincent Estornel au Figaro.

Quant au concert se déroulant à l’AccorHotels Arena de Paris, la jauge sera de 5 000 personnes, et il y aura, d’après les dires de la ministre, une comparaison avec un autre groupe miroir ne participant pas au concert. Le dépistage aura lieu cette fois-ci au début, et après la tenue de l’événement, mais toujours sans filtrage afin que l’étude soit en conditions réelles.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo