La dernière mise à jour des chiffres clés de TousAntiCovid indique qu'il y a eu plus de 4 millions de téléchargements de TousAntiCovid, la nouvelle application française pour le traçage des contacts. Mais cette statistique inclut les téléchargements survenus du temps de StopCovid.

TousAntiCovid va-t-elle réussir là où StopCovid a échoué ? Pour ce qui est de sa diffusion au sein de la population, sans doute. En effet, la nouvelle version de l’application de traçage des contacts connaît un meilleur démarrage que sa prédécesseure, signe à la fois d’une plus grande acceptabilité de l’outil auprès des personnes hésitantes ou circonspectes, mais aussi d’une visibilité accrue auprès de celles et ceux qui n’en avaient pas entendu parler.

Selon les chiffres clés que TousAntiCovid propose dans une rubrique dédiée, et qui ont été mis à jour tôt dans la matinée du 26 octobre, le nombre de téléchargements a dépassé la barre des 4 millions. Il s’agit précisément du nombre de personnes qui ont téléchargé et activé l’application depuis le 2 juin 2020. Mais il y a en fait une subtilité : ce nombre inclut les téléchargements survenus du temps de StopCovid.

Lors de sa carrière opérationnelle, qui s’est étendue du 2 juin au 22 octobre, date à laquelle elle a été remplacée par TousAntiCovid, StopCovid avait déjà été téléchargée entre 2 et 2,5 millions de fois, selon les statistiques connues les plus récentes. Pour le dire autrement, et en prenant une fourchette large, StopCovid a été téléchargée près de 2,5 millions de fois en presque cinq mois d’activité.

StopCovid n’a pas su trouver son public ni démontrer son efficacité sanitaire. // Source : Louise Audry pour Numerama

Si l’on retranche ces 2,5 millions aux 4 millions mentionnés par TousAntiCovid, on peut donc évaluer que la nouvelle application aurait été récupérée près de  1,5 million de fois depuis son renommage le 22 octobre, il y a quatre jours. Cette estimation doit toutefois être lue avec prudence, car la fourchette de téléchargements concernant StopCovid date de fin juillet — même si elle semble ne pas avoir vraiment bougé depuis, à en croire un rapport daté de septembre du comité de contrôle et de liaison Covid-19.

Une autre nuance doit être apportée à ce chiffre : le nombre de désinstallations, qui n’est pas mentionné dans l’application. Concernant StopCovid, il a été évalué à 700 000. Il n’y a pas de raison que TousAntiCovid échappe à ce phénomène, même s’il est probablement anecdotique à ce stade.

En revanche, cela interroge sur ce que recouvrent précisément ces 4 millions de téléchargements : s’agit-il de téléchargements uniques ou bien cela inclut-il aussi des personnes ayant par exemple abandonné StopCovid, mais laissant une autre chance à TousAntiCovid ?

Toujours est-il que le bon démarrage apparent de TousAntiCovid est à mettre sur le compte de plusieurs facteurs, dont principalement la curiosité pour une « nouvelle application » (les différences sont en fait assez minces : c’est surtout un redesign avec l’ajout d’un centre d’information et d’une rubrique de conseils). L’application ne sera toujours pas compatible avec les autres apps de contact tracting en Europe). Autre facteur qui a pu jouer : le fait que la situation sanitaire soit objectivement préoccupante en France, et que la communication du gouvernement a désormais fait de TousAntiCovid un geste barrière officiel, en plus de la présence de statistiques diverses sur l’épidémie dans l’app.

Bond des notifications en 4 jours

Outre les téléchargements, l’application renseigne en effet plusieurs autres chiffres clés : le nombre de personnes notifiées par l’application (1 173 depuis le 2 juin — mêmes remarques qu’avec StopCovid), le nombre de cas de Covid-19 déclarés dans l’application (18 405 — idem), mais aussi des données épidémiologiques : le nombre de nouveaux cas en France au cours des dernières 24 heures, le taux de reproduction du virus, le taux d’incidence, le taux de positivité et le taux d’occupation des lits en réanimation.

Les statistiques sur le nombre de personnes notifiées par TousAntiCovid doivent aussi être lues avec distance : aux dernières nouvelles, StopCovid a été responsable de l’envoi de près de 800 notifications en presque cinq mois d’existence. Or ces quatre derniers jours, c’est-à-dire depuis le démarrage de TousAntiCovid, ce nombre est passé à 1 173, ce qui suggérerait un bond des notifications en moins d’une semaine (+300 ), ce qui contraste fortement avec les performances de StopCovid.

StopCovid a été remplacée par TousAntiCovid, et est dotée d’un nouveau logo.

Comment l’expliquer ? La trajectoire des courbes de contamination joue sans doute un rôle : entre juin et septembre, c’est-à-dire sur une bonne partie de la carrière opérationnelle de StopCovid, l’épidémie semblait globalement baisser. En outre, c’était une période propice aux congés, avec l’arrêt des cours et le départ de nombreuses personnes en vacances. Et pour ce qui est des tests, dont les résultats permettent d’informer l’application, ils étaient nettement moins nombreux qu’aujourd’hui. Dès lors, la probabilité d’une détection et d’une notification StopCovid était moindre.

Depuis la rentrée, la dynamique est différente : l’épidémie est repartie franchement, les tests sont désormais réalisés massivement et les conditions d’une détection et d’une notification par TousAntiCovid sont plus favorables : l’école a repris, ainsi que le travail, avec tout ce que cela implique en termes de proximité entre les personnes, y compris dans la durée (rappelons que TousAntiCovid comme StopCovid fonctionnent quand deux smartphones sont à moins d’un mètre de distance et pendant quinze minutes).

Mais au-delà des chiffres et de ce qu’ils recouvrent, la vraie question sera de savoir si cette nouvelle version de l’application de contact tracing aura une efficacité épidémiologique — car c’est là le vrai enjeu de TousAntiCovid : qu’elle serve à épauler les brigades sanitaires dans la remontée des chaînes de contamination. Or jusqu’à présent, le choix de mobiliser des outils high tech n’a pas été décisif, en Europe du moins. Et cela, même pour des apps qui ont été téléchargées des millions de fois.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo