Beat continue de parfaire son catalogue en lançant les Beats Flex, des écouteurs sans fil très abordables, vendus sous la barre des 50 euros.

Aujourd’hui, on peut bel et bien affirmer que le rachat de Beats par Apple a été salutaire pour l’accessoiriste audio. L’entreprise a volontiers abandonné son image de marque bling-bling. Ses trois derniers produits — Powerbeats Pro, Solo Pro et Powerbeats — sont là pour le confirmer : on peut compter sur les produits Beats au moment d’associer confort d’utilisation et qualité audio.

En octobre 2020, Beats continue de parfaire son catalogue en accueillant les écouteurs Flex. La particularité de ces nouveaux accessoires pour les oreilles tient dans leur prix, placé sous la barre des 50 euros, soit trois fois moins que les Powerbeats (et cinq fois moins que les Powerbeats Pro). Pour ce tarif très abordable, on est obligé de faire quelques concessions. Mais un tel positionnement attise forcément la curiosité : que faut-il sacrifier pour payer aussi peu cher ?

Les écouteurs Beats Flex, très flexibles // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La souplesse avant tout

Reprenant la forme des BeatsX, les Beats Flex sont des écouteurs sans fil, mais pas 100 % sans fil. En effet, ils sont reliés à un tour de cou répondant à l’appellation Flex-Form. Il s’agit d’un design pensé pour le côté pratique, articulé autour d’un matériau ultra souple susceptible d’être tordu dans tous les sens. D’aspect, les Flex donnent  l’impression de pouvoir être arrachés en quelques secondes. Il serait ainsi légitime de craindre une durabilité limitée. On manque de recul sur ce point, mais toujours est-il qu’on ne conseillera pas de mettre trop les Flex à l’épreuve, sous peine de vite les abimer. Ils n’ont d’ailleurs aucune résistance particulière à l’eau, et ne sont livrés avec aucune pochette de rangement. Contrairement aux Powerbeats (Pro comme normaux), l’utilisation dans le cadre d’une pratique sportive n’est pas une bonne idée.

Beats a opté pour une palette de coloris pop pour les Flex. En plus du noir et du gris, on trouve du bleu clair et du jaune acidulé (qui tire un peu sur le vert).

Le port USB-C des écouteurs Beats Flex // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Intégration Apple

Les Beats Flex sont équipés de la puce W1 développée par Apple. Elle permet aux écouteurs d’être connectés en quelques secondes à un appareil conçu par la firme de Cupertino (puis de les retrouver sur tous ceux partageant un même compte iCloud). Ils font en revanche l’impasse sur la puce H1, plus évoluée et qui autorise par exemple la commande vocale « Dis Siri ». Bien sûr, les Beats Flex sont compatibles avec les terminaux Android — en passant par l’application ad hoc.

Les Flex vont à l’essentiel

En termes de fonctionnalité avancée, on peut noter que les Flex mettent automatiquement la musique en pause quand on les met dos à dos (ils sont magnétiques). Pratique, sachant que cela ne les éteindra pas complètement.

Au niveau des boutons, les Flex vont à l’essentiel avec le contrôle du volume d’un côté et un minuscule bouton multifonctions de l’autre (situé à l’intérieur de la barrette de contrôle gauche). On retrouve les manipulations standards : un clic pour lecture/pause/gestion d’un appel, deux clics pour passer à la chanson suivante, trois clics pour revenir à la chanson précédente et un appui long pour lancer l’assistant vocal.

Le bouton multifonctions des écouteurs Beats Flex // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Quatre embouts

Une fois que l’on porte les Flex, on se dit que Beats les a pensés pour le confort. Très légers (moins de 20 grammes), ils n’imposent aucune sensation de poids sur les épaules ou sur la poitrine (quand on ne les insère pas dans les oreilles). Sinon, ils restent des intra-auriculaires, soit une forme que certains déplorent. Les Flex ne vous la feront pas apprécier plus, malgré la présence de quatre tailles d’embout et un caractère intrusif finalement très léger (on a connu plus inconfortable).

Veillez à essayer tous les embouts en raison de l’isolation passive très décevante des écouteurs. Les Flex n’ont aucun mal à tenir dans les oreilles. Mais on ne pourra pas en dire autant de leur propension à atténuer naturellement les bruits venant de l’extérieur. Pour corriger cet écueil, opter pour un bouchon plus large peut aider. En ce qui nous concerne, on n’a pas hésité à tester les plus gros et nous avons senti tout de suite une différence positive.

Comme déjà mentionné, les Flex ne sont pas pensés pour les athlètes en herbe. Leur forme les prédestine davantage à un usage sédentaire tandis que le tour de cou peut gêner certains mouvements.

Les quatre tailles d’embouts pour les Beats Flex // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un son logiquement en retrait

Peut-on vraiment être exigeant avec des écouteurs vendus sous la barre des 50 euros ? La réponse est non quand on observe un marché qui concentre, aujourd’hui, des références haut de gamme vendues cinq fois plus cher. Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’il faut enterrer les Flex trop vite. Malgré leur atténuation de bruit passive au mieux relative, les écouteurs de Beats parviennent à tirer leur épingle du jeu grâce à un rendu globalement équilibré. Comme on l’a déjà écrit pour les Powerbeats, les Powerbeats et le Solo Pro, le constructeur a abandonné cette emphase sur les basses assommantes. C’est un vrai plus pour les Flex, qui conservent quand même cet ADN misant sur les graves pour assurer une écoute dynamique.

Un rendu globalement équilibré

Bien sûr, il ne faut pas attendre monts et merveilles des Flex. Ils iront plus loin que les EarPods — toujours livrés avec les iPhone en France (puisque c’est la loi) — mais n’offrent pas une précision de tous les instants. Face à ce côté un peu brouillon, il faut se rappeler que pour 50 euros, on peut difficilement offrir un rapport qualité/prix aussi appréciable. Ce constat implique des concessions inévitables et, de toute façon, les mélomanes se tourneront vers une solution bien plus onéreuse.

12 heures d’autonomie

Avec douze heures d’autonomie annoncées par Beats, les Flex ont de quoi tenir une journée pleine. Ils sont compatibles avec la technologie Fast Fuel, qui leur permet de récupérer 1h30 d’écoute en 10 minutes de charge.

Le petit câble USB-C fourni avec les Beats Flex // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Vous pensiez trouver un port Lightning sur les écouteurs ? Eh bien non. Pour les Flex, Beats a fait le choix de l’USB-C. Il peut paraître étonnant, mais il ravira d’autant plus les utilisateurs Android (plus habitués à cette interface qui a pris place sur beaucoup de smartphones).

En bref

Beats Flex

Note indicative : 3/5

Mettons au placard nos exigences pour apprécier les Beats Flex à leur juste valeur. Pour moins de 50 euros, l’entreprise propose la simplicité d’utilisation des produits, dans le même esprit que Apple, et un rapport qualité/prix indéniable. Il y a des concessions logiques, mais rien de franchement rédhibitoire pour un produit d’entrée de gamme.

On pourrait faire une liste des choses qui ne vont pas avec ces Beats Flex, en mettant tout en haut cette isolation passive douteuse. Mais autant se concentrer sur les qualités : un design pratique, un confort bienvenu, un rendu sonore à la hauteur de la somme investie et un port USB-C. Oui, un port USB-C.

Top

  • Le prix
  • L'intégration dans l'écosystème Apple
  • Le port USB-C

Bof

  • Solidité discutable
  • Manque de clarté sonore
  • Isolation passive risible

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo