Né en 2002, Safari est le navigateur web développé par Apple, dont les principales parts de marché se trouvent essentiellement dans les produits de la firme de Cupertino. Que sait-on de l'origine du nom de ce logiciel ?

Saviez-vous qu’avant de s’appeler Safari, le navigateur web d’Apple était intitulé en interne Alexander et parfois surnommé iBrowse ?

L’anecdote est racontée par Don Melton dans un article de blog publié en 2012. L’intéressé est bien placé pour le savoir : cet ancien cadre qui a travaillé plus de dix ans chez Apple a été à l’origine du navigateur ainsi que de son moteur de rendu HTML, WebKit, qui sert à afficher correctement les pages web. Le nom final a même été choisi à peine un mois avant la sortie de la première version de Safari, le 7 janvier 2003.

Les circonstances exactes dans lesquelles Safari a été privilégié à d’autres noms ne sont hélas pas connues avec certitude — en tout cas pas de Don Melton. Celui-ci a avoué qu’il n’avait pas assisté à la réunion fatidique et qu’il ne connaissait pas avec exactitude le nom de la personne qui a fait cette suggestion. Pourtant, Don Melton avait précédemment participé à d’autres discussions sur le sujet.

Don Melton
Don Melton, en 2013. // Source : Andy Delcambre

Parmi les pistes envisagées, il y avait notamment Freedom, qui ne déplaisait pas à Steve Jobs, relate Don Melton. « Steve a passé un certain temps à essayer ce nom », en le prononçant à haute voix pour entendre comment il sonnait à ses oreilles et pour observer la réaction de l’auditoire. Il faisait de même pour d’autres mots, mais sans qu’ils impriment de la même façon — du moins croit se rappeler Don Melton.

« Il l’a peut-être apprécié parce qu’il évoque une image positive de personnes libérées », suggère Don Melton. D’ailleurs, élabore-t-il, le nom renvoyait aussi d’une certaine manière à la réalité du marché de l’informatique dans les années 2000. «  Il parlait de notre propre liberté par rapport à Microsoft et Internet Explorer, la société et le navigateur dont nous dépendions à l’époque ».

Si le surnom d’iBrowse ne mérite guère d’explication (il s’agit d’un clin d’œil à l’iPod, qui était lancé depuis 2001 et rencontrait un vif succès), celui d’Alexander est incertain. Ars Technica avance l’hypothèse Alexandre le Grand, en rappelant que WebKit est adapté du moteur de rendu KHTML, qui sert dans le navigateur Konqueror — qui veut dire conquérant en anglais, un descriptif qui décrit bien le roi antique de Macédoine.

Des surnoms d’animaux sauvages pour Mac OS

Reste une question : Pourquoi Safari ?

La littérature ouverte est chiche en informations. Une hypothèse non confirmée discutée sur les forums d’Apple évoque un nom faisant écho aux autres navigateurs de l’époque, qui évoquait aussi une certaine idée de l’aventure — ce que peut être un safari. On retrouve cette idée d’aventure dans Netscape Navigator (c’est-à-dire navigateur), Internet Explorer (explorateur) ou Konqueror.

Autre piste qui a peut-être pu influencer le choix final du nom : à partir de Mac OS X 10, Apple s’est mis à donner des surnoms d’animaux sauvages pour chaque grande version de son O.S. : guépard, puma, jaguar, panthère, tigre, léopard, lion, etc. Autant d’animaux que l’on pourrait croiser lors d’un safari. En outre, ces versions sont sorties entre 2001 et 2012. Soit pile pendant la période où Safari est arrivé et s’est développé.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo