Dans le monde entier, la peur du coronavirus et les consignes de confinement et de distanciation sociale ont modifié les habitudes de déplacement de la population. Un phénomène qu'Apple montre en partageant des données anonymisées et agrégées issues de Plans, son outil cartographique.

Google sait très bien comment se sont déplacés les Français et les Françaises quand le confinement a été mis en place le 17 mars. Il s’avère que c’est aussi le cas d’Apple. La firme de Cupertino propose un espace dédié qui permet de visualiser les tendances en matière de mobilité depuis le début de l’année. Sans surprise, les graphiques présentés sont très similaires à ceux de Google.

Trois tracés sont proposés et représentent l’évolution dans le temps des déplacements à pied, dans un véhicule individuel ou dans les transports en commun. S’ils présentent une stabilité remarquable entre le 13 janvier et mi-mars 2020, avec des variations mineures, un effondrement brutal s’observe ensuite, avec des diminutions de -78 à -88 % par rapport à une situation normale.

Particularité du service mis en ligne par Apple, le focus sur certaines grandes villes. Il est possible d’afficher l’historique des déplacements pour Paris, Lyon, Lille et Toulouse. Hormis les écarts que l’on peut constater sur la période de pré-confinement, et qui proviennent des spécificités urbaines de chaque ville et de l’offre locale en matière de transports, toutes les courbes chutent également à la mi-mars.

En revanche, Apple ne fournit aucune donnée pour d’autres grosses agglomérations, comme Marseille, Bordeaux, Montpellier Nantes, Lille ou Strasbourg.

Les déplacements observés par Apple Plans pour quatre villes françaises // Source : Apple

Des données anonymes et agrégées

À l’origine de ces visualisations se trouve l’outil cartographique Apple Plans, qui est le pendant de Google Maps dans l’écosystème de la firme de Cupertino. L’entreprise s’est basée sur l’activité de sa clientèle utilisant cette application pour observer l’évolution de leurs trajets dans le temps. Mais l’entreprise veut être très claire : ce suivi est anonyme et les données sont agrégées.

Elles «  sont générées en comptant le nombre de demandes d’itinéraires effectuées dans Plans », explique Apple. L’appli «  n’associe pas les données de mobilité à l’identifiant Apple des personnes qui l’utilisent et Apple ne conserve pas l’historique de leurs déplacements ». Quant aux données, elles « sont associées à des indicateurs aléatoires qui se réinitialisent en permanence. »

Si ces graphiques sont accessibles au public, Apple les propose surtout pour les autorités sanitaires et les gouvernements pour les aider à ajuster leurs politiques publiques face à la pandémie. Elles n’ont pas vocation à être disponibles très longtemps ni à être actualisées au-delà de l’actuelle crise sanitaire.

Le rapport d’Apple // Source : Apple

Crédit photo de la une : Wikimedia Commons/Tony Grist

Partager sur les réseaux sociaux