Harman Kardon commercialise un kit home cinéma sans fil complet qui a la particularité d'être simple à utiliser. Seul hic ? Son prix élevé qui pourrait en refroidir plus d'un.

Dans le domaine du son à la maison, plusieurs écoles s’opposent. Il y a les férus qui n’hésitent pas à dépenser des milliers d’euros pour se constituer une installation que ne renierait pas une vraie salle de cinéma. Il y a ensuite les moins exigeants, qui préfèrent s’en remettre à une barre de son, qui présente un format idéal pour aller plus loin que les hauts-parleurs d’un téléviseur. Et puis il y existe un entre deux : un public qui ne veut pas s’embarrasser de toute la logistique d’un home cinéma (le câblage) mais ne se satisferait pas d’une simple barre de son. Le kit Harman Kardon Surround semble adapté à ce public, malgré un prix très élevé (2 500 euros).

La particularité du produit se niche dans cette promesse d’une installation rapide et simple. En effet, le kit est 100 % sans fil, ce qui oblige moins à repenser l’agencement chez soi pour accueillir un 5.1. Harman Kardon fait appel au protocole WiSA, une technologie audio qui définit les standards pour des configurations multicanaux dites haute résolution. Elle permet surtout de se débarrasser des câbles reliant normalement des enceintes à un amplificateur.

Compact et premium

Le Harman Kardon Surround n’est pas un kit associant une barre de son et deux enceintes satellites, comme c’est parfois le cas avec ce type de produit. Il s’agit vraiment d’une association entre cinq enceintes distinctes, soutenues par un caisson de basse. Côté design, le constructeur a fait le choix de l’harmonie : les hauts-parleurs avant (gauche et droite) et arrière (gauche et droite) sont les mêmes (ce qui ne veut pas dire qu’on peut les intervertir). Seule la centrale  diffère des autres, puisqu’elle est placée à l’horizontale. On loue d’ailleurs le choix d’une vraie enceinte plutôt que d’une barre, susceptible de prendre plus de place devant la télévision et, dans certains cas, de couvrir le bas de l’écran.

Une enceinte du Harman Kardon Surround // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Harman n’est pas une marque premium pour rien : c’est la sobriété qui prime dans son home cinéma sans film. Les designers ont également compris que le public visé ne voulait pas d’immenses colonnes qui prennent de la place dans un salon. De fait, les satellites, arborant une finition métallique (plutôt qu’en tissu), ne mesurent même pas 10 centimètres de haut et peuvent être facilement fixés au mur avec des accroches murales (fournies). Quant au caisson de basse, élément souvent imposant dans une configuration de ce type, il est très fin — 12 centimètres — et peut se glisser très facilement n’importe où (même sous un canapé). En somme, le kit est pensé pour se fondre dans un intérieur, plutôt que de s’y imposer.

Le constructeur a fait le choix de l’harmonie

La télécommande suit cette tendance à la simplicité, les finitions haut de gamme en moins. Elle assure néanmoins l’essentiel en termes de touches (une par entrée HDMI) et de fonctionnalités accessibles (changement de modes d’écoute, désactivation des effets surround…).

La télécommande du Harman Kardon Surround // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Le home cinéma facile

Installer un home cinéma n’est pas une tâche facile. Il est nécessaire de prévoir à l’avance le placement des enceintes afin d’optimiser l’espace en fonction de la place disponible, de l’opportunité de masquer facilement les câbles et des exigences acoustiques (on ne place pas au hasard). Avec sa solution, Harman enlève une partie du problème : l’argument sans fil autorise quelques latitudes supplémentaires. Néanmoins, il faut garder un point important en tête : chaque enceinte doit être alimentée par une prise de courant et il faut dès lors retenir que le sans fil absolu n’existe pas. Pour profiter du kit, il faut donc libérer sept prises (cinq enceintes, le hub et le caisson de basse).

Il suffit simplement de brancher dans l’ordre

Passée cette considération à connaître, il est intéressant de voir qu’Harman a opté pour une approche très, très accessible. Ainsi, quand on ouvre la boîte, on découvre un schéma précis renseignant sur la position de chaque élément numéroté, renvoyant à des boîtes individuelles numérotées elles-aussi. Et comme les enceintes sont pré-configurées, il suffit simplement de brancher dans l’ordre puis de faire un rapide tour par l’application Google Home pour que la magie opère. Il n’y a même pas d’étape de calibration, ce qui permettrait pourtant d’améliorer la cohérence de l’ensemble.

L’existence de ce schéma est une bénédiction pour celles et ceux qui débuteraient dans le domaine et n’auraient pas envie de chercher des instructions complexes. Il permet aussi d’éviter certaines erreurs de débutant, notamment l’inversion de la gauche et de la droite (ils désignent une position par rapport au point d’écoute, non pas la vraie gauche ou la vraie droite du téléviseur).

Schéma de placement du Harman Kardon Surround // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La polyvalence

Le boîtier de liaison se substitue à l’amplificateur que l’on trouverait dans un home cinéma classique (dans un format beaucoup plus compact). En effet, on peut y connecter tous les appareils dont on dispose (box télé, consoles…) sur l’une des quatre entrées HDMI ou l’un des ports audio (auxiliaire, optique). La sortie HDMI, à relier à la télévision, est compatible ARC tandis que tous les ports HDMI sont bien évidemment d’obédience 4K et HDR (Dolby Vision y compris). En termes de polyvalence et de possibilités de branchement, le Harman Surround est tout sauf limité. Et puisqu’il fait du sans fil sa principale force, il peut accepter des contenus musicaux en Bluetooth et en Chromecast (pas en AirPlay).

Arrière du boîtier de liaison Harman Kardon Surround // Source : Maxime Claudel pour Numerama

En ce qui concerne les formats audio, le kit accepte le Dolby Digital et le DTS sans broncher. Toutefois, n’attendez pas de lui une compatibilité avec leurs variantes les plus évoluées — notamment le Dolby Atmos et le DTS:X. Si vous voulez un spectacle son en 3D, il faudra se tourner vers un autre produit. Le produit d’Harman n’a, de toute façon, pas l’équipement adéquat pour tendre vers ce degré d’immersion nécessitant des hauts-parleurs dédiés.

La patte Harman

Harman promet bien évidemment un son qualité cinéma à la maison avec ces enceintes sans fil. On commencera par noter l’absence d’une latence perceptible : durant nos séances (jeux vidéo, films, séries), on n’a perçu aucun décalage entre le son et l’image (au pire, on peut ajuster manuellement). C’est déjà une première qualité. En revanche, on a parfois été embêté par des soucis de désynchronisation entre le boîtier de liaison et les enceintes — ce qui occasionne des coupures de quelques secondes pendant une activité. À noter qu’ils ont été plus rares dans une pièce moins garnie en appareils électroniques. Les risques d’interférence ne sont donc pas à négliger avec ce type de produit.

Un spectacle cohérent et plaisant

Le fait que le kit repose sur cinq vraies enceintes installées autour de l’utilisateur aide énormément en termes de spatialisation. Le placement des effets est juste et il n’y a pas de différence de niveau entre les scènes frontale et arrière. Dans un jeu vidéo, on gagne vraiment en immersion, avec une dynamique soutenue et des basses généreuses tout ce qu’il faut. Si on n’atteint jamais vraiment le degré de précision d’une installation plus exigeante, toujours est-il que le spectacle est bel et bien assuré. Il s’agit d’un vrai bond en avant face à de simples hauts-parleurs. Les quelques modes d’écoute, qui agissent sur la courbe d’égalisation, ont le mérite d’ajouter un soupçon de personnalisation en fonction du contenu diffusé (il y a d’ailleurs un mode Personnel). Dans la majorité des situations, le mode Standard est pertinent, puisqu’il a moins tendance à dénaturer et à surjouer.

En tout cas, cet Harman Kardon Surround n’est jamais dans l’esbroufe, plutôt dans l’équilibre. À ce sujet, sa capacité à détacher les dialogues dans les films et les séries est un vrai argument. Ils ne sont jamais écrasés par une avalanche d’effets et c’est appréciable pour l’intelligibilité — sachant que l’enceinte centrale, dédiée à cette tâche, n’est jamais un élément très simple à régler dans une configuration home cinéma. Là, tout est bien limpide et il n’y a rien à corriger. De part son savoir-faire, Harman connaît les ingrédients essentiels pour assurer un spectacle cohérent et plaisant.

En bref

Harman Kardon Surround

Note indicative : 4/5

À 2 500 euros, on peut acquérir un home cinéma qui offrira de meilleures prestations acoustiques que ce kit proposé par Harman (vous aurez même du Dolby Atmos à ce prix). Mais le constructeur mise sur la simplicité et la tranquillité. À l’exigence d’une installation dédiée parfois complexe à mettre en place, Harman répond avec un produit accessible, compact, polyvalent et aux finitions exemplaires.

Néanmoins, il ne faut pas croire qu’Harman a sacrifié le son : le kit revendique un spectacle très appréciable, surtout pour un usager qui passerait des hauts-parleurs de son téléviseur à cette solution plus pointue. On le conseillera à celles et ceux qui ont les moyens, mais ne veulent pas se prendre la tête.

Top

  • Simple à installer et à configurer
  • Design sobre et compact
  • Rendu sonore juste et équilibré

Bof

  • Pas de Dolby Atmos
  • Synchronisation parfois capricieuse
  • C'est cher

Partager sur les réseaux sociaux