Le Motorola Razr est ajouté à la longue liste des smartphones pliables ayant du mal à survivre au quotidien. Est-ce un problème de format ?

Royole Flexpai, Samsung Galaxy Fold et Z Flip, Motorla Razr et Huawei Mate X sont tous rangés dans la catégorie des smartphones pliables, mais ont peu de chose en commun. L’engin de Royole qui se targue d’être le premier constructeur à avoir sorti un smartphone à écran souple est une blague technologique,  le Fold est un pari, le Razr est un jeu nostalgique, le Mate X est un projet et le Z Flip est une tentative de réponse aux premières critiques. Tous ont en revanche quelque chose en commun : des problèmes de fiabilité et de solidité.

Une bulle sous l’écran du Razr

Depuis la présentation catastrophique du Galaxy Fold à la presse par Samsung, le sujet de la solidité n’a jamais quitté l’univers des smartphones pliables. Le 17 février 2020, Raymond Wong, journaliste pour le magazine américain Input vient ajouter sa pierre à l’édifice des critiques contre le Razr du Motorola. Celui qui a été très largement qualifié de très mauvais smartphone par la presse spécialisée américaine a réussi à surprendre le journaliste une nouvelle fois : une bulle d’air s’est formée au niveau de la pliure.

La bulle d’air entre les couches de l’écran du Razr // Source : Input

Dans son article de présentation, Input décrit ce nouveau problème ainsi : « L’écran du Razr s’est mis à peler au niveau de la pliure et je peux vous promettre que cela ne vient pas d’un impact. Il n’y a aucun dommage visible sur l’engin […] 45  minutes plus tard, j’ai remarqué le trou d’air.  » Concrètement, une bulle se forme entre deux couches de protection de l’écran « comme s’il s’agissait d’un mauvais film protecteur mal appliqué  », peut-on lire. Résultat, le Razr est inutilisable et la situation pourrait s’aggraver, dans la mesure où la bulle est pile sur la pliure et semble toucher la dalle de pixels.

En lisant cet article, on peut se dire que les journalistes sont vraiment malchanceux. Depuis que les modèles commerciaux des smartphones pliables sont sortis, tous ont eu des problèmes physiques, au-delà même du fait que les smartphones ne sont pas au niveau du prix demandé par les constructeurs — le récent Z Flip de Samsung, commercialisé 1 500 €, n’arrive pas à la cheville des Galaxy S20 présentés en même temps. Et nos premiers essais confirment qu’au moins en photo, le dernier né des smartphones pliables coréens a quelques longueurs de retard.

Smartphones pliables, un problème de forme ?

Mais en réalité, ces problèmes à répétition ne seront pas résolus d’ici quelques jours, semaines ou mois. Samsung a beau communiquer sur son « verre » ultra fin posé sur le Galaxy Z Flip, il ne résiste pas, en pratique, aux tests les plus banals — même un ongle peut le rayer. Cela ne signifie pas que le Z Flip n’est pas un produit charmant et enfin pensé autour d’usages qui prennent en compte la pliure, il a d’ailleurs tapé dans l’œil d’une bonne partie de la rédaction,  mais il s’agit toujours d’un produit en bêta. Une version d’essai qui doit se confronter aux situations réelles pour être éprouvée et améliorée, mais une version d’essai tout de même.

C’est la même chose pour le Razr et l’on pourra à coup sûr en dire autant pour tous les smartphones pliables commercialisés en 2020. Le problème est encore structurel : on sait aujourd’hui faire une bonne charnière et un écran qui se replie à 180 degrés, mais on ne sait pas encore comment les utilisatrices et utilisateurs manieront l’objet. Les tests en laboratoire ont été critiqués lors de la sortie du Galaxy Fold : qu’un robot sache plier parfaitement un smartphone des centaines de milliers de fois n’est pas une preuve de sa solidité dans les mains ou les poches d’un humain. Nos mouvements sont imparfaits, nous ne plions et ne déplions pas tous ces smartphones à la même vitesse ni avec les mêmes doigts et ni les logements ni les transports en commun ne sont des chambres blanches aseptisées. Bref, nous utilisons ces smartphones qui ne sont pas encore prévus pour être utilisés.

Au déballage du Galaxy Fold, de longues mises en garde // Source : Melinda Davan-Soulas pour LCI

Bien entendu, des clients extrêmement soigneux n’auront aucun problème. Des chanceuses et des chanceux arriveront à conserver leurs appareils en bon état et les utiliseront avec plaisir au quotidien. Le Z Flip est un smartphone que l’on peut considérer acheter et avec lequel on peut s’amuser. Mais début 2020, les faits nous montrent qu’à l’heure où l’on cherche de la tech plus durable, plus pérenne et plus robuste, des modèles qui sont annoncés avec une durée de vie officielle moindre par les constructeurs sont aussi moins adaptés au quotidien que les smartphones classiques.

Trouvera-t-on une manière de rendre ces écrans souples plus conformes aux attentes de l’époque et plus résistants aux aléas de la vie ? Peut-être. En attendant, tous les constructeurs vous demandent plus de 1 000 € pour les aider à innover.

Crédit photo de la une : Motorola

Partager sur les réseaux sociaux