Pour 2020, ProtonMail lance ProtonCalendar, son service de calendrier chiffré. Il n'est pour l'instant accessible qu'aux utilisateurs qui paient un abonnement.

Petit à petit, ProtonMail s’impose de plus en plus comme une alternative à Gmail ou les offres Office de Microsoft. Si le service de mail chiffré en ligne n’a plus grand-chose à prouver sur sa fonction principale, il lui manque encore une galaxie de services qui peuvent compléter une offre payante capable de rivaliser avec les géants américains, tout en mettant la sécurisation des données au centre de l’abonnement. Après le courrier et un VPN, ProtonMail lance ProtonCalendar en bêta, une fonction de calendrier chiffré qui s’intègre à l’offre.

Un calendrier chiffré

ProtonCalendar a été conçu sur les mêmes bases que ProtonMail : chiffrer les informations inscrites par les utilisatrices et les utilisateurs afin qu’ils soient les seuls à y avoir accès. Le tout, en gardant tout de même une synchronisation en ligne des événements : quand vous ajoutez un événement au calendrier, il est chiffré en local avant d’être envoyé sur les serveurs de l’entreprise. Ce chiffrement, qui rend les données à inaccessibles à quiconque ne possède pas la clef de déchiffrement, concerne « le titre de l’événement, sa description, le lieu de l’événement et les participants  ».

Côté fonctionnalités, ProtonCalendar est voué à s’améliorer en 2020, mais propose déjà la possibilité de créer et supprimer des événements, de configurer des rappels et de répéter les événements tous les jours, toutes les semaines ou tous les mois. L’éditeur suisse précise qu’une application est en développement et sortira en 2020. Pour lui, c’est un moyen de « projeter ProtonMail dans le futur  » : le calendrier était l’une des fonctionnalités les plus demandées par ses utilisatrices et utilisateurs, qui fait aujourd’hui partie intégrante des suites de services pour les particuliers et les professionnels.

ProtonCalendar // Source : ProtonMail

ProtonCalendar est accessible dès maintenant en bêta pour tous les comptes payants, dès le compte Plus à 4 € par mois. Si vous ne le voyez pas apparaître dans votre compte, l’éditeur précise qu’il faut rafraichir la page. Une version basique sera disponible pour les utilisateurs ayant une version gratuite de ProtonMail dès que l’application sera terminée et prête à sortir en version finale. Ce n’est en revanche qu’avec le compte à 24 € par mois qu’un accès à ProtonVPN est inclus.

Crédit photo de la une : ProtonMail

Partager sur les réseaux sociaux