Le projet de cryptomonnaie Libra a annoncé la constitution de son premier bureau et ses premières missions.

Le projet Libra, propulsé par Facebook et des partenaires privés, a pris du plomb dans l’aile ces dernières semaines. Non pas parce que Calibra subit une attaque en justice pour son logo, une anecdote si courante dans l’histoire des entreprises, mais parce que plusieurs membres fondateurs se sont retirés du projet. Parmi ces membres envolés, on trouve les cautions issues du monde de la finance et de la banque : Visa, Mastercard, PayPal et Stripe, notamment.

Qui dirige Libra ?

Et malgré des pressions de plusieurs gouvernements, notamment en France, Libra poursuit son chemin. Les membres fondateurs restants ont constitué le premier bureau de l’association sous législation suisse, apprend-on par voie de communiqué de presse. À Genève, ce sont tout de même de nombreuses entreprises qui ont souhaité marquer leur attachement au projet d’une cryptomonnaie simple d’usage pour faciliter les paiements en ligne.

  • Anchorage (blockchain)
  • Mercy Corps (ONG)
  • Andreessen Horowitz (fonds)
  • PayU (paiement en ligne)
  • Bison Trails Co. (blockchain)
  • Ribbit Capital (fonds)
  • Breakthrough Initiatives L.P. (programme de recherche de la vie extraterrestre)
  • Spotify AB (divertissement)
  • Calibra, Inc. (paiement en ligne)
  • Thrive Capital (fonds)
  • Coinbase, Inc. (blockchain)
  • Uber Technologies, Inc. (service de mise en relation)
  • Creative Destruction Lab (fonds)
  • Union Square Ventures (fonds)
  • Farfetch UK Limited (mode)
  • Vodafone (télécommunications)
  • Iliad (télécommunications)
  • Women’s World Banking (ONG)
  • Kiva Microfunds (association, crowdfunding)
  • Xapo Holdings Limited (blockchain)
  • Lyft, Inc. (service de mise en relation)

Dans cette liste, on notera que les services strictement dédiés à l’échange d’argent sont désormais au nombre de deux : Calibra, porte-monnaie propulsé par Facebook et PayU, qui après la défection de Stripe et PayPal devient le seul prestataire de paiement — sa solution est notamment proposée aux marchands en ligne. On relève également un nombre considérable de fonds qui misent sur le succès de Libra à long terme, avec l’objectif de faire un profit (c’est leur rôle).

À lire : Comment Libra compte-t-elle surmonter les défauts de Bitcoin et Ethereum

Les entreprises qui ont pignon sur rue ont des activités assez en phase avec Libra et on comprend immédiatement leur intérêt. Lyft, Uber ou Spotify ont tout à gagner avec un modèle de transaction coupé des banques pour effectuer les échanges dans leurs applications, pour éviter des frais bancaires. Ou les taxes des géants de Google et Apple pour figurer sur les marchés d’application, au demeurant. Comme prévu, Iliad est le seul groupe français à faire partie des membres fondateurs du projet.

Bruno Le Maire, très vindicatif sur le projet Libra qu’il n’a pas vraiment pris le temps de comprendre // Source : LCP

L’assemblée élue est composée de Matthew Davie (Kiva Microfunds), Patrick Ellis (PayU) ; Katie Haun (Andreessen Horowitz), David Marcus (Calibra, Inc.) et Wences Casares (Xapo Holdings Limited).

Et après ?

Dans le résumé de cette première assemblée générale pour l’association qui respectera la loi suisse, on apprend également que les membres fondateurs ont tous un vote et que les décisions seront prises à la majorité. Tous peuvent quitter l’association sans justification. Du côté des missions, Libra estime que ses prochains mois seront consacrés à la définition d’un cadre transparent et accessible pour rejoindre le projet. D’après Libra, 1 500 entités ont témoigné leur intérêt pour cette cryptoaventure et 180 respectent déjà les critères d’éligibilité pour entrer dans le board.

Cette diversification est effectivement la clef pour que la structure ne soit pas centralisée, crainte principale des états et des banques. Reste à déterminer dans quelle mesure les nations pourraient s’impliquer dans le projet pour participer à la gouvernance, même si le ton des déclarations semble être plutôt à l’heure de la défiance qu’à celle de la coopération.

À lire sur Numerama : Pression de Facebook, souveraineté, confidentialité…  : les 5 risques de la cryptomonnaie Libra

Partager sur les réseaux sociaux