Facebook est poursuivi en justice à cause du logo de la plateforme d'échange de monnaie virtuelle, Calibra.

C’est un obstacle de plus à surmonter pour le Libra, la monnaie virtuelle que souhaite co-développer Facebook. Une banque en ligne attaque en justice Calibra, la plateforme « porte-monnaie » où le Libra pourra être utilisé, a repéré Engadget le 12 octobre.

Le litige porte sur le logo de Calibra. Il s’agit d’une petite vague violette, contenue dans un cercle de la même couleur, avec le nom de la marque placé au-dessous. La banque en ligne Current a remarqué qu’il ressemblait un peu trop à son propre logo, également une vague dans un cercle. En fait, à part les coloris et quelques menus détails, peu de choses les distinguent.

Les logos de Calibra et Current. // Source : Current / Calibra

Current s’était amusé de cette ressemblance sur Twitter au mois de juin déjà, en légendant : « Voilà ce qui arrive quand il ne te reste qu’un crayon [pour dessiner] ».

L’incident ne l’a finalement pas fait rire bien longtemps. Le 10 octobre, une plainte a été déposée. Elle vise Facebook et Calibra, ainsi que Character SF, une entreprise de design basée à San Francisco. Elle a pour objet la violation d’une marque déposée et la concurrence déloyale.

Character SF est au cœur de cette affaire. La firme a en fait créé les deux logos. Celui de la banque mobile aurait été dessiné 6 mois environ avant celui de Calibra. Selon Current, le logo de Calibra « prête à confusion » car il est si proche du sien que certains clients pourraient confondre les marques. Ceci pose d’autant plus problème que les deux sociétés évoluent dans un secteur similaire.

Facebook lâché par de potentiels gros investisseurs

La plainte est un bâton dans les roues de plus pour Facebook, qui tente de développer son projet de monnaie virtuelle depuis plusieurs mois. Début octobre, il a subi un coup dur avec l’annonce de PayPal, qui ne le soutiendra finalement pas financièrement pour Libra. La firme devait injecter plusieurs millions de dollars. Stripe et Ebay ont fait marche arrière, ainsi que les géants Mastercard et Visa, ce 11 octobre.

Un échange de Libra simulé sur Messenger. // Source : Capture d’écran Facebook

Il y a de manière générale un climat de défiance autour de Libra et Calibra. Le projet pâtit de la mauvaise réputation de Facebook en matière de protection des données personnelles. Le ministre des finances américain, Steven Mnuchin, a fait part de ses craintes en juillet. Pour lui, Libra pourrait être utilisée pour blanchir de l’argent ou payer moins d’impôts.

Libra doit être mise en service en 2020 en théorie. Elle permettra à des internautes de payer des biens et services hors du système bancaire classique. Cela devrait notamment séduire les personnes exclues de ce système.

Partager sur les réseaux sociaux