Le patron d'Orange prévoit de lancer les forfaits 5G au printemps 2020. Les enchères se termineront à cette période.

Le calendrier d’Orange sur la 5G se précise. Au détour d’une interview sur France Inter le 11 septembre, Stéphane Richard, PDG de l’opérateur historique, a précisé à quel moment son groupe lancera ses premiers forfaits pour l’ultra haut débit mobile. Ce sera au printemps 2020, très probablement dans les jours ou les semaines qui suivront la fin du processus d’attribution des fréquences 5G.

Stéphane Richard n’a pas vraiment épilogué sur ce que contiendront ces abonnements ni à quel prix ils seront proposés aux clients d’Orange. On peut néanmoins s’attendre à des prix plus élevés que ceux qui sont proposés dans le cas des formules 4G.

Stéphane Richard Orange
Stéphane Richard, patron d’Orange. // Crédits : Orange

En effet, il est tout à fait possible que les enchères entre les quatre opérateurs dérapent avec une surenchère dans les prix, même si la maîtrise des mises est souhaitée afin que les télécoms conservent une capacité d’investissement dans les réseaux. En effet, il y a des objectifs à tenir dans la couverture du territoire (fixe et mobile). Enfin, c’est aussi l’occasion pour les télécoms de se remplumer après la guerre des prix de 2012.

Il ne sera toutefois pas utile de se précipiter sur ses forfaits, parce que les réseaux que les quatre opérateurs proposeront à partir de 2020 seront encore très embryonnaires : ils ne couvriront que certains quartiers, arrondissements, ou peut-être quelques villes. En outre, il vous faudra posséder un smartphone compatible avec la 5G. Or, ces terminaux ne sont pas encore très répandus sur le marché.

Des enchères imminentes sur la 5G

L’actualité immédiate pour les opérateurs est le lancement de la procédure d’attribution des fréquences, qui surviendra dès le modalités d’attribution et les règles des enchères auront été définies et validées. Celles-ci ont été rendues publiques au cours de l’été, mais ne satisfont pas tous les opérateurs. Elles pourraient être amendées dans les semaines à venir, puis approuvées définitivement.

Une fois les attributions bouclées, les opérateurs pourront ouvrir leur réseau 5G et vendre leurs forfaits.

L’iPhone 11 Pro, aussi pro soit-il, n’est pas compatible avec la 5G, car il n’existe pas encore de réseau digne de ce nom. // Source : Apple

L’objectif est qu’au moins une ville soit couverte, mais l’on peut s’attendre à ce que les opérateurs dépassent ce plancher minimal. En 2018, Orange évoquait Paris, Marseille, Nantes et Lille comme priorité pour la 5G. En tout cas, l’opérateur se montre très allant car depuis ce printemps, l’opérateur historique a multiplié les stations expérimentales. Sur les 273 recensées le 1er août, 191 appartiennent à Orange.

En comparaison de la 4G, la 5G est plus qu’une simple évolution. C’est une technologie de rupture qui promet de bouleverser l’économie et la société. Elle proposera par exemple des débits incomparables avec ce que l’on connaît aujourd’hui, avec en outre une latence quasi imperceptible et une capacité à fournir une connexion en simultané à de très nombreux terminaux.

Pour ses débuts, la 5G circulera à travers une tranche précise du spectre, celle des 3,5 GHz. C’est sur celle-ci que les opérateurs concentrent pour l’heure l’essentiel de leurs efforts et de leurs tests. Mais par la suite, d’autres portions du spectre seront utilisées : 26 GHz, 700 MHz, 800 MHz, 1,5 GHz… D’autres bandes pourraient aussi être mobilisées, comme celles qui servent aux autres générations (4G, 3G, 2G…).

À lire sur Numerama : 5G  : tout comprendre au réseau mobile du futur en 10 questions

Partager sur les réseaux sociaux