Skype fait aujourd'hui face à une rude concurrence, mais il a longtemps été la référence des logiciels de communication. On vous explique d'où il tient son nom.

Bien qu’il soit moins populaire aujourd’hui qu’il y a quelques années (notamment à cause de concurrents comme WhatsApp ou Discord), Skype reste un logiciel de communication efficace et un pionnier du genre. Il existe depuis 2003, année pendant laquelle le Suédois Niklas Zennström et le Danois Janus Friis fondent l’entreprise éponyme de l’application avec la coopération des développeurs estoniens Ahti Heinla, Priit Kasesalu et Jaan Tallinn.

Les membres de Skype en 2005. // Source : Flickr/Steve Jurvetson

À l’époque, Skype ne peut être utilisé que sur ordinateur et les discussions se font toutes vocalement, mais le logiciel rencontre beaucoup de succès. Année après année, les fonctionnalités de Skype et sa communauté s’agrandissent. Quand Microsoft rachète l’application en 2011, elle compte 170 millions d’utilisateurs actifs et environ 300 millions en 2015.

Un lien fort avec le modèle pair-à-pair

En 2016, un évènement important pour Skype est passé relativement inaperçu : la finalisation de l’hébergement du service sur Azure, le serveur centralisé de Microsoft. À l’origine, Skype utilisait le modèle du peer-to-peer, aussi appelé « pair-à-pair » ou « P2P ». Le principe de ce système est le suivant : plutôt que de passer par un serveur, chaque appareil appartenant au réseau peut transmettre directement des informations à un autre ou en recevoir. On dit alors que chaque machine joue à la fois le rôle de client et de serveur.

Depuis son rachat en Microsoft en 2011, Skype s’est éloigné du modèle P2P. // Source : Wikipédia

Au-delà des considérations techniques, ce changement est important, car Skype était lié au P2P jusque dans son nom. Comme l’expliquait Jaan Tallinn sur le blog de Skype en 2005, l’application devait s’appeler « Sky peer-to-peer ». Un titre qui devait montrer le lien fort du logiciel avec ce modèle, mais qui a été jugé trop long : « On l’a vite raccourci en Skyper, mais le nom de domaine associé était déjà pris », précisait le développeur. « Alors on a décidé de laisser aussi tomber le ‘r’ et de prendre ‘Skype’. Ça sonnait bien et les noms de domaine étaient libres. »

Vous voulez en apprendre plus sur d’autres noms de la tech comme Ubuntu ou Tor ? Alors rendez-vous ici.

Partager sur les réseaux sociaux