Avec le OnePlus 7 Pro, OnePlus mise sur un écran sans encoche ni trou. Suffisant pour convaincre ?

La philosophie de OnePlus est aussi simple que claire : ses téléphones ne prétendent pas réinventer la roue et le constructeur chinois est reconnu pour ses produits aboutis et maîtrisés. Pour lui, le succès passe moins par l’innovation (parfois inutile) que par la qualité.

OnePlus 7 Pro // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

C’est presque naturellement que le OnePlus 7 Pro ne viendra pas bousculer l’ADN de son fabricant, même s’il veut être perçu comme un peu plus qu’un successeur au OnePlus 6t (il laisse cette tâche au OnePlus 7). Il prend la forme d’un smartphone qui oublie certaines caractéristiques entrevues ces dernières années (bonnes comme mauvaises), mais fait un focus sur ce que les constructeurs oublient parfois : l’écran.

Cap sur l’écran

Concrètement, le OnePlus 7 Pro base tout son argumentaire sur sa dalle dépourvue d’une encoche ou d’un trou. Le résultat se matérialise par un smartphone dont l’écran occupe la quasi-totalité de la façade (88,6 %). Pour y parvenir, les ingénieurs ont intégré… une caméra pop-up. Si on adore se moquer de cet artifice à même de rappeler les pires gadgets tech, force est de reconnaître que cet élément n’est pas (toujours) gênant à l’usage. Sur le papier, tout est fait pour détester ce tiroir qui vient rompre le design. En pratique, il parvient à se faire suffisamment discret pour se faire oublier (nous y reviendrons).

OnePlus 7 Pro // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Autrement, OnePlus a su soigner sa copie au moment de concevoir un smartphone élégant malgré un format géant. Doté d’une dalle AMOLED de 6,67 pouces avec une définition QHD+ (3120 x 1440 pixels), le OnePlus 7 Pro ne se glissera pas facilement dans une poche. Mais ses bords légèrement incurvés et l’absence de rupture dans l’harmonie (zéro encoche, zéro trou) en font un joli objet. En mains, on ressent bien le poids du smartphone.

Dénomination Pro oblige, le produit se pare de certains arguments susceptibles de faire rêver les aficionados. On parle notamment d’une dalle avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz (plus de confort pour la lecture quand on scrolle) et, bien sûr, compatible avec le HDR10 pour une image toujours plus belle. Les plus pointilleux auront tout le loisir de calibrer l’écran comme ils l’entendent, notamment du côté de la gamme et de la température de couleurs. Sans oublier le réglage de la définition et la possibilité d’opter pour divers modes (nuit, lecture…). Dans les paramètres, tout est fait pour obtenir un affichage qui sied à l’utilisateur, sachant que la technologie AMOLED n’a plus rien à prouver en matière de restitution.

Apprendre à aimer la caméra pop-up

Désirer le OnePlus 7 Pro signifie apprendre à aimer sa caméra pop-up, une lubie de 2018 qui trouve encore sa place sur certains smartphones en 2019. Puisqu’elle s’ouvre en très exactement 0,65 seconde, on n’a pas le temps de la voir apparaître. OnePlus prétend qu’elle peut survivre à 300 000 cycles d’ouverture/fermeture, ce qui correspondrait à cinq ans d’utilisation à raison de 150 sollicitations par jour. Toujours côté sécurité, le tiroir s’autoprotège en se refermant en cas de chute (grâce à un bête accéléromètre) ou si on appuie dessus.

Si vous n’aimez pas les selfies et le déverrouillage par reconnaissance faciale, vous ne verrez peut-être jamais la caméra pop-up, qui pointe le bout de son tiroir uniquement dans ces deux cas précis. Pendant notre semaine en compagnie du OnePlus 7 Pro, nous n’avons pas été victimes de situations où elle apparaît sans que nous le voulions. Une excellente nouvelle pour celles et ceux qui craignaient un mécanisme encore trop balbutiant et à la fiabilité douteuse. Reste qu’il s’agit d’un composant mécanique en plus, ce qui fragilise l’ensemble et que vous n’êtes pas à l’abri d’une application qui la fera poper dans votre poche.

La puissance totale

Avec son processeur Qualcomm Snapdragon 855 et ses jusqu’à 12 Go de RAM, le OnePlus 7 Pro s’affirme comme un monstre de puissance. Il fera tourner sans aucun mal les applications, mêmes les plus gourmandes, Fortnite en tête (le meilleur indicateur, vu sa popularité). OnePlus a d’ailleurs pensé à lui flanquer un mode jeu qui optimise les performances et un RAM Boost. Tout est fait pour avoir un avion de chasse entre les mains, qui décolle vite et ne se crashe jamais — est-ce bien pertinent quand on sait qu’un iPhone pas conçu pour le jeu fait tout aussi bien ? Les joueurs sur smartphone trancheront.

OnePlus 7 Pro // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Même avec tout cela, l’autonomie s’avère étonnante. Avec sa capacité confortable de 4 000 mAh, la batterie peut tenir jusqu’à deux jours en fonction de son utilisation. En tout cas, le OnePlus 7 Pro ne fera pas le coup de la panne sèche en une journée. D’autant qu’il y aura toujours le mode économie d’énergie pour prolonger le plaisir au besoin. En revanche, n’espérez pas recharger le téléphone avec votre galet de charge sans fil. Le OnePlus Pro 7 n’est pas compatible et préfère faire confiance à son chargeur rapide Warp Charge, qui le remplit à vitesse grand v (50 % en une vingtaine de minutes).

Un avion de chasse entre les mains

Attention toutefois aux risques de chauffe. Malgré la promesse d’un système de refroidissement poussé, le OnePlus 7 Pro peut vite grimper en température quand on l’utilise sur une longue durée. C’est certainement le prix à payer pour profiter d’une telle configuration.

OnePlus 7 Pro // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Comme ses petits copains, OnePlus n’oublie pas de mentionner le format Dolby Atmos dans la fiche technique. On aime toujours autant en rire, même s’il faut avouer que les haut-parleurs stéréo assurent très bien leur partie pour qui voudrait regarder l’épisode 3 de la saison 8 de Game of Thrones sur son smartphone (n’oubliez pas de monter la luminosité de quelques crans). Notez qu’il n’y a pas de port jack — les fans de la marque se souviennent encore du retournement de veste intervenu au moment du OnePlus 6T.

Pour le déverrouillage, en l’absence d’un équivalent à Face ID (reconnaissance faciale en 3D sécurisée), il faut s’en remettre au substitut en 2D intégré en natif dans Android (rapide, mais pas sécurisé pour un sou), au capteur d’empreintes intégré à l’écran — rapide, fiable et bien situé pour une fois — ou au simple code composé de chiffres (intelligemment choisis).

L’efficacité logicielle

On ne trouvera pas grand-chose à redire sur la partie logicielle, qui associe Android Pie à la surcouche maison Oxygen OS. Cette dernière se distingue par sa sobriété, ce qui permet au OnePlus 7 Plus de ne jamais être pris en défaut. En plus d’être fluide, l’interface se veut agréable et simpliste. Tout est clair et à sa place, sachant que vous pourrez personnaliser le software à l’envi.

En balayant l’écran vers la droite, on a accès à toute une ribambelle de raccourcis pratiques (Mémo, boîte à outils, widgets…). On y trouve même un onglet Aire de stationnement pour marquer la localisation du véhicule que l’on vient de garer. Fonction pratique si l’on a tendance à être tête en l’air.

À une époque où les constructeurs encouragent les utilisateurs à maîtriser leur temps passé devant un écran, OnePlus ose le mode Zen. Il prend la forme d’un challenge qui consiste à lâcher son téléphone pendant 20 minutes, sans possibilité d’y mettre fin (sauf si on vous appelle ou que vous avez besoin de passer un coup de fil d’urgence). C’est presque le seul raffinement notable du smartphone.

Des caméras décevantes

Avec son triple capteur à l’arrière (le principal est un Sony IMX 586 de 48 mégapixels), le OnePlus 7 a normalement tout ce qu’il faut pour prendre de jolies photos. Mais alors que Google a prouvé qu’il pouvait être le meilleur du marché avec un seul capteur (grâce au miracle du logiciel), OnePlus a du mal à tirer profit de son dispositif hardware bien loti. C’est toujours ce qui a fait défaut à OnePlus et cette année, malgré toute sa bonne volonté, le constructeur peine encore à convaincre : c’est bien, mais un smartphone à 399 € fait mieux.

OnePlus 7 Pro // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

S’il s’avère polyvalent, le OnePlus 7 Pro n’est pas à l’aise dans toutes les conditions. En extérieur, avec un éclairage normal, il parvient à immortaliser de beaux clichés avec une bonne tenue dans les couleurs (même si c’est un peu plat, globalement). En revanche, à mesure que les lumières s’éteignent, les défauts commencent à survenir. En intérieur, le téléphone montre trop vite ses limites. Il a tendance à noyer les détails dans du bruit et à difficilement distinguer les sources lumineuses (regardez la photo de la voiture ci-dessous). Un défaut que nous confirment nos confrères de FrAndroid, expert dans le domaine. Pour eux, le problème vient principalement de la stabilisation.

Dans le même ordre d’idée, on a trouvé le mode Portrait un peu capricieux. Il n’est clairement pas une référence du marché. Quant au mode Nuit, baptisé Paysage nocturne, il est à des années-lumière de ce que propose le Pixel 3.

Photo en extérieur
Photos en extérieur avec zoom x3
Photo en intérieur (éclairage fort)
Photo en intérieur (éclairage très modéré)
Mode Portrait avec éclairage très modéré
Mode Nuit (dans une pièce sans éclairage direct)
Selfie

En bref

OnePlus 7 Pro

Note indicative : 4/5

Plus ambitieux que ses prédécesseurs, le OnePlus 7 Pro mise sur un écran formidable et des performances de haute volée pour convaincre. Que ce soit pour enchaîner les top 1 dans Fortnite ou dévorer les dernières séries en vogue sur Netflix, le téléphone assume son positionnement premium. En prime, il offre une excellente autonomie malgré tout. 

En revanche, il déçoit fortement sur sa partie photo. L'introduction d'un triple capteur préfigurait une réelle avancée pour ce qui constitue l'une des faiblesses historiques de OnePlus. À l'arrivée, le constructeur chinois a encore une sacrée marge de progression pour rattraper la concurrence sur ce point crucial. Surtout quand Google fait beaucoup, beaucoup mieux avec... un seul capteur.

Et il faut aimer la caméra pop-up.

Top

  • Écran superbe (et sans trou ni encoche)
  • Performances au rendez-vous
  • Autonomie confortable

Bof

  • Triple capteur décevant
  • Pas de charge sans fil
  • La caméra pop-up...

Partager sur les réseaux sociaux