Free a officialisé sa nouvelle offre Freebox Delta, facturé 49,99 euros hors achat obligatoire de la box multimédia -- le Freebox Player par Devialet. Mais est-ce vraiment l'offre rêvée, tant promise ?

Mardi 4 décembre 2018 : Free lève le voile sur sa nouvelle Freebox Delta, une offre à 49,99 euros regroupée autour d’un modem (Freebox Server) et d’une box multimédia, laquelle coûte 480 euros (payable en plusieurs fois sans frais). Le prix paraît énorme, mais l’opérateur regroupe toute une palanquée de services qui couvrent — presque — tous les besoins : de la lecture presse à la plateforme vidéo Netflix, en passant par la TV.

En apparence, la Freebox Delta a donc tout de l’offre rêvée, qui en donne pour son argent. En réalité, ce n’est pas tout à fait vrai, tant elle concentre une somme de paradoxes. On se penche sur certains d’entre eux.

Freebox Delta // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Quatre. Cent. Quatre-vingt. Euros

L’offre Freebox Delta est facturée 49,99 euros. Mais tout n’est pas compris. À cette rondelette somme s’ajoute l’achat — et non la location — de ce que Free appelle le Player Free | Devialet. Dans les brochures, il est présenté comme obligatoire. On retiendra qu’il coûte 480 euros, payable en une ou plusieurs fois sans frais (jusqu’à 10 euros x 48 mois).

L’absence de location signifie une chose : on gardera le Player Free | Devialet même si on résilie son abonnement Freebox Delta. Mais, paradoxalement, on ne pourra pas l’acheter à part, juste pour profiter de ses vertus multimédia. D’ailleurs, sera-t-il possible de s’en servir sans la Freebox Server et tous les services intégrés dans l’abonnement ? Eh bien oui. Voici ce que dit le dossier de presse à ce sujet : « Le jour où vous résiliez votre abonnement Free, vous restez propriétaire du Player, il continue de fonctionner avec son système audio Devialet et les services non liés à l’abonnement Free (Netflix, Amazon Alexa, …) ». Ouf. Vous pouvez donc vous abonner un mois à Free et payer le lecteur cash, puis résilier.

Freebox Delta // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Le Player 4K HDR ultime, pas si ultime

Le Player Free | Devialet est présenté comme une box TV ultime : on nous promet un son d’exception, grâce à un partenariat avec Devialet, et de la 4K HDR. Toutefois, Free a oublié deux mots-clés à la mode : Dolby Atmos (son avec des effets 3D) et Dolby Vision (format HDR propriétaire avec métadonnées dynamiques), disponibles sur l’Apple TV. Même Orange propose du Dolby Atmos sur son Nouveau Décodeur TV UHD.

Pourtant, les puristes savent que le Dolby Atmos offre un spectacle sonore à nul autre pareil et que le Dolby Vision est meilleur que le simple HDR 10 quand on a le téléviseur compatible.

« L’équivalent d’un home cinéma 5.1 TRÈS HAUT DE GAMME qui ne nécessite pas de caisson de basse ni d’enceinte supplémentaire », explique Free. Sauf qu’aujourd’hui, le TRÈS HAUT DE GAMME (lire : il n’y a pas plus haut de gamme) signifie, au minimum, du 5.1.2.

Et c’est encore pire quand on regarde les services liés à la Freebox Delta : pourquoi vendre l’inclusion de Netflix et une box 4K quand il faut payer plus pour regarder films et séries en 4K ? Un non sens que nous vous expliquons en détail ici.

En prime, le Player Free | Devialet n’a pas de fonctionnalité Chromecast ou AirPlay.

Freebox Delta // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Et si je ne veux pas de Canal ?

La Freebox Delta comprend un abonnement Canal Panorama, qui propose moult chaînes — sauf Canal+ en plus du bouquet Freebox TV (avec les chaînes TNT). Moralité : si je veux m’abonner à l’une des formules Canal+ (ou si je suis déjà abonné), je vais peut-être payer des chaînes en double. Car la résiliation, chez Canal+, c’est compliqué

Alexa, mais pas d’Amazon Prime ?

Free a choisi Alexa pour équiper sa Freebox Delta d’un assistant vocal — sans oublier d’intégrer le sien avec la commande ‘Ok Freebox’. Mais, étrangement, il n’y a pas Amazon Prime Video dans les services vidéo rassemblés dans l’abonnement. On comprend vite pourquoi : Netflix a été privilégié en raison de sa popularité et la cohabitation des deux, au sein d’une même formule, aurait été compliquée à justifier d’un point de vue business. Il n’empêche qu’on est ni complètement Amazon, ni complètement chez la concurrence.

Freebox Delta // Source : Ulrich Rozier pour Numerama

Une enceinte connectée… sans abonnement musical

L’abonnement Freebox Delta couvre beaucoup de choses. Mais pas l’ombre d’un accès à une plateforme musicale (Spotify ou Deezer), à laquelle il faudra souscrire à part. On enverra alors les morceaux de musique vers le Player Free | Devialet en Bluetooth ou via Spotify Connect (pas de AirPlay…).

C’est là où l’abonnement intégral sans possibilité d’éclater et de personnaliser l’offre atteint ses limites : certains utilisateurs troqueraient bien volontiers l’offre Kiosque, qui donne accès à la presse en vrac, pour Deezer ou Spotify, pertinent sur une enceinte. Mais ce n’est pas possible.

La recharge sans-fil… pas pour tous

Le Player Free | Devialet intègre la recharge sans-fil pour alimenter la batterie de sa télécommande révolutionnaire — grâce à la technologie Qi. Si Free annonce que l’on pourra aussi faire le plein de son téléphone Android, les iPhone sont bizarrement exclus de cette fonctionnalité bienvenue. Pourquoi ? Aucune confirmation officielle pour l’instant, mais la seule explication vraisemblable viendrait de la puissance délivrée, trop faible pour un iPhone.

La Fibre 10 Gbits ? Pas vraiment

Durant sa conférence, Free a vanté l’arrivée de la Fibre 10 Gb/s, une première en France, au sein des foyers éligibles. Aujourd’hui, ce n’est pas tout à fait vrai. En effet, l’opérateur va d’abord limiter le débit descendant à 8 Gbit/s — et pas 10 –, avec un débit montant asymétrique limité à 400 Mbit/s. Et vous n’aurez qu’un port en sortie de Freebox Server pour en profiter.

Crédit photo de la une : Ulrich Rozier pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux