Avec la raréfaction des abeilles, les mini-robots vont-ils devoir prendre la relève ? Un laboratoire néerlandais a imaginé le DelFly Nimble, un drone de quelques centimètres qui virevolte et pourrait polliniser les champs.

Les abeilles seront-elles un jour remplacées par des mini-drones pollinisateurs ? Le MAVLab (Micro Air Vehicle Laboratory) de Delft aux Pays-Bas s’inspire en tout cas de ces petits insectes pour faire décoller son DelFly Nimble. Le petit robot (qui fait quand même la taille d’un bras) pourrait féconder le pistil des fleurs à l’aide de pollen, si jamais les abeilles venaient à se raréfier encore plus dans la nature.

Leur travail sur le DelFly Nimble a été présenté une première fois dans la revue Science, le 14 septembre 2018. Depuis, le laboratoire continue de peaufiner le robot et de faire connaître sa création. Le 9 octobre dernier, le mini drone pollinisateur a été présenté à nos confrères du Guardian par Matěj Karásek, doctorant au sein du MAVLab et l’un des auteurs du projet.

Un design inspiré par les mouches à fruits

Dans une vidéo publiée par le laboratoire le 13 septembre, on apprend que le design du DelFly n’a pas été inspiré par le battement des ailes des abeilles, mais par celui des mouches à fruits. Lorsque le robot bat des ailes, cela permet à son corps de s’incliner autour de son axe principal. Décrit comme un robot « extrêmement agile », le bolide se déplace avec une agilité surprenante — notamment lorsqu’il prend un virage.

Le fonctionnement de ce mini robot abeille. // Source : The DelFly Project

Sa vitesse maximale d’accélération est de 25 km/h. Avec ses 29 grammes et ses 33 cm de hauteur, le DelFly Nimble parvient à rester 5 minutes dans les airs si sa batterie est rechargée complètement. Ses ailes de 14 centimètres de longueur battent à une fréquence de 17 Hz.

Après le DelFly Micro et le DelFly Explorer, ce troisième drone semble être le plus abouti du laboratoire. Les deux premiers prototypes étaient orientés « comme un avion classique », grâce à la déviations des gouvernes, des éléments mobiles situés sur ses différents axes. Sur un avion, ces gouvernes se trouvent par exemple sur les ailes : ce sont elles que vous avez peut-être déjà vues sortir et se rétracter lors d’un atterrissage ou décollage.

2 ailes battantes pour soulever 29 grammes

Le DelFly Nimble n’a ni queue, ni gouvernes. « Il est contrôlé par des ajustements des mouvements de ses deux ailes battantes, inspirés par les mouvements des insectes », écrivent les créateurs du robot, qui ressemble à un croisement entre une abeille et une libellule.

Les caractéristiques du DelFly Nimble ont l’air prometteuses : s’il est encore tôt pour imaginer un champ de fleurs où des dizaines de mini drones accompliraient leur mission de pollinisation, le sort des véritables abeilles est si préoccupant que l’invention de ce robot n’est pas étonnante. Dans certains endroits du monde, on envisage de planter des hectares de verdure pour sauver les abeilles restantes.

Partager sur les réseaux sociaux