Plusieurs de nos confrères d'outre-Atlantique ont essayé les lunettes Magic Leap One. Les avis sont mitigés.

Magic Leap a officialisé la sortie de ses lunettes de réalité mixte, projet qui a amassé au total près de 2,3 milliards de dollars ( !) avant de voir le jour. Son produit technologique, concurrent d’HoloLens de Microsoft, est désormais disponible dans certaines villes américaines pour 2 295 dollars. L’annonce de ce lancement, qui se fera en plusieurs étapes, s’est accompagnée d’avis partagés de la presse américaine.

En effet, les Magic Leap One peinent à masquer leurs limites techniques.«  J’ai finalement essayé les Magic Leap, et je suis mitigé  », a résumé CNET.

Magic Leap

« Les Magic Leap One ne sont pas un vaporware »

Premier élément à prendre en compte : les Magic Leap One fonctionnent. Et elles fonctionnent plutôt bien. Pour autant, dans son aperçu, le journaliste de CNET n’a pas été impressionné. Il estime que les Magic Leap One font mieux que l’HoloLens en termes d’immersion, de graphismes et de prise en main. À contrario, le champ de vision est encore trop juste pour que la technologie soit vraiment considérée comme révolutionnaire. «  La réalité augmentée est un pas en avant, mais pas quelque chose qui va changer la donne. Pas encore en tout cas. Tout dépend de ce qui arrivera après », résume-t-il. 

« Certains objets étaient coupés si je ne tournais pas la tête ou si je ne reculais pas. »

On retrouve ce son de cloche chez Wired, qui écrit, « Une fois que le casque a fonctionné, les expériences furent créatives et convaincantes […]. Mais étaient-elles plus époustouflantes que la concurrence ? Pas encore. » 

Ce champ de vision limité, mais quand même supérieur à celui d’HoloLens selon The Verge, a des conséquences sur les objets les plus gros : ils ne s’affichent pas en entier quand on s’en rapproche. Un défaut qui casse l’immersion et sur lequel s’accordent tous ceux qui ont essayé les Magic Leap. Illustration signée le Wall Street Journal, «  Certains objets étaient coupés si je ne tournais pas la tête ou si je ne reculais pas. » 

Côté design, les lunettes semblent tout droit sorties d’un univers steampunk. Comprenez : elles ne passent pas inaperçues. « Si vous commencez à dessiner deux cercles et que tout le monde dit ‘Oh, c’est Magic Leap’, alors c’est banco », confie Gary Natsume, lead designer cité par The Verge en parlant du look des lunettes. Au-delà de l’esthétique, les Magic Leap One sont a priori confortables, un élément qui s’explique par un poids léger. Les deux tailles proposées et divers accessoires permettent d’ajuster l’objet à son visage. Seul hic ? Celles et ceux qui portent des lunettes de vue vont devoir s’en passer… ou mettre des lentilles. 

Partager sur les réseaux sociaux