De passage dans la ville de Rome le week-end dernier, la Formule E a été bénie par le pape François en personne. Tradition, conviction écologique ou plan com' ?

C’est un événement qui peut paraître insolite aux yeux des néophytes : le pape François, posant pour une photo devant une Formule E flambant neuve qu’il vient de bénir. C’est pourtant ce qu’il s’est passé, ce 11 avril 2018.

Pour la première fois en quatre saisons, le championnat de Formule E a fait cette année étape à Rome. Mais la course, remportée ce week-end par Sam Bird au volant d’une DS Virgin Racing, a été précédée par cet événement insolite : le pape François a béni une monoplace au Vatican.

Le pape approuve la Formule E

La bénédiction de cette Formule E  — une voiture de Formule 1, mais 100 % électrique — apparaît comme un signe d’approbation envers le championnat accueilli par la ville de Rome. Sans doute aussi parce que l’homme de foi s’est toujours montré très soucieux des problématiques liées à l’écologie. « Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles […].  Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer » a-t-il écrit dans son encyclique Laudato si’ sur «  la sauvegarde de la maison commune ». En quelque sorte, un sport mécanique 100 % électrique répondrait à des enjeux actuels.

En tout cas, les acteurs de la discipline n’ont pas manqué de partager leur bonheur : « Ce fut un honneur de rencontrer le pape François au Vatican ce matin [mercredi matin]. Quel grand souvenir — merci pour cette bénédiction juste avant l’E-Prix de Rome  », s’est ainsi réjoui Jean-Eric Vergne, ancien pilote de Formule 1 aujourd’hui engagé en Formule E avec l’écurie Techeetah. Selon les informations d’Eurosport, Lucas Di Grassi a même eu droit à un traitement de faveur : l’enfant que porte sa femme a lui-aussi reçu une bénédiction. Et on peut dire qu’elle lui a porté chance, puisque le pilote a terminé deuxième de la course. 

Ce n’est pas la première fois que le pape apporte sa bénédiction à un véhicule. L’an passé, le ponte religieux avait déjà apposé sa marque sur une voiture sportive, en l’occurence une Lamborghini Huracan, dont la revente a permis de récolter de l’argent pour des oeuvres caritatives.

Crédit image : Vatican

Partager sur les réseaux sociaux