Quel est le meilleur opérateur mobile en 2020 ? La dernière campagne de mesures du régulateur des télécoms place Orange en tête et Free Mobile en dernier.

Entre Orange, Free Mobile,  Bouygues Telecom et SFR, quel opérateur de téléphonie mobile peut se targuer d’avoir le meilleur réseau en 2020 ?

En fait, il est illusoire d’espérer obtenir une réponse satisfaisante, définitive et générale à cette question. Non seulement ce ne sera pas toujours le même opérateur qui sera en tête selon les situations, mais en plus d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte — le prix du forfait par exemple, ou encore les services associés. Disons-le : en la matière, le cas par cas prime.

Ce n’est en effet pas la même chose d’être à proximité d’une antenne-relais ou d’en être très éloigné. Tout comme les performances fluctueront si vous vous déplacez à 320 km/h, à bord d’un TGV, ou si vous êtes parfaitement immobile. Et on ne parle même pas de l’état du signal dans un métro tout au fond du tunnel ou d’un passant au quatrième sous-sol d’un parking, face à quelqu’un en extérieur.

Mais si ce comparatif a d’évidentes limites, il reste possible d’avoir une photographie à grands traits de la qualité des réseaux mobiles en France, grâce à de vastes campagnes d’évaluation conduites chaque année par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Et surtout, d’observer au fil des ans la réduction de la fracture numérique et la montée en puissance des réseaux.

opérateurs orange free mobile sfr bouygues telecom
Le régulateur a procédé à plus de 1,5 million de mesures pour départager les quatre opérateurs. // Source : Frandroid

Un comparatif des opérateurs utile, mais à manier avec précaution

Alors que le régulateur des télécoms effectue depuis plusieurs années maintenant un suivi annuel sur la performance et la qualité des réseaux des quatre opérateurs, l’année 2020 a été marquée par un contexte sanitaire extraordinaire : le coronavirus. Dès lors, son nouvel observatoire reflète en partie les contraintes causées par le confinement et la distanciation physique, car certaines mesures sont passées à la trappe.

Mais avant d’aller plus loin, l’Arcep met en garde le public sur les conclusions trop hâtives qui pourraient être tirées de ce classement, ainsi que des comparatifs qui pourraient découler, dans la mesure où le travail qui a été effectué est une synthèse générale. Le cas d’un utilisateur pris isolément pourra donner lieu à de fortes variations de qualité et ne pas être forcément le miroir de cet observatoire.

Aussi, l’Arcep invite chacun à comparer les opérateurs, selon la zone (dense, intermédiaire ou rurale) où il vit, et en fonction des axes de transport qu’il emprunte. Un opérateur qui dessert mal telle zone rurale s’en sort peut-être bien mieux ailleurs, même s’il s’agit aussi d’une région faiblement peuplée. Inversement, un opérateur qui affiche d’excellentes statistiques générales couvre peut-être mal votre domicile.

couverture 4G Free Mobile
L’ARCEP fournit un outil cartographique très pratique, appelé Mon Réseau Mobile, qui permet de s’enquérir du niveau de couverture près de chez soi ou à son travail.

Résultats des courses ? Comme chaque année, c’est Orange qui arrive en tête. Suivent ensuite Bouygues Telecom et SFR, qui présentent des résultats semblables. Quant à Free Mobile, il se retrouve dernier ; une place peu flatteuse, mais qui s’explique par le fait que l’opérateur est arrivé après tous les autres sur le marché et que rattraper ses rivaux prend du temps. Cela étant, Free Mobile a bien progressé ces dernières années.

Concernant l’opérateur historique, il « propose la meilleure qualité de service » dans les appels et les SMS, et «  continue de s’améliorer » en Internet mobile. Sa qualité de service a également peu souffert des ajustements des mesures concernant les TGV. Il est celui qui « compense le mieux par l’amélioration de son réseau », écrit le régulateur des télécoms. Mais l’écart avec les autres n’est pas toujours très grand.

En ville et à la campagne

Qualité mobile et débits moyens

Coronavirus oblige, les opérateurs se sont concentrés lors des périodes de confinement aux « opérations essentielles au maintien du service », quitte à mettre de côté celles visant à améliorer le service rendu. Ces opérations ont été « décalées » et devraient ainsi plutôt se refléter lors de la prochaine campagne de mesures, en 2021. Les données de 2020 doivent donc être lues en ayant cette réalité à l’esprit.

Les écarts constatés entre les quatre opérateurs tendent à se réduire avec le temps, même si une hiérarchie s’observe encore avec cette campagne de mesures.

Qualité du réseau sur l’ensemble du pays

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite 92 % 78 % 93 % 92 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 94 % 93 % 95 % 95 %
Débit descendant moyen (téléchargement de fichier) 40 Mb/s 33 Mb/s 74 Mb/s 47 Mb/s
Débit montant moyen (téléversement de fichier) 10 Mb/s 8 Mb/s 13 Mb/s 11 Mb/s
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 84 % 82 % 88 % 84 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 89 % 87 % 92 % 88 %

En zone dense (15 plus grandes villes)

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels de 2 minutes avec une qualité parfaite 96 % 95 % 97 % 96 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 97 % 96 % 98 % 97 %
Débit descendant moyen (téléchargement de fichier) 56 Mb/s 30 Mb/s 102 Mb/s 618Mb/s
Débit montant moyen (téléversement de fichier) 14 Mb/s 10 Mb/s 18 Mb/s 15 Mb/s
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 89 % 85 % 95 % 91 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 94 % 92 % 97 % 94 %

En zone intermédiaire (villes de 10 000 à 400 000 habitants)

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels de 2 minutes avec une qualité parfaite 96 % 95 % 97 % 96 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 97 % 96 % 98 % 97 %
Débit descendant moyen (téléchargement de fichier) 38 Mb/s 37 Mb/s 82 Mb/s 44 Mb/s
Débit montant moyen (téléversement de fichier) 10 Mb/s 9 Mb/s 14 Mb/s 11 Mb/s
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 85 % 89 % 93 % 86 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 92 % 92 % 95 % 91 %

En zone rurale (villes de moins de 10 000 habitants)

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels de 2 minutes avec une qualité parfaite 85 % 83 % 86 % 85 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 89 % 88 % 88 % 90 %
Débit descendant moyen (téléchargement de fichier) 25 Mb/s 31 Mb/s 41 Mb/s 28 Mb/s
Débit montant moyen (téléversement de fichier) 6 Mb/s 5 Mb/s 7 Mb/s 7 Mb/s
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 75 % 73 % 78 % 76 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 82 % 77 % 83 % 81 %

En 2019, le régulateur des télécoms innovait avec une mesure spécifique aux 50 lieux touristiques les plus visités en France. Elle devait évaluer « la régularité de la qualité de service proposée face à des phénomènes de saturation liés à l’afflux de nombreux utilisateurs en un même lieu ». Le coronavirus en a décidé autrement. Confinement oblige, la mesure n’a plus de sens. En tout cas pour l’instant.

Bouygues Telecom et SFR

Concernant SFR et Bouygues Telecom, le régulateur relève que le premier « progresse au point de se placer au même niveau que Bouygues Telecom », notamment dans les axes routiers, tandis que le second « a maintenu ses performances ». De façon générale, les résultats des deux opérateurs sont proches, voire identiques. Ce n’est pas une curiosité : c’est le résultat d’un partenariat entre les deux groupes.

En effet, Bouygues Telecom et SFR travaillent main dans la main sur l’extension de leur couverture mobile, grâce à un contrat de mutualisation sur la 2G, la 3G et la 4G ainsi qu’un contrat d’itinérance sur le réseau 4G. C’est pour cette raison que les résultats des deux opérateurs sont souvent proches. C’est le cas des débits, mais aussi dans la voix et les SMS.

Et Free Mobile ?

Qu’il est loin le temps où Free Mobile cassait les prix, mais ne cassait pas la baraque en termes de performances téléphoniques ou d’Internet mobile. Aux yeux du régulateur des télécoms, le quatrième entrant « se rapproche du niveau de qualité proposé par Bouygues Telecom et SFR ». Le groupe a notamment « des performances nettement supérieures à l’année dernière ».

Il faut bien sûr tenir compte du fait que Free Mobile est le dernier des quatre opérateurs à s’être lancé dans la téléphonie mobile. Cette explication constitue toutefois une excuse dont l’impact tend à diminuer avec le temps : cela fait maintenant plus de six ans que Free Mobile est sur ce marché. Le prétexte de la jeunesse pour pardonner les écarts de qualité avec la concurrence est de moins en moins recevable.

Couverture dans les transports

Couverture des autoroutes et de 20 routes secondaires

Concernant la situation dans les transports, le régulateur des télécoms relève que « l’amélioration de la couverture des axes routiers est variable ». Free Mobile, bien que dernier, « fait une percée remarquable », avec une hausse spectaculaire de ses résultats. Les écarts ne sont plus que de quelques pourcents entre les quatre opérateurs, même si les derniers sont en fait les plus difficiles à aller chercher.

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels de 2 minutes 90 % 88 % 91 % 89 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 94 % 87 % 95 % 94 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 94 % 92 % 96 % 94 %

 

La couverture 4G d’Orange sur le réseau routier, mesurée par le régulateur, avec des données de novembre 2020.

Couverture des lignes de TGV

Du côté des lignes à grande vitesse, la couverture « progresse ». Mais le régulateur tient à préciser que ce sont des résultats provisoires, car des mesures complémentaires doivent être effectuées.

Par ailleurs, la baisse générale des performances s’explique à la fois par un protocole de test beaucoup plus exigeant (deux mobiles dans le train qui s’appellent, au lieu d’un mobile dans le train appelant une ligne fixe), et par la mise en service de rames plus récentes, qui s’avèrent être mieux isolées, et donc moins perméables aux ondes. Un phénomène qui devrait se poursuivre avec le remplacement régulier des trains.

Opérateur Bouygues Free Mobile Orange SFR
Appels de 2 minutes 70 % 63 % 80 % 70 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 82 % 72 % 85 % 80 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 68 % 66 %  78 % 63 %
La couverture 4G de Bouygues Telecom sur le réseau TGV, mesurée par le régulateur, avec des données de novembre 2020.

L’édition 2020 du bilan de la qualité des services mobiles en France fait l’impasse sur les autres liaisons ferroviaires, à savoir les Intercités, les RER, les TER et les Transiliens. Non pas par snobisme, mais c’est la conséquence directe de la crise sanitaire et de la réduction de l’offre ferroviaire. Nombre de trains ont été déprogrammés cette année, rendant toute campagne de mesures impossible.

Concernant les métros (Paris, Lyon, Marseille, etc.), une mise à jour des indicateurs est promise pour bientôt par le régulateur des télécoms. Aucun calendrier précis n’a été fourni, mais elle surviendra en même temps qu’une actualisation des données pour les TGV. Cet article sera ajusté en conséquence.

Profil des tests

La campagne de mesures pour 2020 a eu lieu d’août à novembre, dans un contexte sanitaire évidemment particulier. Malgré tout, cela n’a pas empêché de procéder à plus d’un million de mesures en 2G, 3G et 4G, selon différents scénarios : à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments, dans des zones plus ou moins densément peuplées, en étant immobile ou en déplacement.

Quant aux usages, l’accent a été mis sur ceux qui sont les plus courants : les coups de fil, les SMS, l’affichage de pages web et de vidéos, ainsi que le téléchargement et l’envoi de fichiers. Au total, le régulateur des télécoms s’est appuyé sur 266 indicateurs pour évaluer la performance des réseaux des quatre opérateurs, « de manière strictement comparable, et dans des conditions d’usages diversifiées », précise-t-il.

Les usages qui intéressent le régulateur sont :

  • Taux de pages web chargées en moins de 10 secondes ;
  • Taux de fichiers envoyés (2 Mo) et reçus (10 Mo) en mois de 60 secondes ;
  • Mesure des débits montants et descendants ;
  • Taux de vidéos HD visionnées en qualité parfaite ;
  • Taux d’appels maintenus pendant 2 minutes sans perturbations audibles ;
  • Taux de SMS reçus en moins de 10 secondes.

En 2019, le régulateur avait annoncé une évolution du profil des tests pour correspondre « au plus proche des usages des Français ». Ainsi, seuls 25 % des appels avaient eu lieu entre deux smartphones d’un même opérateur. Les 75 % autres ont mêlé des opérateurs différents. De plus, les appels en direction les lignes fixes n’ont plus cours. Ce ne sont plus que des appels de mobile à mobile, situation la plus courante.

Cette année, d’autres ajustements dans la politique de mesures ont eu lieu. C’est le cas des tests dans les TGV par exemple, où les appels se font de mobile à mobile et non plus de mobile à fixe. Un nouvel indicateur a aussi été inauguré : le taux de débits dépassant un seuil minimal. Il s’établit à 3 Mbit/s. Selon le régulateur, celui-ci permet de profiter du net dans des conditions convenables, « sans ralentissement majeur ».

Meilleure couverture 4G

La 4G sera encore pour l’instant la génération de téléphonie mobile à travers laquelle les quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile vont batailler, même si la 5G fait enfin ses premiers pas en France (ce qui ne veut pas dire qu’il faut se précipiter, car les réseaux sont balbutiants). Le déploiement de l’ultra haut débit prendra une dizaine d’années et il y a encore la couverture 4G à terminer.

Trois des quatre acteurs du marché (Orange, SFR et Bouygues Telecom) revendiquent une couverture de la population en France métropolitaine supérieure ou égale à 99 %. Free Mobile est à peine en retrait : il n’atteint « que » 97 %, selon les chiffres de l’opérateur qui datent de septembre 2020. Quant à la couverture du territoire, elle n’est certes pas aussi satisfaisante, mais laisse de moins en moins de zones blanches.

Opérateur Orange Free Mobile Bouygues SFR
Couverture 4G population (septembre 2020) 99 % 97 % 99 % 99 %
Couverture 4G territoire (septembre 2020) 90 % 86 % 89 % 92 %

Les choses s’améliorent avec le temps. Dans le cadre du plan New Deal Mobile, la fin des dernières zones privées de 4G devrait survenir d’ici fin 2022. C’est évidemment encore un horizon bien lointain pour les personnes qui résident dans ces trous de connectivité. Ces endroits du territoire s’avèrent très peu peuplés et parfois difficiles d’accès, notamment en montagne.

Le régulateur suit de près ce dossier, de façon à obliger les opérateurs à maintenir « leurs efforts afin que la 4G bénéficie au plus grand nombre sur l’ensemble du territoire, et que les écarts de performances entre zones rurales et denses se réduisent progressivement ». Ces mesures additionnelles complètent les annonces des opérateurs, qui ont tendance à passer sous silence la couverture du territoire.

Un affichage interactif avec des cartes simulées de couverture est disponible sur le site Mon Réseau Mobile. C’est très pratique pour savoir l’état du réseau près de chez vous, à votre domicile, dans votre ville ou bien sur votre lieu de travail, et voir ainsi la situation en fonction de votre lieu de vie, plutôt que de raisonner sur des moyennes à un échelon trop impersonnel, qui ne dit rien de la situation locale.

Quel opérateur sur quel réseau ?

Si chaque opérateur de téléphonie mobile s’efforce de bâtir sa propre infrastructure pour ne pas avoir à dépendre d’un réseau concurrent, il faut savoir qu’il existe quand même des accords entre les différents protagonistes pour faire circuler certaines communications électroniques via les antennes-relais d’un rival, ce qui peut compliquer passablement le choix entre telle ou telle offre.

Dans le cas d’Orange, toutes ses communications transitent exclusivement par son réseau. Par contre, l’opérateur historique a signé un accord d’itinérance sur la 2G et la 3G de façon à ce que la clientèle de Free Mobile accède au réseau d’Orange, le temps qu’il bâtisse le sien. Signé en 2011, il s’estompe petit à petit depuis en 2015. Les deux partenaires vont le prolonger jusqu’en 2022, au lieu d’en finir en 2020.

Arrivé après tous les autres, Free Mobile a dû trouver un partenaire pour se mettre en selle. La société fondée par Xavier Niel a conclu en 2011 un accord avec Orange pour utiliser son réseau lorsque surviennent des télécommunications en 2G et 3G. À mesure que son propre réseau se développe, Free Mobile sollicite de moins en moins besoin d’Orange. Mais pour la 4G, Free Mobile se débrouille tout seul.

Concernant Bouygues Telecom, la situation est mixte : il utilise son réseau pour acheminer les liaisons en 2G, 3G et 4G mais il faut savoir qu’un accord de mutualisation existe depuis janvier 2014 avec SFR pour un réseau mobile mutualisé sur une partie du territoire. C’est la raison pour laquelle les deux opérateurs ont parfois des résultats très proches dans les campagnes de mesures.

Naturellement, c’est la même chose chez SFR. La filiale d’Altice s’appuie d’une part sur son propre réseau téléphonique pour la 2G, 3G et 4G mais aussi des infrastructures mises en place conjointement avec Bouygues Telecom dans le cadre de cet accord de mutualisation. Il est à noter que cet accord inclut une prestation d’itinérance 4G pour les clients de SFR sur une partie du réseau de Bouygues Telecom.

(mise à jour le 08 décembre avec la campagne de mesures de 2020)

C'est sûr : vous payez votre forfait 4G trop cher

Article publié initialement le 25 avril 2018 et mis à jour le 09 décembre 2020

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo