Quel est le meilleur opérateur mobile en 2018 ? La réponse à cette question requiert d'évaluer la qualité de chaque réseau. C'est justement ce que fait chaque année le régulateur des télécoms. Sa dernière mesure place Orange en tête et Free Mobile en dernier.

Entre Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile, qui propose le meilleur réseau mobile en 2018 ? À cette question, il est très difficile d’apporter une réponse satisfaisante, définitive et générale. Selon les situations, ça ne serapas toujours le même opérateur qui aura la meilleure qualité de réseau. Divers facteurs entrent en ligne de compte, sans parler du fait que les besoins peuvent varier d’une personne à l’autre.

Un opérateur mobile qui a de très bons résultats en ville est-il aussi au top en zone rurale ? Offre-t-il toujours un service irréprochable dans les transports, que ce soit pendant un trajet sur l’autoroute, dans le métro ou en TGV ?

Les réponses à ces questions dépendront notamment de votre emplacement géographique, de la disponibilité de l’antenne-relais sur laquelle le signal de votre terminal tente de s’accrocher, si vous êtes en déplacement ou bien immobile, ou encore dans un bâtiment ou bien à l’extérieur.

smartphone-android-wide
CC Aaron Yoo

Malgré certaines limites à un tel exercice, il demeure possible d’avoir une vision globale de la situation et de disposer d’un comparatif général. C’est ce que s’efforce de faire tous les ans l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), à travers ses vastes campagnes d’évaluation de la qualité de service des opérateurs mobiles.

Comme en 2017, le régulateur des télécoms n’y est pas allé de main morte cette année pour fournir une photographie la plus fine possible de chaque réseau. Ainsi, l’autorité déclare avoir effectué plus d’un million de mesures en 2G, 3G et 4G sur l’ensemble du territoire, dans tous les départements et dans différentes situations (dans les transports, à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments).

En ville et à la campagne

Résultats des courses ? Comme en 2014, 2015, 2016 et 2017, c’est Orange qui arrive en tête. Suivent ensuite Bouygues Telecom et SFR, qui présentent des résultats plutôt semblables. Quant à Free Mobile, il se retrouve en quatrième position ; une place peu flatteuse mais qui s’explique par le fait que l’opérateur est arrivé après tous les autres sur le marché et que rattraper ses concurrents prend du temps.

Concernant l’opérateur historique, il « affiche les meilleurs résultats sur l’ensemble de la campagne de mesures », observe l’Arcep. Mais à la lecture des graphiques, il convient de constater que les écarts avec les trois autres opérateurs sur bon nombre d’indicateurs ne sont pas si profonds. Par exemple sur les SMS reçus en moins de 10 secondes en zone dense, les opérateurs sont dans un mouchoir de poche.

Qualité mobile et débits moyens

En zone dense (15 plus grandes villes)

Opérateur Orange Free Bouygues SFR
Appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite 98 % 87 % 97 % 97 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 99 % 91 % 99 % 98 %
Débit moyen constaté lors de téléchargement de fichier 62 Mb/s 26 Mb/s 45 Mb/s 39 Mb/s
Pages web chargées en moins de 10 secondes 96 % 83 % 95 % 94 %
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 96 % 81 % 92 % 91 %

En zone intermédiaire (villes de 10 000 à 400 000 habitants)

Opérateur Orange Free Bouygues SFR
Appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite 98 % 86 % 97 % 97 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 98 % 90 % 98 % 98 %
Débit moyen constaté lors de téléchargement de fichier 46 Mb/s 23 Mb/s 30 Mb/s 29 Mb/s
Pages web chargées en moins de 10 secondes 94 % 72 % 90 % 90 %
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 91 % 72 % 87 % 86 %

En zone rurale (villes de moins de 10 000 habitants)

Opérateur Orange Free Bouygues SFR
Appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite 89 % 80 % 89 % 89 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 90 % 82 % 92 % 89 %
Débit moyen constaté lors de téléchargement de fichier 14 Mb/s 11 Mb/s 17 Mb/s 16 Mb/s
Pages web chargées en moins de 10 secondes 72 % 45 % 75 % 74 %
Vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite 69 % 42 % 70 % 70 %

Concernant Bouygues Telecom et SFR, le régulateur relève que le premier « prend globalement l’avantage » sur le second. Il est à noter pourtant que les deux opérateurs ont choisi de travailler main dans la main sur l’extension de leur couverture mobile, en signant un contrat de mutualisation sur la 2G, la 3G et la 4G ainsi qu’un contrat d’itinérance sur le réseau 4G.

Et Free Mobile ?

L’opérateur « affiche des résultats sensiblement moins bons sur un grand nombre d’indicateurs ». Cependant, le régulateur note que celui-ci « progresse », malgré le fait que sa couverture 4G soit « moins étendue que celle des autres opérateurs ».

On rappellera que Free est le dernier des quatre opérateurs à s’être lancé dans la téléphonie mobile. Cette explication est toutefois une excuse dont l’impact tend à diminuer avec le temps : cela fait maintenant plus de six que Free Mobile est descendu dans l’arène. Le prétexte de la jeunesse est aujourd’hui moins recevable.

Tous les opérateurs, à l’exception de Free Mobile, ont amélioré la qualité de leurs services data

Les principales faiblesses de Free Mobile sont le chargement des pages web et de la lecture de vidéos. Les écarts sont notables en zones dense et intermédiaire et criants en zone rurale. Du côté des transports, Free fait jeu égal avec ses rivaux pour les appels et les SMS mais n’est pas bon du tout en ce qui concerne le chargement des pages web. Le constat du régulateur est cruel : « tous les opérateurs, à l’exception de Free Mobile, ont amélioré la qualité de leurs services data ».

Au sujet des zones rurales, qui sont les moins bien loties dans ce comparatif, le gendarme des télécoms se félicite de la poursuite de la « progression » des résultats, fruit des «  efforts des opérateurs pour poursuivre l’extension de leur couverture en service 4G ». Un appel à poursuivre ces efforts est formulé, afin de combler l’écart avec les régions plus peuplées, mais aussi pour couvrir les zones encore tenues à l’écart.

Couverture dans les transports

Autoroutes et 20 routes secondaires

Opérateur Orange Bouygues SFR Free
Appels maintenus 2 minutes 93 % 90 % 93 % 81 %
SMS reçus en moins de 10 secondes 94 % 92 % 94 % 80 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes 87 % 90 % 88 % 51 %

TGV

Opérateur Orange Bouygues SFR Free
Appels maintenus 2 minutes  80 %  77 %  74 % 69 %
SMS reçus en moins de 10 secondes  86 %  80 %  83 % 63 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes  71 %  84 %  64 % 27 %

Intercités et 50 TER

Opérateur Orange Bouygues SFR Free
Appels maintenus 2 minutes  80 %  80 % 80 % 75 %
SMS reçus en moins de 10 secondes  82 % 84 % 85 % 70 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes  71 % 72 % 72 % 35 %

RER et Transiliens

Opérateur Orange Bouygues SFR Free
Appels maintenus 2 minutes  91 %  90 % 86 % 81 %
SMS reçus en moins de 10 secondes  93 % 88 % 91 % 81 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes  90 % 80 %  82 %  55 %

Métros

Opérateur Orange Bouygues SFR Free
Appels maintenus 2 minutes 58 %  43 % 55 % 43 %
SMS reçus en moins de 10 secondes  67 % 51 % 59 % 51 %
Pages web chargées en moins de 10 secondes  49 % 26 %  40 %  26 %

L’Arcep met toutefois en garde sur les conclusions trop hâtives qui pourraient être tirées de ce classement, et des comparatifs qui pourraient découler, dans la mesure où il s’agit d’une synthèse générale.

Le cas d’un utilisateur pris isolément pourra donner lieu à variations significatives de qualité entre les opérateurs et modifier potentiellement la hiérarchie de ce classement. Aussi, l’Arcep « invite chacun à comparer la qualité des opérateurs, en fonction de ses besoins ».

Profil des tests

Dans le cadre des mesures effectuées par l’Arcep, des tests ont eu lieu dans plusieurs zones denses, mais aussi dans des régions moins peuplées ainsi qu’en milieu rural, à la fois à l’intérieur d’un bâtiment et en dehors. L’enquête a porté sur les services mobiles les plus répandus : navigation web, lecture de vidéo, transfert de données, SMS et appels vocaux.

La campagne de 2017 a été beaucoup plus forte que celle conduite en 2016.

Pour 2018, le volume des mesures en zones rurales, intermédiaires et denses est similaire à celui de l’an passé. Le régulateur précise par contre, pour ses autres critères, avoir fait 270 000 mesures sur les routes, 130 000 mesures dans les TGV, 250 000 mesures dans les Intercités et les TER, 50 000 mesures dans les RER et Transiliens, et 50 000 mesures dans les métros

Parmi les tests mis en œuvre figurent :

  • les appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite ;
  • les SMS reçus en moins de 10 secondes ;
  • le débit moyen constaté lors de téléchargements de fichiers ;
  • les pages web chargées en moins de 10 secondes ;
  • les vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite.

Il est à noter que la couverture des voies de circulation est une obligation que les opérateurs doivent suivre pour bénéficier des fréquences 700 MHz pour le réseau 4G.

Meilleure couverture 4G

La 4G est actuellement la norme de téléphonie mobile à travers laquelle les quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile bataillent , en attendant la 5G, qui ne sera vraiment disponible qu’après 2020.

Trois des quatre acteurs du marché (Orange, SFR et Bouygues Telecom) revendiquent une couverture de la population en France métropolitaine supérieure ou égale à 95 %. Seul Free Mobile est en retrait : il n’atteint « que » 90 %, selon les indications fournies par les opérateurs, en date d’octobre 2018. Aucun opérateur ne communique sur la couverture du territoire, mais l’Arcep a obtenu des données.

Cela n’est pas surprenant : « à ce jour, de nombreuses zones du territoire n’en bénéficient pas encore », regrette l’autorité des télécoms. Les choses se sont toutefois bien améliorées depuis avril 2017 : Free Mobile est passé de 58 à 76 %. Quant à Orange, Bouygues et SFR, ils se trouvent respectivement à 85, 76 et 76 %. Il y a certes encore du chemin à parcourir, mais ça progresse.

Les opérateurs sont de toute façon scrutés par l’Arcep, qui « veillera donc à ce que les opérateurs maintiennent leurs efforts afin que la 4G bénéficie au plus grand nombre sur l’ensemble du territoire, et que les écarts de performances entre zones rurales et denses se réduisent progressivement ».

La couverture 4G selon l’Arcep
Opérateur Orange Free Bouygues SFR
Couverture 4G population (octobre 2018) 98 % 90 % 97 % 97 %
Couverture 4G population (avril 2017) 89 % 80 % 88 % 88 %
Couverture 4G territoire (octobre 2018) 85 % 66 % 76 % 76 %
Couverture 4G territoire (avril 2017) 55 % 45 % 58 % 59 %
Opérateur Orange Free Bouygues SFR
Couverture annoncée de la population en 4G 96 % 86 % 95 % 98 %
Date de l’annonce 19 janvier 2018 13 mars 2018 12 février 2018 26 octobre 2018
Objectif revendiqué pour la fin 2018 99 % ~90 % 99 % 99 %

Devinez sur quelles statistiques les opérateurs préfèrent communiquer ?

Le détail de l’enquête 2018 sur la qualité des services de données des opérateurs mobiles en zones d’habitation et sur les axes de transport en France métropolitaine peut être consulté à cette adresse. Un affichage interactif est aussi disponible sur le site Mon Réseau Mobile. pour savoir l’état du réseau près de chez vous, à votre domicile, dans votre ville ou bien sur votre lieu de travail. Il suffit d’entrer l’adresse qui vous intéresse et de faire vous même la comparaison.

Quel opérateur sur quel réseau ?

Si chacun des quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile s’efforce de bâtir sa propre infrastructure pour ne pas avoir à dépendre d’un réseau concurrent, il faut savoir qu’il existe quand même des accords entre les différents protagonistes afin de pouvoir faire circuler certaines communications électroniques via les antennes-relais d’un rival, ce qui peut compliquer passablement le choix entre telle ou telle offre.

Dans le cas d’Orange, toutes ses communications transitent exclusivement par son réseau, que ce soit la 2G, 3G ou la 4G. Par contre, l’opérateur historique a signé un accord d’itinérance sur la 2G et la 3G de façon à ce que la clientèle de Free Mobile puisse accéder au réseau d’Orange lorsque cela s’avère nécessaire. Signé en 2011, il a commencé à s’estomper en 2015 et doit prendre fin en 2020.

Quel est le meilleur opérateur mobile en 2018 ?

Arrivé après tous les autres, Free a dû trouver un partenaire temporaire pour se mettre en selle. La société fondée par Xavier Niel a donc conclu un accord avec Orange pour utiliser son réseau lorsque surviennent des télécommunications en 2G et 3G. À mesure que son propre réseau se développe, Free Mobile a de moins en moins besoin d’Orange. Pour la 4G, Free Mobile utilise son propre réseau.

Concernant Bouygues Telecom, la situation est mixte : il utilise son propre réseau pour acheminer les communications électroniques en 2G, 3G et 4G mais il faut savoir qu’un accord de mutualisation a été signé en janvier 2014 avec SFR afin de déployer un réseau mobile mutualisé sur une partie du territoire. Cet accord explique en partie pourquoi les deux opérateurs ont parfois des résultats très proches.

Naturellement, c’est la même chose chez SFR. La filiale d’Altice s’appuie sur son propre réseau téléphonique pour la 2G, 3G et 4G mais aussi des infrastructures mises en place conjointement avec Bouygues Telecom dans le cadre de l’accord de mutualisation signé en 2014. À noter toutefois que cet accord inclut une prestation d’itinérance 4G pour les clients de SFR sur une partie du réseau de Bouygues Telecom.

Quel est le meilleur réseau selon 4G Mark

Les résultats dévoilés par le régulateur des télécoms le 21 juin 2017, qui permettent de hiérarchiser au niveau national les quatre principaux opérateurs que sont Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile, concordent avec les mesures plus récentes effectuées par 4G Mark. Attention toutefois : l’étude de la société comporte une particularité dont il faut tenir compte pour lire le tableau :

L’objectif affiché est d’apporter aux mobinautes une vision en termes d’expérience en 4G, explique 4G Mark, mais où l’expérience « est prise dans son ensemble » : en clair, la société inclut aussi les autres types de couverture réseau, c’est-à-dire la 2G et la 3G. Ce sont « les performances de tous les sous-réseaux qui permettent de mesurer l’expérience client contrairement à l’approche plus technique du réseau 4G seul ».

Réseau mobile : Comparatif des débits Bouygues, Free, SFR et Orange
Les mesures de 4GMark.

Cette approche est justifiée mais il faut bien avoir ça en tête, notamment pour ce qui est de Free Mobile, qui récupère une bien mauvaise place par rapport à ses rivaux :  l’opérateur a en effet « un débit de téléchargement 3G bridé à 1 Mb/s sur le réseau d’itinérance  [Orange, ndlr] lorsqu’il n’est pas sur son réseau propre ».  Certes, Free Mobile affiche des débits très corrects en 4G, mais son réseau est moins étendu.

Dès lors, du fait d’un réseau 4G convenable mais moins étendu et par le jeu des moyennes qui inclut des particularités comme le bridage de l’itinérance 3G par Orange — une mesure qui était attendue et prévue –, Free se retrouve mécaniquement moins bien classé que les autres. Mais la situation tend à se résorber au fil des années et les écarts sont amenés à se réduire, malgré une méthodologie spéciale.

(mise à jour le 17 octobre avec le dernier rapport de l’Arcep)

Article publié initialement le 25 avril 2018

Partager sur les réseaux sociaux