Le bitcoin a atteint de nouveaux sommets, mais a chuté abruptement de 10 000 dollars immédiatement après. Cette énorme fluctuation du prix après le record est la preuve que le bitcoin est dans une bulle spéculative, selon la journaliste Nastasia Hadjadji, spécialisée dans les crypto-monnaies.

Ça y est : le bitcoin a battu son record de prix absolu le 5 mars 2024, à 69 147 dollars. Ce nouveau record a été établi aux environs de 16 heures (heure de Paris), selon les données de CoinMarketCap — mais un peu plus tard, sur les coups de 19 heures, un bitcoin se vendait aux alentours de 59 000 dollars, toujours selon les données du site.

Les variations du prix du bitcoin en quelques heures sont impressionnantes  // Source : Numerama / Coinmarketcap
Les variations du prix du bitcoin ces dernières heures sont impressionnantes. // Source : Capture d’écran

Depuis, le prix de la crypto-monnaie est de nouveau remonté pour s’établir vers les 66 000 dollars. Dans le marché des crypto-monnaies, de telles corrections ne sont pas rares — mais l’intensité récente de ces variations est impressionnante. Comment expliquer un tel « trou d’air » de 10 000 dollars en quelques heures ? Que veut-il dire ?

Le bitcoin, un actif « ultra-spéculatif »

Selon Nastasia Hadjadji, journaliste autrice du livre No Crypto. Comment Bitcoin a envouté la planète, ces évolutions extrêmes sont symptomatiques des actifs spéculatifs. « Quand il y a un pic de marché historique, comme on vient de le vivre, il y a forcément des phénomènes spéculatifs », explique-t-elle à Numerama.

Aujourd’hui, « la brutalité et l’amplitude déraisonnable de cette fluctuation illustre que l’on a affaire à un actif ultra-spéculatif. Peut-on imaginer une monnaie qui se replie à cette rapidité ? Une monnaie requiert de la stabilité », juge-t-elle. « On a la preuve de la dangerosité de cet actif pour les épargnants traditionnels. »

À cela se rajoute un problème d’illiquidité, observe-t-elle. Lors du pic, beaucoup de propriétaires de bitcoin qui avait acheté à des tarifs plus bas ont profité de l’occasion pour en revendre et encaisser la différence.

Mais ces mouvements financiers importants ont, à leur tour, entraîné une baisse brutale des prix. Des plateformes ont été chamboulées par cette vague de vente et de retrait, y compris celles de premier plan : « il y a eu une congestion sur les plateformes de vente pour retirer l’argent, notamment sur Binance et Coinbase, qui ont été en grande difficulté. »

Coinbase
Coinbase a été quelque peu bousculé. // Source : Ivan Radic

Binance, la plus grande plateforme d’échange crypto au monde, a en effet dû suspendre les retraits pendant quelque temps, le 5 mars, avant de les remettre en place. Sur Coinbase, des utilisateurs ont vu leur solde passer à 0 dollar suite à un bug informatique, et la valeur du bitcoin a par ailleurs décroché subitement durant un moment.

Une prophétie autoréalisatrice

Pour autant, le prix du bitcoin pourrait continuer de grimper — parmi les scénarios évoqués, il y a celui d’un bitcoin à 100 000 dollars en 2024. Cette éventualité est portée par trois principaux arguments : l’arrivée des produits financiers (ETF) bitcoin, un contexte macroéconomique favorable, avec la fin du bear market, et enfin, l’approche d’un phénomène survenant tous les 4 ans : le halving du bitcoin.

Ce moment, qui survient très occasionnellement, entraîne une division par deux des récompenses accordées aux mineurs de bitcoin, créant de plus en plus de rareté. Or, cette réduction régulière des gains serait « une prophétie auto-réalisatrice, parce que cet effet de rareté est un des mécanismes qui pourrait avoir créé ce phénomène spéculatif et cette bulle », analyse Nastasia Hadjadji.

Les faillites de 2022 oubliées

Malgré cela, « il y a aujourd’hui un marketing qui tend à enrôler de plus en plus de personnes », note la journaliste, que ce soit sur les réseaux sociaux ou de la part des plateformes d’échange. « Il y a une défiance légitime envers les institutions bancaires, il y a une peur du déclassement et une perte de pouvoir d’achat. » Le bitcoin apparait alors comme très tentant avec ses promesses de bénéfices faciles. « Mais ce qui est vendu comme de l’inclusion financière expose en réalité des personnes à des phénomènes spéculatifs. »

Un bitcoin  // Source : Canva
Le marché de la crypto connait une forte agitation en ce début 2024. // Source : Canva

Les faillites spectaculaires de Terra et de FTX, en 2022, avaient rebattu les cartes pendant un temps, écornant la confiance de nombreux investisseurs dans l’écosystème. « Je pensais que cela avait contribué à refroidir les gens, et à démontrer la toxicité du secteur », continue la journaliste. « Mais là, il suffit que le bitcoin remonte pour que les sirènes soient de retours. Cette industrie est très sensible à la publicité, donc je pense que le FOMO [la peur de passer à côté d’une opportunité de gagner de l’argent, ndlr] joue à plein. Avec ce sentiment et la hausse du prix du bitcoin, cela pourrait convaincre les gens d’investir. »

En dépit de tout ça, Nastasia Hadjadji conseille de « garder la tête froide » sur les investissements intempestifs. « Beaucoup de fans des cryptos disent ‘on avait raison’ », en tournant au ridicule les personnes ayant douté du bitcoin ces dernières années. Cependant, son retour en force « n’invalide pas la toxicité de cet actif », tranche-t-elle. « Il faut toujours le considérer comme un objet politique. »

Cet article existe grâce à

Cet article a pu voir le jour grâce au financement de nos adhérent·e·s, offrant le temps et les ressources nécessaires à la production d’une information de qualité. Numerama+ permet à Numerama de rester gratuit et éviter de verrouiller le web derrière un mur payant.

Zéro publicité, meilleur confort de lecture, articles résumés par l’I.A et plus encore... Si vous souhaitez soutenir la mission de Numerama et profiter de nombreux avantages exclusifs, adhérez à Numerama+.

Découvrez Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !