Le marché des crypto-monnaies est reparti à la hausse depuis début 2024, et les principaux indicateurs sont au vert. Cette tendance peut-elle durer et signer la fin du bear market ?

Depuis le début de l’année 2024, le monde des crypto-monnaies vit une réalité à laquelle il n’était plus habitué depuis quelque temps : des bonnes nouvelles arrivent. Le prix du bitcoin a atteint les 45 000 dollars au tout début du mois de janvier, et a depuis dépassé la barre des 50 000 dollars, un seuil qu’il n’avait plus atteint depuis fin 2021. C’est désormais au tour de l’Ethereum, la deuxième plus grosse crypto-monnaie en termes de valorisation et de popularité après le bitcoin, de voir son prix atteindre un niveau historique, à 3 000 dollars.

Toutes ces nouvelles soulèvent une question : se pourrait-il que le bear market soit fini ? Explications.

Qu’est-ce que le bear market ?

Le terme bear market désigne un marché baissier, en forte chute sur une période conséquente — il ne s’agit pas que d’une simple baisse passagère. Il est utilisé pour parler aussi bien du marché financier traditionnel que du marché des cryptos. Généralement, on peut parler de bear market lorsqu’on observe une baisse de plus de 20 % des valeurs sur une période d’au moins plusieurs semaines.

Le marché des cryptos, mais aussi celui de la finance traditionnelle, viennent tous deux de traverser un bear market. Au niveau des crypto-monnaies, le bear market a commencé en octobre 2021, après le record de prix du bitcoin. Le cours de celui-ci s’est alors effondré pendant plusieurs mois d’affilée, entrainant avec lui la valorisation de tout l’écosystème crypto.

Le bear market a commencé fin 2021, et se termine à peine // Source : Coinmarketcap / Montage Numerama
Le bear market a commencé fin 2021, et se termine à peine. // Source : Coinmarketcap / Montage Numerama

Mais, il semble y avoir du changement. Depuis mi-2023, le cours du bitcoin repart à la hausse, et il n’est pas le seul : la valorisation du secteur entier remonte.

Est-ce la fin du bear market ?

Pour Claire Balva, vice-présidente de Deblock, une entreprise française proposant un compte courant en cryptos et en euros, il est toujours compliqué de dire exactement ce qui va se passer sur les marchés. Cependant, « il y a plusieurs facteurs qui montrent que l’on est sur une fin de bear market », explique-t-elle au téléphone à Numerama.

Le premier facteur, « c’est l’approche du halving du bitcoin ». Le halving du bitcoin est un évènement qui arrive tous les quatre ans, et qui est très attendu de la part des mineurs et des fans de crypto. Le halving désigne le moment où les mineurs gagneront moins de bitcoins pour chaque nouveau bloc créé : pour l’instant, les mineurs gagnent 6,25 bitcoins. Après le halving, cette somme passera à 3,125 bitcoins.

Le halving peut sembler de prime abord contradictoire, mais cette opération vise au contraire à rendre plus rare le bitcoin — et donc, à mécaniquement augmenter sa valeur. C’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé après les derniers halvings de 2016 et 2020, qui ont été suivis de bull markets — l’inverse du bear market, lorsque les cours s’envolent.

Le bitcoin pourrait-il battre son précédent record en 2024 ? « Oui, c’est possible », indique Claire Balva. « Je ne suis pas analyste, mais c’est possible, et quand on regarde les performances passées, pendant les derniers bull markets de 2017 ou 2021, on voit que les records avaient été battus à ces moments-là. »

L'Ethereum, 2e crypto-monnaie la plus populaire au monde, doit passer à un système de proof of stake // Source : Canva
L’Ethereum, 2e crypto-monnaie la plus populaire au monde. // Source : Canva

D’autant que ce n’est pas la seule bonne nouvelle concernant les bitcoins. « Il y a eu d’autre part l’arrivée des ETF bitcoin qui a dopé les cours dès le début, et qui contribue toujours à la hausse. On attend également des nouvelles des ETF Ethereum, qui pourraient bientôt être autorisés. » Et qui pourraient donc encore plus entrainer le marché vers la hausse.

Surtout, « l’ambiance dans les entreprises est nettement plus positive qu’il y a un an ou deux », note Claire Balva. « On sent que les passionnés et les entreprises ont repris espoir, et on s’attend aussi à du positif d’un point de vue réputation ». Le monde de la crypto a été secoué par plusieurs scandales et faillites impressionnantes, telles que celles de Terra et de FTX, deux géants tombés en quelques heures à la suite de mauvaises gestions.

« Ces scandales ont choqué l’opinion et ont stoppé net des projets dans certaines entreprises », retrace Claire Balva. « Certaines banques qui voulaient faire de la crypto ont tout arrêté. Mais avant même ces affaires, la crypto avait une réputation négative, notamment avec des poncifs sur le financement du terrorisme. » Malgré cela, « quand on regarde le taux d’adoption du grand public en France, on voit qu’il a augmenté, même avec les scandales. On est sur une hausse. » De quoi rendre les entreprises optimistes pour 2024, en effet.

Cet article existe grâce à

Cet article a pu voir le jour grâce au financement de nos adhérent·e·s, offrant le temps et les ressources nécessaires à la production d’une information de qualité. Numerama+ permet à Numerama de rester gratuit et éviter de verrouiller le web derrière un mur payant.

Zéro publicité, meilleur confort de lecture, articles résumés par l’I.A et plus encore... Si vous souhaitez soutenir la mission de Numerama et profiter de nombreux avantages exclusifs, adhérez à Numerama+.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !