Sam Altman, le fondateur et patron d’OpenAI, s’intéresse à la création d’un appareil dédié à l’intelligence artificielle. Si on ignore sa nature, l’équipe qui se rassemble autour de lui compte quelques figures de la tech et de la finance.

On connaissait OpenAI pour son intelligence artificielle générative, avec son agent conversationnel ChatGPT. Bientôt, on connaîtra peut-être l’entreprise américaine pour son matériel. Ces derniers mois, des bruits de couloir insistants font état d’un projet confidentiel au sein de l’entreprise américaine, dans lequel Sam Altman — le fondateur — serait impliqué.

On ignore à ce jour la nature de l’équipement sur lequel travaille Sam Altman. Tout juste devine-t-on qu’il ne s’agirait pas d’un smartphone, si l’on se fie à ses anciennes déclarations. En octobre, lors de la conférence Tech Live du Wall Street Journal, le patron d’OpenAI a assuré n’avoir « aucun intérêt » à venir challenger l’iPhone ou les mobiles Android.

L’appareil serait donc d’un autre genre, mais faute d’indice, seules des spéculations peuvent être faites : des lunettes connectées ? Une montre intelligente ? Un casque ? Pourquoi pas un pin’s comme ce que propose Humane, une startup fondée par des anciens d’Apple ? Si l’expérience d’utilisation a l’air encore hautement bancale, le concept a le mérite de l’originalité.

Des « stars » de la tech et de la finance

Au-delà du profil encore très flou de ce que souhaite construire OpenAI et Sam Altman, c’est surtout la composition de l’équipe qui est en train de se constituer qui intrigue. En septembre, il a été rapporté que l’ex-designer en chef d’Apple, Jony Ive, a discuté avec Altman au sujet de ce dispositif. Il a orienté l’esthétique de nombre de produits de la marque.

Cet attelage inattendu ne s’arrête pas là. Une autre personnalité du monde de la tech et de la finance, Masayoshi Son, le patron et investeur de Softbank, a aussi été mentionnée cet automne par le média The Conversation. Le Financial Times a écrit le 28 septembre que Masayoshi Son serait le principal pourvoyeur de fonds de cette aventure, à hauteur d’un milliard de dollars.

Jonathan Ive et Tim Cook en 2018.  // Source : Apple
Jonathan Ive, à gauche, du temps de ses activités chez Apple. // Source : Apple

Dans ce mystérieux produit, Softbank pourrait aussi mettre à disposition les puces ARM, puisque la holding japonaise détient à 100 % l’entreprise britannique. ARM est au carrefour de la tech contemporaine, avec une compétence dans les semi-conducteurs très appréciée. C’est d’ailleurs pour cela que Nvidia a fait des pieds et des mains pour l’acquérir, en vain.

Le degré d’implication de Masayoshi Son et Jony Ive est sujet à débat, mais il est établi par Bloomberg que le second est toujours dans la boucle. Il va retrouver en conséquence un autre ancien d’Apple, Tang Tan. Celui-ci travaillait comme cadre chez Apple jusqu’en 2019, notamment sur l’iPhone et l’Apple Watch, selon le site américain.

L’information a été rapportée par Mark Gurman, l’un des journalistes les mieux renseignés des activités de la firme de Cupertino. Tang Tan aurait ainsi rejoint le cabinet de design de Jony Ive, LoveFrom. Il est indiqué que l’intéressé va travailler sur l’ingénierie matérielle du produit. Au-delà de ces personnalités, le nombre de personnes concernées dans le projet est inconnu.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !