La startup Humane, fondée par des anciens d’Apple, rêve de remplacer le smartphone avec un pin’s qui s’accroche au t-shirt, un picoprojecteur et une intelligence artificielle. Les premières vidéos partagées par la marque montrent un produit qui n’a pas l’air très ergonomique.

Avec son Ai Pin, Humane va-t-elle remplacer le smartphone ou faire un gros flop ? Cette question, les observateurs du secteur des nouvelles technologies se la posent depuis que Humane, après avoir passé des années à parler de son projet, a dévoilé son premier produit le 10 novembre. Commercialisé seulement aux États-Unis pour l’instant, le Ai Pin est une invention assez unique, aussi bien par son concept que par son modèle économique. Il faut débourser 699 dollars pour l’obtenir, puis payer 24 dollars par mois pour le faire fonctionner.

Le Humane Ai Pin va-t-il remplacer le smartphone ? Tout laisse penser que non. Les premières vidéos du produit montrent qu’il s’agit plus d’un accessoire de luxe que d’un terminal mobile révolutionnaire.

Le Ai Pin a l’air difficile à utiliser

Pour interagir avec un AI Pin, il y a deux possibilités :

  • On peut le toucher pour lui parler (aucun mot-clé n’existe pour déclencher l’assistant vocal, sans doute pour des questions d’autonomie),
  • On peut projeter une interface sur sa main, avec du texte monocolore. On utilise alors ses doigts, avec des pincements, pour sélectionner un contenu et on bouge sa paume pour faire défiler le texte.

C’est précisément ce second aspect qui inquiète. Une vidéo publiée par Bethany Bongiorno, la cofondatrice de Humane, veut rassurer sur la facilité d’utilisation du Ai Pin pour répondre à un message. Elle a l’effet inverse, puisqu’elle montre une interface peu naturelle, à base de nombreux pincements de doigts, de mouvements de la main et d’un affichage pas très net. S’ajoute à ça l’obligation d’envoyer une réponse dans une liste, puisqu’il n’y pas de clavier. Comment peut-on trouver ce type d’interaction plus simple que la rédaction d’un message sur son téléphone ou sur sa montre ?

Si le suivi de la main a l’air fonctionnel, Humane semble s’être compliqué la vie. Le Ai Pin pourrait être un bon produit, sans être un remplaçant du smartphone.

Le contrôle vocal est cool, mais lent

Dans une autre vidéo, Humane montre le contrôle vocal du Ai Pin. Ici, il n’y a pas de projection et de gestes compliqués. On touche le pin’s, on lui parle et on attend une réponse. Humane utilise les serveurs d’OpenAI et doit donc se réjouir du retour du CEO Sam Altman, alors que l’entreprise était menacée de disparition.

Comme avec une enceinte connectée, l’Humane Ai Pin ne répond pas instantanément. Il lui faut du temps pour analyser la question, ce qui pourrait devenir frustrant pour les premiers utilisateurs de l’appareil (surtout quand ils auront un mauvais réseau). L’absence d’un mot-clé et l’obligation de toucher l’objet est aussi problématique, surtout quand on a les mains prises.

Cette fonction suffira-t-elle à faire de l’Ai Pin le remplaçant du smartphone ? Pour l’instant, on en doute. Surtout lorsqu’on additionne les coûts : il faut compter 1 275 euros sur deux ans, quand on prend en compte le montant de l’abonnement.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !