En 2023, Withings, spécialiste des objets axés sur la santé, a lancé la ScanWatch 2, une montre hybride bardée de capteurs au design soigné.

Depuis plusieurs années, Withings se rêve en acteur majeur du suivi de la santé. Son catalogue est rempli de produits qui permettent d’obtenir des données intéressantes sur la manière dont notre corps fonctionne, au repos comme pendant un effort. Et si on veut devenir le meilleur sur ce positionnement, il faut proposer un objet capable de suivre l’utilisatrice et l’utilisateur partout, de la manière la plus invisible qui soit. Dans cette optique, il n’y a rien de mieux qu’une montre connectée, un accessoire courant, qui peut facilement se faire oublier en s’intégrant à une tenue.

En 2023, Withings a lancé la ScanWatch 2, une montre haut de gamme qui a la particularité d’être hybride. Concrètement, si on l’observe de loin, on n’a pas du tout l’impression qu’elle est connectée. Un atout indéniable pour qui ne voudrait pas s’embarrasser d’une montre qui prend la forme d’un immense écran sur le poignet — comme l’Apple Watch, reine du segment. Ce design passe-partout n’empêche pas la ScanWatch 2 d’embarquer une palanquée de capteurs, qui envoient des mesures à retrouver dans une application dédiée.

La ScanWatch 2 est d’abord une très belle montre

Withings peut vraiment être fier du design de la ScanWatch 2 tant elle rivalise sans aucun problème avec une montre qu’on pourrait acquérir dans une horlogerie classique. Disponible en 38 et 42 mm, elle s’appuie sur des finitions à la hauteur du prix (350 €) : un boîtier en acier inoxydable (couronne y compris) et un écran en saphir. En prime, le système de fixation du bracelet est standard, ce qui signifie qu’on pourra opter pour un modèle compatible (18 ou 20 mm). Sinon, Withings commercialise les siens, en différents matériaux (silicone, cuir, maille recyclée, métal).

La ScanWatch 2 doit quand même son statut de montre connectée à un petit écran OLED de 0,63 pouce, monochrome mais bien défini. Compte tenu de sa taille, il n’est pas du tout invasif et permet d’accéder aux notifications, aux fonctionnalités et aux réglages. Détail rigolo et bien pensé : les aiguilles s’écartent si elles sont dessus quand on s’en sert — et elles se remettront bien entendu à la bonne heure d’elles-mêmes. La ScanWatch 2 est équipée d’une fonction qui active l’écran quand on lève le poignet, fonction qu’on trouve capricieuse à l’usage (surtout que l’écran est petit).

Montre connectée Withings ScanWatch 2 // Source : Maxime Claudel pour Numerama
La ScanWatch 2 est dotée d’un petit écran OLED // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Sur une montre normale, la couronne sert à régler l’heure. Ce n’est pas le cas pour la ScanWatch 2, qui se met à l’heure automatiquement grâce au smartphone à laquelle elle est connectée (en Bluetooth). Ici, elle sert à naviguer dans l’interface minimaliste affichée par le petit écran, un point qui pénalise l’ergonomie générale, le retour en arrière étant compliqué. Pendant nos entraînements, il nous est arrivé d’appuyer plusieurs fois sur la couronne sans le vouloir, en pliant le poignet, mettant alors sur pause la fonctionnalité « Entraînement ». Pénible.

On comprend vite qu’il vaut mieux utiliser la ScanWatch 2 de manière très normale, et de la laisser prendre ses mesures en background. On ne peut pas avoir à la fois une montre au design classique et une expérience avancée digne d’une Apple Watch. Withings aurait quand même été bien inspiré d’intégrer un deuxième écran à sa montre, en plus de la couronne — dont on peut personnaliser l’appui long (exemple : démarrer le chronomètre).

Montre connectée Withings ScanWatch 2 // Source : Maxime Claudel pour Numerama
La montre connectée Withings ScanWatch 2 ressemble à une montre normale // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Où est passé le GPS ?

Capteur de température, accéléromètre, cardiofréquencemètre, oxymètre, altimètre et électrocardiogramme : voilà la liste des capteurs intégrés à la ScanWatch 2. Si vous avez lu avec attention, vous avez remarqué une absence de taille : il n’y a pas de GPS dans cette montre, un gros défaut pour les adeptes de running. La seule manière d’avoir un suivi précis des trajets est de laisser la localisation du téléphone sur « Toujours activé », ce qui aura pour conséquence de vider drastiquement la batterie. Ce qui veut dire aussi que vous ne pourrez pas laisser votre smartphone chez vous si vous partez en footing.

Montre connectée Withings ScanWatch 2 // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Plein de capteurs, mais zéro GPS // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La ScanWatch 2 fait quand même bien l’affaire pour compter le nombre de pas, mesurer sa fréquence cardiaque ou obtenir rapidement un ECG. On est en revanche un peu plus sceptique sur le suivi du sommeil. Comme la montre est capable de tenir plusieurs jours sans besoin d’être rechargée (entre une et deux semaines selon votre usage), vous pouvez la porter la nuit pour qu’elle vous donne un score. On a obtenu des résultats très étranges pendant notre test, avec une montre qui croit qu’on est endormi alors qu’on ne l’est pas du tout. Cela pénalise l’analyse sur le long terme, avec des notes vraiment très basses.

L'application Withing // Source : Capture d'écran
Non, je n’ai pas dormi 49 minutes le lundi 4 décembre // Source : Capture d’écran

On fera un constat similaire concernant l’utilité du capteur de température. Il ne vous dira pas si vous avez de la fièvre (à l’instar de l’Apple Watch), mais indique les variations. L’occasion de voir si votre corps ne chauffe pas trop pendant un entraînement et, avec de bonnes connaissances, d’optimiser au mieux vos efforts. Cela reste malgré tout une donnée supplémentaire, bien rangée dans une application très fournie. Notez que Withings propose un abonnement pour aller encore plus loin. Facturé 9,99 € par mois, Withings+ fournit des programmes et des recettes pour se motiver encore plus à évoluer. Trois mois d’essai sont offerts avec la montre.

Le verdict

La montre ScanWatch 2 de Withings a de sacrées qualités. On apprécie particulièrement son design qui masque très bien le fait qu’elle soit connectée. Comme elle ressemble à une montre normale, on a envie de la porter tout le temps. Sur la partie accessoire, c’est un vrai plus, d’autant qu’elle est compatible avec une multitude de bracelets (pas seulement ceux de Withings).

Sur la partie santé, la ScanWatch 2 fournit une multitude de données grâce à une multitude de capteurs. Tout est concentré dans une application très claire et lisible, même si certaines mesures restent imprécises (le sommeil) ou difficiles à exploiter (les variations de température). On regrette par ailleurs l’absence d’un GPS, qui contraint à toujours solliciter celui du smartphone.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.