Face à des terrains remplis de mines, des militaires ukrainiens ont trouvé le moyen de détecter les explosifs avec des drones équipés de caméras thermiques.

Avant de pouvoir atteindre les tranchées russes en zone occupée, les militaires ukrainiens sont bloquées par une mer invisible de mines, empêchant l’avancée des véhicules blindés. Les soldats ukrainiens ont cependant trouvé une nouvelle technique pour détecter et neutraliser ces obstacles explosifs, a rapporté la chaine de télé américaine CNN le 15 août.

À proximité du village de Robotyne, dans le sud-est de l’Ukraine, une équipe de soldats a commencé à utiliser des images thermiques depuis un drone pour détecter les mines dissimulées dans le sol. Après une journée au soleil, les objets métalliques restent plus chauds que le sol autour d’eux.

Le contraste est assez évident en fin de journée pour les Ukrainiens qui observent le terrain à travers la caméra spéciale du drone. Depuis son écran, l’opérateur peut espérer déceler les mines et tenter de les détruire avec un explosif lâché depuis le drone par exemple.

Des mines repérées et neutralisées par les militaires ukrainiens. // Source : CNN
Des mines repérées sur l’écran et neutralisées par les militaires ukrainiens. // Source : CNN

Le défi des mines en hiver

Un des militaires interrogé par CNN explique que les Russes ont pour habitude d’amasser les mines ou les grenades pour former « un bouquet ». Un des drones a repéré puis détruit un amas de 53 grenades, indique le soldat ukrainien.

Les drones utilisés par l’équipe ukrainienne est DJI mavic 3T gamme entreprise et donc équipé d’une caméra thermique. Ce modèle est vendu dans le commerce ordinaire pour environ 5 000 euros.

L’efficacité de cette méthode de détection des mines pourrait être compromise pendant les saisons à faible ensoleillement, comme l’automne et l’hiver. L’Ukraine vient de certifier une machine de déminage de fabrication locale, capable de traiter les mines antipersonnel et antichar, mais la production sera encore longue, compte tenu de la demande.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.