Après une phase d’expérimentation, place au plan visant à mettre un terme à la téléphonie fixe « historique », qui passe par le réseau cuivre. Celui-ci sera coupé, ce qui aura aussi une incidence à terme sur les accès à Internet de type ADSL.

Ça y est : le plan visant à en finir avec la téléphonie fixe « historique » est bel et bien lancé. Dans un communiqué du 10 janvier, la Fédération française des télécoms (FFT) signale que six communes vont définitivement abandonner le réseau cuivre. C’est par cette infrastructure que la téléphonie passe jusqu’à présent, mais aussi les premiers accès à Internet, comme l’ADSL.

Les six communes concernées sont les suivantes :

  • Issancourt-et-Rumel (Ardennes) ;
  • Vivier-au-Court (Ardennes) ;
  • Vrigne-aux-Bois (Ardennes) ;
  • Gernelle (Ardennes) ;
  • Provin (Nord) ;
  • Voisins-le-Bretonneux (Yvelines).

Cap sur la fibre optique pour les Françaises et les Français

Pour les personnes se trouvant sur ces six communes, il ne sera plus possible, après le 31 mars 2023, de se connecter à Internet et d’utiliser la téléphonie fixe via ce fameux réseau suivre. Cela, quel que soit le fournisseur d’accès ou le forfait. Si ce n’est pas le cas, il leur faut se tourner auprès de leur opérateur pour basculer sur un autre réseau, comme la fibre optique.

La bascule progressive des communes vers l’après-cuivre se fait en tenant compte de la disponibilité d’un réseau alternatif pour que les particuliers, les entreprises et les administrations puissent migrer sans craindre une interruption. Cette transition se fait d’autant plus en douceur que les opérateurs déploient depuis des années un vaste réseau en fibre optique dans le pays.

Fibre optique
Détail d’une fibre optique. // Source : Département des Yvelines

Pour la clientèle de ces communes ayant déjà basculé sur la fibre optique, il n’y a rien à faire. Idem, d’ailleurs, pour toutes les personnes dont les communications passent désormais par une box Internet. Seuls les foyers détenant encore une ligne fixe téléphonique branchée sur le réseau cuivre sont concernés, indique la FFT (début 2021, on en dénombrait encore 21 millions).

La fin du réseau cuivre est prévue pour 2030

Les six communes annoncées en janvier ne sont pas tout à fait les premières à faire ce bond technique : la première commune à sauter le pas lors d’un test est Lévis-Saint-Nom (Yvelines), en mars 2021. Habitée d’environ 1 700 personnes, elle était déjà entièrement fibrée depuis 2016 et constituait à ce titre un bon terrain d’essai pour l’expérimentation.

Depuis la mi-novembre 2018, Orange a cessé de vendre des abonnements fondés sur le téléphone fixe traditionnel pour accompagner justement cette bascule. Depuis cette date, toute nouvelle souscription doit se faire via une box adaptée. Le plan de bataille pour l’extinction du cuivre prévoit plusieurs étapes jusqu’à l’arrêt. Il sera étalé sur plusieurs années.

Alors que les nouvelles demandes d’abonnement ne sont plus traitées sur le réseau cuivre, c’est maintenant sa fermeture technique qui s’engage. Elle est planifiée sur sept ans, de 2023 et 2030. Progressivement, donc, toutes les communes en France métropolitaine devront donc migrer. D’ici là, la fibre optique devra avoir largement pris la suite. Sa généralisation est attendue pour 2025.

visuel_fibre_adsl2

Avez-vous la connexion Internet la plus rapide de la galaxie ?

Découvrez-le avec notre comparateur

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !