Thomas Pesquet et les astronautes de sa mission sont encore sur l'ISS. Mais le retour sur Terre approche : un voyage qui prendra de longues heures à bord du Crew Dragon de SpaceX.

La fin de voyage dans l’ISS pour Thomas Pesquet et l’équipage dont il fait partie en tant que commandant de l’ISS ne souffre pas de problèmes majeurs, mais ne semble pas être non plus une partie de plaisir. On sait déjà par exemple que le trajet retour, dans le module Dragon de SpaceX estampillé « Crew-2 », devra se faire sans toilettes. Un scénario optimiste contraindra les astronautes à se retenir pendant un peu plus de 6 heures, comme l’équipage précédent. Mais la mission de test de SpaceX avait eu droit à un retour plus long, avec prêt de 20 heures de trajet. Ce qui devient difficile sans pause pipi.

Mais au-delà de ce désagrément, Thomas Pesquet et les astronautes qui l’accompagnent se posent une question depuis quelques jours : quand pourront-ils rentrer ? À cause des conditions météorologiques scrupuleusement étudiées par la Nasa et l’ESA et du décollage de la mission suivante « Crew-3 », les jours et les heures de retour ne cessent de glisser.

Crew Dragon SpaceX
Le Crew Dragon de SpaceX // Source : SpaceX

Un retour prévu le 8 novembre pour Crew-2

Au 6 novembre 2021, tout porte à croire que les conditions sont réunies pour faire rentrer Crew-2 sur Terre entre le dimanche 7 novembre et le lundi 8 novembre. Pour être précis, l’Agence Spatiale Européenne table sur un décrochage de la capsule Dragon de la Station Spatiale Internationale à 19h05 dimanche soir, heure de Paris. L’amerrissage de la capsule est prévu le lendemain, lundi 8 novembre 2021, à 13h14, heure de Paris. Ce qui confirmerait, malheureusement, le scénario pipi critique dans le vaisseau, avec plus de 18h de trajet retour.

La mission suivante, Crew-3, ne croiserait donc pas Crew-2 dans l’ISS — ni sur Terre. Son décollage est pour le moment prévu « pas avant le 10 novembre » d’après la Nasa, sur un horaire avancé par l’ESA qui correspondrait en fait au 11 novembre vers 3 heures du matin, heure de Paris, pour l’Europe. Le planning peut encore changer, dans la mesure où il ne dépend pas des astronautes ou de la technique, mais uniquement de la météo.

Thomas Pesquet semble en tout cas prendre ce retour avec sérénité, publiant blague sur blague sur son compte Twitter.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo