Le lendemain du lancement de sa mission Lucy dans l'espace, la Nasa a annoncé que la sonde rencontrait une difficulté avec l'un de ses panneaux solaires.

La mission Lucy connaît une première difficulté. Le lendemain de son décollage, qui a eu lieu le 16 octobre 2021, la Nasa a fait savoir que la sonde rencontrait un souci avec l’un de ses panneaux solaires. L’agence spatiale donne quelques détails dans une publication de blog datée du 17 octobre.

Un problème de verrouillage

L’état général de la sonde ne semble pas préoccuper la Nasa outre mesure, car l’agence indique que « le vaisseau spatial fonctionne bien et est stable ». Par ailleurs, « les deux panneaux solaires de Lucy se sont déployés et tous deux produisent de l’électricité et la batterie se charge », complète la Nasa. Néanmoins, il y a bien un souci qui semble concerner le blocage d’un des deux panneaux en question : « tandis que l’un des panneaux s’est verrouillé, des indications montrent que le deuxième panneau n’est peut-être pas entièrement verrouillé ».

Lucy examinant des astéroïdes (illustration). // Source : NASA’s Goddard Space Flight Center

Malgré ce problème, la Nasa ajoute qu’il reste possible de faire fonctionner Lucy sans craindre pour sa sécurité. « L’équipe analyse les données des engins spatiaux pour comprendre la situation et déterminer les prochaines étapes afin de réaliser le déploiement complet du panneau solaire », écrit l’agence spatiale.

Le 19 octobre, l’agence a donné quelques nouvelles supplémentaires. Le panneau solaire qui n’est que partiellement déployé « génère presque la puissance attendue par rapport à l’aile entièrement déployée. Ce niveau de puissance est suffisant pour maintenir le vaisseau spatial en bonne santé et fonctionnel ». La Nasa a néanmoins préféré reporter une manœuvre en attendant d’avoir résolu le souci : le déploiement d’une plateforme permettant de réaliser le pointage des instruments.

À quoi sert la mission Lucy ?

Lucy constitue la toute première mission de l’agence dirigée vers les astéroïdes troyens qui partagent l’orbite d’une planète, Jupiter. Au total, il est prévu que la sonde survole huit astéroïdes différents : leur approche sera certainement riche d’enseignements, car il faut les imaginer comme des vestiges permettant d’étudier notre Système solaire, tel qu’il était il y a plus de 4 milliards d’années.

Il va falloir environ 6 ans pour que la sonde arrive jusqu’à son premier astéroïde troyen. Elle poursuivra ensuite son chemin. Sa dernière approche d’un astéroïde est prévue pour 2033. Au total, la mission doit donc durer au moins 12 ans — si tout se passe bien. Espérons que ce petit incident de panneau solaire soit vite résolu et ne vienne pas gâcher la mission.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo