2021 PH27 a été découvert le 13 août 2021. Cet astéroïde possède l’orbite la plus rapide autour du Soleil jamais observée. L'objet s'approche jusqu'à 20 millions de kilomètres de l'étoile tous les 113 jours.

Aucun autre astéroïde actuellement connu ne met aussi peu de temps à tourner autour du Soleil. Le laboratoire NOIRLab (Arizona) a confirmé le 23 août 2021 l’existence de 2021 PH27, l’ « astéroïde avec la période orbitale la plus courte de tous les astéroïdes connus dans le système solaire ». Son orbite croise celle de Vénus et Mercure.

L’objet, dont le diamètre est d’environ 1 kilomètre, s’approche jusqu’à 20 millions de kilomètres du Soleil tous les 113 jours. Il a été découvert dans le cadre du programme DES, pour Dark Energy Survey, qui mobilise un télescope de l’observatoire interaméricain du Cerro Tololo (Chili). Les images de l’objet acquises pendant le crépuscule ont montré que 2021 PH27 a « la plus petite distance moyenne (demi-grand axe) parmi tous les astéroïdes connus dans notre système solaire — seule Mercure a une période et un demi-grand axe plus petit. »

Le demi-grand axe permet, en astronomie, de mieux définir l’orbite d’un objet. Les orbites des planètes et astéroïdes autour du Soleil sont elliptiques (ovales). On parle de grand axe pour décrire le plus long diamètre de cette forme elliptique, et de demi-grand axe pour décrire la moitié du grand axe (le rayon, quand il s’agit d’un cercle). Le demi-grand axe de 2021 PH27 est de 70 millions de kilomètres.

L’astéroïde imagé dans la nuit du 13 août 2021. Les couleurs rouge et bleu montrent sa position à 3 minutes de décalage. // Source : CTIO/NOIRLab/NSF/DOE/DECam/AURA/S.S. Sheppard (Carnegie Institution of Science)

Découvert au crépuscule

Ce n’est pas un hasard si l’objet a été découvert au crépuscule, lors des observations menées le 13 août dernier. Comme l’explique le NOIRLab, la période juste après le coucher du Soleil (ou celle avant son lever) est idéale pour repérer les astéroïdes qui évoluent à l’intérieur de l’orbite de la Terre autour du Soleil. On sait que Mercure et Vénus ne s’éloignent jamais bien loin de notre étoile, vues dans le ciel, et qu’elles sont donc visibles après son coucher ou avant son lever. Pour les astéroïdes dont l’orbite est proche du Soleil, c’est la même chose.

Après sa découverte, 2021 PH27 a été de nouveau observé les nuits suivantes, le 14 puis le 15 août, toujours dans le cadre du DES, mais aussi par d’autres observatoires (les télescopes Magellan de l’observatoire de Las Campanas au Chili, l’observatoire de Las Cumbres en Californie). En raison de sa proximité avec le Soleil, il s’avère que l’astéroïde subit des effets liés au champ gravitationnel de l’étoile.

D’où vient-il et que va-t-il devenir ?

D’où peut bien venir 2021 PH27 ? Plusieurs hypothèses sont envisagées, comme celle que l’objet soit né dans la ceinture principale d’astéroïdes, qui se trouve entre les orbites de Mars et de Jupiter. Mais il n’est pas non plus exclu qu’il s’agisse d’une comète originaire du système solaire solaire externe, qui aurait été capturée sur une orbite plus proche lors de son passage à proximité d’une des planètes rocheuses. Quant à l’avenir de 2021 PH27, l’instabilité de son orbite (à long terme) pourrait l’amener un jour à entrer en collision avec Mercure, Vénus ou le Soleil. L’influence des planètes les plus internes du système solaire pourrait aussi finir par l’éjecter.

L’astéroïde entame actuellement une phase de conjonction avec le Soleil, ce qui veut dire que, vu de la Terre, il se déplace derrière l’étoile. Il ne sera possible de l’observer à nouveau qu’au début de l’année prochaine, en 2022, afin d’espérer mieux mesurer son orbite. L’astéroïde pourra alors recevoir un nom officiel.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo