En prévision de l'arrivée prochaine de la capsule CST-100 Starliner de Boeing, les astronautes, SpaceX et la Nasa préparent le terrain. Une capsule de SpaceX va être déplacée. Thomas Pesquet participera à la manœuvre.

Si la manœuvre réussit, ce sera une première historique. Sauf coup de théâtre, Boeing procédera fin juillet à l’arrimage de sa capsule CST-100 Starliner à la Station spatiale internationale (ISS). Elle restera en place quelques jours, avant être rapatriée sur Terre. Ce sera alors une grande première pour l’entreprise américaine, qui avait échoué lors d’un précédent essai, en décembre 2019.

Mais une première historique peut en cacher une autre. Au moment où le CST-100 Starliner s’amarrera à l’ISS, il y aura à ce moment-là, à quelques mètres à peine, une autre capsule américaine en orbite : Crew Dragon. Le véhicule spatial de SpaceX dédié au transport d’astronautes est en effet relié à l’ISS depuis avril 2021, date à laquelle un nouvel équipage — dont Thomas Pesquet — est arrivé.

Cette présence simultanée, le long de l’ISS, de deux vaisseaux spatiaux américains capables de transporter des équipages, conçus chacun par une entreprise différente, sera une première dans l’histoire spatiale. Cela illustre typiquement le retour en force des États-Unis dans le spatial, grâce au secteur privé, après une décennie où les allers-retours entre l’ISS et la Terre étaient assurés par la Russie.

L’ISS vue de Crew Dragon // Source : Esa/Nasa

Thomas Pesquet sera à bord de la capsule

Ce n’est que dans une quinzaine de jours que l’on saura si Boeing remportera son pari industriel. Mais dès à présent, l’agence spatiale américaine, SpaceX et la Station spatiale internationale préparent le terrain à la CST-100 Starliner, en partant du principe que tout va bien se passer. Ainsi, dans un communiqué paru le 15 juillet, la Nasa annonce une future manœuvre visant à faire de la place à Boeing.

Le 21 juillet à 12h30 (heure de Paris), les astronautes de la mission Crew-2 vont procéder au repositionnement de la capsule Crew Dragon. Il est prévu de faire embarquer dans le vaisseau les quatre astronautes (Shane Kimbrough, Mega McArthur, Akihiko Hoshide et Thomas Pesquet). Ensuite, l’engin se détachera de l’ISS et se déplacera à proximité du module Harmony de l’ISS pour s’accrocher ailleurs.

Thomas Pesquet
Thomas Pesquet se trouvera dans la capsule au moment où celle-ci sera déplacée. // Source : Nasa Johnson

Les quatre astronautes (deux appartiennent à la Nasa, le troisième à l’agence spatiale japonaise et le quatrième vient des rangs européens) seront engagés pendant près de trois heures dans cette manœuvre, temps estimé entre le moment où ils monteront à bord et l’instant où la navette sera de nouveau arrimée. Elle quittera le port situé tout à l’avant du module Harmony pour aller sur un autre port se trouvant sur le côté.

Autrement dit, la capsule Crew Dragon, qui était en fait alignée dans la longueur du module Harmony, va se retrouver en perpendiculaire, et orientée vers l’espace.

La manœuvre n’est pas inédite : elle a déjà été exécutée ce printemps pour les mêmes raisons, sauf que cette fois il n’était pas question de deux vaisseaux spatiaux fournis par deux entreprises différentes, mais de deux engins conçus par la même société : SpaceX. À l’époque, il avait fallu déplacer la capsule Crew Dragon qui a servi à la mission Crew-1 pour faire une place à la capsule dédiée à la mission Crew-2.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo