Les inscriptions aux enchères s'achèvent ce 10 juin. Le 12, le siège sera attribué.

Dernière ligne droite pour les enchères de l’un des sièges de la capsule Blue Origin qui ira dans l’espace le 20 juillet. Ce jeudi 10 juin à 23 heures (heure de Paris), l’inscription pour y participer sera close : seules les personnes déjà enregistrées pourront continuer à faire de nouvelles offres pour tenter de décrocher leur ticket. Mais pour la majorité d’entre nous, il est inutile de remplir le formulaire.

En effet, le montant des enchères est actuellement de 4 millions de dollars, selon le compteur présent sur le site et consulté en fin d’après-midi du 10 juin. Il n’était « qu’à » 2,8 millions de dollars il y a quelques jours. Ce montant devrait continuer à progresser d’ici le 12 juin, qui marquera la fin de la compétition. Le dernier jour, d’ailleurs, il est prévu une enchère en ligne et en direct.

À ce montant, la plupart des personnes sont hors jeu.

Jeff Bezos est du voyage

Pour la petite histoire, la personne qui gagnera les enchères ne sera pas seule dans la cabine. Celle-ci peut accueillir six passagers. On sait depuis le 7 juin que deux sièges seront occupés par Jeff Bezos, le milliardaire américain qui a fondé Jeff Bezos et Blue Origin, et son frère, Mark. Compte tenu des risques, l’enrôlement de Jeff Bezos a peut-être causé quelques troubles chez des actionnaires d’Amazon.

La bonne nouvelle, c’est que la capsule et la fusée New Shepard ont déjà passé une longue campagne d’essai. Les deux engins sont testés depuis 2015 et la quasi-totalité des 15 vols a été concluante. Un seul bémol : lors du tout premier vol, la fusée s’est écrasée lors de son retour. La capsule, qui suivait sa propre trajectoire, n’a par contre subi aucun dommage. C’est là l’essentiel.

New Shepard
Les grandes étapes d’un vol New Shepard. // Source : Blue Origin

L’expérience que vivront les passagers de Blue Origin sera relativement courte, mais sans doute très intense : elle consistera à faire bondir la fusée jusqu’à proximité de la ligne de Kármán (une démarcation établie par convention qui sépare l’espace de l’atmosphère) et de larguer la capsule pour faire un petit vol suborbital. La fusée retournera sur Terre de son côté, tout comme la capsule, qui est dotée de parachutes.

La vue promet d’être imprenable lorsque les voyageurs se trouveront dans l’espace. À leur apogée, ils pourront constater et admirer la courbure de la planète, et expérimenter un peu de micropesanteur, pendant les quelques minutes de la trajectoire parabolique que l’engin suivra. Surtout, ils pourront se targuer d’être astronautes, car cette appellation s’impose lorsque l’on franchit l’altitude requise.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo