Blue Origin est une entreprise qui entend concurrencer SpaceX dans l'aérospatiale. L'origine de son nom a un certain charme. La connaissez-vous ?

Si vous vous intéressez à l’actualité spatiale et que vous suivez Numerama, vous savez pourquoi SpaceX s’appelle ainsi, tout comme les vaisseaux Soyouz et Dragon, ainsi que les fusées Starship et Ariane. Dans le cas contraire, il n’est pas trop tard pour se mettre à la page ! Pour les autres, il est temps de poursuivre avec une autre entreprise de plus en plus en vue dans le monde de l’aérospatiale : Blue Origin.

Il faut dire que son fondateur n’est pas n’importe qui : il s’agit de l’Américain Jeff Bezos, connu pour la création d’Amazon, le géant du commerce électronique, devenu depuis un leader dans le cloud aussi. Lancé en 2000, deux ans avant SpaceX, Blue Origin est toutefois en retrait : la société a certes conçu une fusée, New Shepard, mais elle doit encore prouver sa capacité à voler avec un équipage à bord.

Une référence à la Terre, la planète bleue

Si l’origine du nom de SpaceX manque de poésie (c’est juste le diminutif de Space Exploration Technologies Corp), l’histoire du nom de Blue Origin est plus élégante. En effet, il s’agit d’un clin d’œil à la Terre, la fameuse « planète bleue », du fait de sa surface recouverte à 70 % d’eau. Blue Origin, qui se traduit par origine bleue, est un rappel d’où l’humanité vient.

D’une certaine façon, le nom de Blue Origin peut aussi rappeler la célèbre formule de Carl Sagan, un astronome mondialement connu. Celui-ci a écrit un ouvrage intitulé Pale Blue Dot (Un point bleu pâle) inspiré d’une une célèbre photo de la Terre prise par la sonde Voyager 1 en 1990. Le cliché est spectaculaire, car il montre notre insignifiance à l’échelle de l’univers.

Blue Origin New Shephard
Sur le fuselage, on distingue une plume, qui est le logo de Blue Origin. // Source : Blue Origin

Une plume et un blason

Et le logo, alors ? Il s’agit d’une plume. Jeff Bezos a expliqué ce choix en 2016 : « C’est juste un symbole de la perfection du vol. Pendant des milliers d’années, nous, les humains, avons regardé les oiseaux et nous nous sommes demandé ce que ce serait de voler… Je pense qu’il représente la liberté, l’exploration, la mobilité et le progrès ». D’ailleurs, les premières tentatives de quitter la terre ferme étaient inspirées des oiseaux.

Blue Origin a une particularité : des armoiries. On y trouve une phrase en latin (Gradatim ferociter, que l’on pourrait traduire par Pas à pas, avec audace), ainsi que des tortues. Il s’agit d’une référence à la fable de La Fontaine, Le Lièvre et la Tortue, qui dit que rien ne sert de courir, il faut partir à point. En clair, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ni négliger la régularité dans l’effort, même si ce sont des pas modestes.

Quant aux valeurs inscrites sur l’écu du blason, elles correspondent aux vitesses requises pour atteindre différentes altitudes. Ainsi, une fusée suborbitale peut atteindre une vitesse de 3 kilomètres par seconde (km/s), mais doit filer à près de 9,5 km/s pour rejoindre l’orbite terrestre. D’autres vitesses encore plus élevées (13, 19 et 20 km/s) sont inscrites, en fonction de ce que l’on veut accomplir.

Blue Origin armoirie
Gradatim ferociter. // Source : Blue Origin

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo