Il vous reste quelques heures pour vous lancer.

Si vous hésitez encore à participer au processus de sélection consistant à recruter des volontaires pour survoler la Lune en 2023, à bord d’un vaisseau spatial affrété par SpaceX, il va falloir vous décider. Et vite. La phase d’enrôlement s’achève le 14 mars, rappelle le site officiel du projet, DearMoon.earth. S’inscrire ne garantit pas votre place à bord, mais vous serez au moins sur la liste des candidatures.

Si vous vous lancez, sachez que vous aurez beaucoup de concurrence. Le 5 mars 2021, Yusaku Maezawa, le milliardaire japonais qui finance le vol, et a bien sûr déjà sa place de réservée, indiquait que le site avait enregistré d’ores et déjà plus d’un demi-million de postulants… pour seulement huit places à pourvoir. Et il s’agit-là d’une information qui est déjà ancienne d’une semaine.

La sélection des candidatures va démarrer

Le processus de sélection n’est connu que dans les grandes lignes, et présenté sur le site officiel. Il comporte au moins quatre autres étapes, outre la réception des candidatures. Il est notamment question de passer des entretiens en visiophonie et de faire un point sur l’état de santé des individus. Ces étapes doivent s’étaler jusqu’à la fin mai. La sélection des huit touristes-astronautes surviendra un mois plus tard.

Compte tenu du volume très important de candidatures, il est plausible que l’on assistera à un premier écrémage selon des critères écartant automatiquement des profils. Ainsi, on suppose que ne pas parler un anglais courant sera rédhibitoire. Des soucis de santé aussi. Peut-être un certain niveau d’étude sera requis. La question du handicap pourrait aussi être une difficulté — ou même ne serait-ce que le fait de porter des lunettes.

Starship Lune
« Redresse… redresse… REDRESSE ! » Source : SpaceX

Lors de son point d’étape du 5 mars, on remarquait avec surprise un gros contingent de candidatures françaises. De fait, il a peut-être une chance non négligeable qu’un ou une compatriote se retrouve à bord. S’ouvrira alors une très longue phase d’entraînement, qui se déroulera jusqu’au moment du vol, prévu en 2023. Cependant, vu l’histoire de SpaceX, un report n’est pas non plus à exclure.

En principe, le voyage, qui se fera avec une fusée Starship, en cours de construction, va durer plus de cinq jours. Partant des États-Unis, le vaisseau spatial commencera par une boucle autour de la Terre avant de filer vers la Lune, distante de 384 400 kilomètres. Un survol du satellite plus tard, retour vers la planète bleue et atterrissage aux USA, tout en douceur. Enfin ça, c’est sur le papier.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo