Le prototype SN10 du vaisseau spatial Starship a réussi à atterrir sans encombre. Un exploit.

Le 3 mars, SpaceX a attendu plusieurs heures avant de lancer son prototype SN10 dans le ciel de Boca Chica, au sud du Texas. Mais cette attente a été récompensée : après avoir volé jusqu’à 10 km d’altitude, l’énorme vaisseau a commencé son impressionnante manœuvre de descente, digne d’un film de science-fiction, avant de se redresser et se poser tout doucement sur le sol. C’est un exploit d’ingénierie unique : jamais SpaceX n’avait réussi à aller si loin dans la récupération d’un Starship, pièce maîtresse de la conquête spatiale selon l’entreprise.

Auparavant, des prototypes avaient explosé au lancement ou à l’atterrissage. Le précédent vol avait d’ailleurs été largement commenté, car il avait accompli la plupart des étapes de celui du 3 mars, mais avait terminé en flammes à cause d’une descente trop rapide impossible à freiner. Comme pour faire honneur à certains de ses grands frères, le SN10 a également explosé 8 minutes après s’être posé — mais l’incident ne restera pas en mémoire. Il montre simplement que SpaceX a encore du travail à faire sur ces engins, ce qui n’est pas une nouvelle.

La mission du Starship SN10 n’était d’ailleurs pas forcément de survivre à son exploit, mais de toucher le sol en un seul morceau. Ce qu’il a admirablement réalisé : on peut le voir sur le live de SpaceX debout pendant plusieurs minutes dans l’environnement désertique texan.

Un grand pas pour l’aérospatial

Cette démonstration de force n’est pas qu’une manière de montrer que SpaceX a toujours de l’avance sur ses concurrents. Elle est inscrite dans un projet bien plus long d’exploration spatiale. Car le Starship n’a pas vocation à se poser uniquement sur Terre : cette manœuvre que l’on voit aujourd’hui est, pour l’entreprise, le meilleur moyen de faire atterrir un vaisseau sur une autre planète ou sur la Lune. Et de le faire repartir, la faible gravité aidant.

D’ailleurs, le décollage depuis la Terre ne prendra jamais cette forme sur les vols réels : Starship sera propulsé par une énorme fusée nommée Super Heavy, qui doit lui permettre de s’arracher à l’atmosphère terrestre. Dans la vision toujours très optimiste d’Elon Musk, le Starship pourra être mis en orbite par un lanceur Super Heavy d’ici la fin de l’année 2021 et le duo fera des allers-retours dans l’espace de manière officielle en 2023. Une temporalité serrée, mais qui promet de beaux lancements ces prochains mois : pour y parvenir, SpaceX va multiplier les tests sur les Starship.

Photos du décollage de l’atterrissage du Starship SN10

Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama
Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama
Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama
Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama
Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama
Le vol du Starship SN10 de SpaceX // Source : Capture d’écran Numerama

 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo