En observant les planètes à l'œil nu dans le ciel, par exemple lors d'une conjonction, on peut se demander quelle est vraiment leur taille apparente. Une animation aide à s'en rendre mieux compte, jusqu'en 2022.

Pour observer les planètes à l’œil nu, un peu d’anticipation est toujours utile. En plus de savoir à quels horaires et dans quelles régions du ciel elles sont visibles, il peut être intéressant de connaître aussi leur taille apparente pour les jours, mois ou années à venir.

Une animation mise en ligne par James O’Donoghue, planétologue au sein de la Jaxa (l’agence spatiale japonaise), le 16 décembre 2020, pourrait s’avérer bien utile pour cela. Le scientifique a représenté dans une vidéo de quelques secondes, partagée via Twitter, l’apparence de la taille de plusieurs objets du système solaire dans le ciel, entre 2020 et 2022.

Taille apparente des astres. // Source : Capture d’écran YouTube Dr James O’Donoghue

On y voit, dans l’ordre, les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune (à noter, cependant, que ces deux dernières ne peuvent pas être vues sans instrument) ainsi qu’une partie de la Lune — qui aide à donner une bonne idée de la taille apparente des planètes.

Un outil utile lors d’une conjonction

Cette animation peut s’avérer utile lorsque l’on prévoit d’observer les astres, par exemple lors d’une conjonction, comme celle (historique) prévue entre Jupiter et Saturne le 21 décembre. Ainsi, il est possible de se rendre compte qu’aux alentours de cette date, Jupiter a une taille apparente bien plus importante que Saturne.

Si vous aimez les visualisations qui permettent mieux se représenter les objets célestes et leurs mouvements, peut-être devriez-vous suivre le planétologue sur les réseaux sociaux ou sur YouTube. James O’Donoghue précise qu’il va réaliser une future version de cette animation, en tenant compte des phases des différents astres. C’est un détail non négligeable : « Quand Vénus est très grande dans le ciel, elle est très proche du Soleil, donc sa phase sera comme [un croissant de Lune] », explique le scientifique.

Crédit photo de la une : Capture d'écran YouTube Dr James O'Donoghue

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo