Les gagnants du Prix Nobel 2020 de Médecine ont contribué à améliorer la santé mondiale en découvrant l'hépatite C.

Comme chaque année, un Prix Nobel est décerné dans la catégorie scientifique de la physiologie ou de la médecine pour une découverte ou une avancée importante. Ce 5 octobre 2020, cette reconnaissance revient à Harvey J. Alter, Michael Houghton et Charles M. Rice. Ils sont récompensés pour leurs travaux sur l’hépatite C, maladie infectieuse causée par le virus du même nom. Le comité Nobel rappelle qu’il s’agit d’«  un problème de santé mondial majeur qui provoque des cirrhoses et des cancers du foie chez les populations du monde entier ».

En France, l’hépatite C serait à l’origine de 2 700 décès par an. L’infection peut démarrer de manière silencieuse, tant et si bien que lorsque dans un premier temps, les personnes concernées peuvent ne pas savoir qu’elles sont infectées. La maladie est alors diagnostiquée que très tardivement.

L’hépatite C se transmet par le sang. // Source : Nobel 2020

Leur contribution

Avant les travaux de ces trois chercheurs, seuls deux virus de l’hépatite étaient connus : l’hépatite A et l’hépatite B. Mais de nombreuses infections restaient alors inexpliquées. Harvey J. Alter, Michael Houghton et Charles M. Rice ont découvert le virus de l’hépatite C (VHC), en 1989, ce qui a permis de développer des tests sanguins de dépistage : l’hépatite C se transmet principalement par le sang, ces dépistages permettent d’éviter une grande part des contaminations à travers le monde.

La découverte a aussi la voie au «  développement rapide de médicaments antiviraux contre l’hépatite C ». Le comité du Nobel rappelle ainsi que grâce à cette découverte, la maladie «  peut maintenant être soignée, ce qui fait naître l’espoir d’éradiquer le virus de l’hépatite C ». La maladie reste encore un enjeu international de santé publique.

Harvey J. Alter est un virologue américain de 85 ans. Il est actuellement affilié au National Institutes of Health dans le Maryland, aux États-Unis. Le virologue Charles M. Rice, 68 ans, est également américain et enseigne la virologie à l’Université Rockefeller. Michael Houghton, quant à lui, est un médecin britannique de 70 ans. Il enseigne la virologie à l’université d’Alberta, au Canada, où il dirige l’institut Li Ka Shing Applied Virology.

Crédit photo de la une : Niklas Elmehed

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo