La durée de l'isolement recommandé par le gouvernement est désormais de 7 jours en France. Mais il peut-être compliqué d'identifier quels cas sont concernés, et à partir de quand débuter cette période d'une semaine d'auto-confinement. Voici tout ce qu'il faut savoir, pour plus de clarté.

Comme le dépistage ou les gestes barrière, l’isolement est un aspect essentiel pour gérer l’épidémie de la maladie Covid-19. Lorsque quelqu’un s’isole, la potentialité de contaminer les autres est fortement réduite. Les contaminations ont lieu lors de contacts rapprochés, c’est dans ces configurations que les particules infectées passent d’une personne à une autre… même lorsque la personne contaminée n’est pas symptomatique.

Actuellement, le nombre de cas positifs au coronavirus ne cesse d’augmenter en France, au point où le ministre de la Santé a annoncé, le 23 septembre, des mesures sévères dans certaines régions françaises afin de ralentir la propagation du virus.

En France, la stratégie d’isolement misait d’abord sur 14 jours, puis, à la mi-septembre, la durée a été réduite. La raison, selon Olivier Véran, est à la fois médicale et sociale : on est contagieux surtout pendant 5 jours, et un isolement d’une semaine est psychologiquement plus simple à vivre.

Quand démarrent les 7 jours ?

Les informations, qui ont beaucoup évolué au fil du temps, peuvent sembler floues. L’un des questionnements récurrents est de savoir à partir de quand vous devez vous isoler, c’est-à-dire quand est-ce que commencent, très exactement, les fameux 7 jours.

Quelle que soit votre situation, symptomatique ou cas contact : l’isolement démarre immédiatement, sans aucun délai. Cela signifie que dès que vous savez que vous avez les symptômes liés au coronavirus (par validation de votre médecin), les 7 jours démarrent. Si on est le lundi 21 septembre par exemple, l’isolement démarre ce lundi et doit se poursuivre jusqu’au lundi suivant.

Lorsque vous êtes cas contact, les 7 jours courent à partir de votre dernier contact avec la personne positive au coronavirus. Si vous apprenez le lundi 21 septembre que vous êtes cas contact, et que le contact avec cette personne remonte au samedi, alors les 7 jours courent jusqu’au vendredi, car vous êtes déjà deux jours après ce dernier contact.

Attention : si vous êtes isolé en tant que cas contact asymptomatique et qu’en cours de route vous êtes testé positif, les 7 jours « redémarrent » à partir de la date de ce résultat.

Quand se faire dépister pendant l’isolement ?

Si vous avez des symptômes

À partir du moment où vous êtes symptomatique, le processus du dépistage virologique doit être enclenché immédiatement — vous êtes prioritaire en laboratoires. C’est d’autant plus important de le faire directement que les délais sont actuellement rallongés en raison de la surcharge des laboratoires — selon le moment et les lieux, cela peut prendre quelques heures à plusieurs jours.

Tant que vous n’avez pas le résultat, l’isolement est maintenu sans exception. Lorsque vous avez le résultat du dépistage :

  • Si le résultat du test est positif, l’isolement est prolongé de sept jours à compter de l’obtention du résultat. Puisque vous étiez déjà isolé, vous ajoutez donc 7 jours au nombre de jours déjà effectués en isolement. Si vous n’êtes pas guéri à la fin de la période d’isolement, celle-ci doit se poursuivre. Comme l’explique le ministère de la Santé, il faut sortir de l’isolement 48h après la fin de la fièvre si vous en avez. En cas de complications, vous devez en parler à votre médecin par téléconsultation ou, en cas de forte difficulté respiratoire, vous devez appeler le 15.
  • Si le résultat du test est négatif, il est fortement conseillé malgré tout d’aller au bout des 7 jours d’isolement. Les risques de faux négatifs existent. La prudence doit toujours être le maître mot.

Si vous êtes cas contact sans symptômes

Si vous êtes cas contact sans symptômes, il n’est pas nécessaire de se faire tester immédiatement. Le meilleur comportement à adopter est de vous isoler 7 jours, puis de réaliser un test à l’issue de cette semaine (si le résultat est positif, l’isolement se prolonge de 7 jours, s’il est négatif, vous pouvez sortir de l’isolement, en conservant évidemment les gestes barrière). Si des symptômes apparaissent avant la fin des 7 jours, il faut alors aller vous faire tester sans délai.

En tant que cas contact, vous faites partie des personnes prioritaires pour le dépistage.

Si vous n’avez pas de symptôme et que vous n’êtes pas cas contact

C’est une situation « lambda » qui implique de respecter les gestes barrière (distanciation physique, masques, lavage des mains, privilégier le télétravail autant que possible), sans isolement. Vous n’êtes pas prioritaire pour réaliser un dépistage. Précisons qu’avoir été en contact avec quelqu’un qui est soi-même cas contact ne fait pas de vous un cas contact.

Illustration gouvernementale des démarches à suivre. // Source : Ministère de la Santé

Comment s’organiser pendant l’isolement ?

Un isolement, cela signifie d’abord, évidemment, de rester chez soi. Dans ce contexte, votre employeur doit fournir une solution adaptée au télétravail. Quand le télétravail est impossible, un arrêt de travail peut et doit vous être fourni par votre médecin à partir du moment où vous êtes positif, symptomatique ou cas contact.

Si vous ne vivez pas seul, cela demande une certaine logistique temporaire. Vous devez rester au maximum dans une pièce à part, et garder une distance physique avec vos proches (ni embrassades ni enlacements, même avec vos enfants). Pareillement, il vaut mieux ne pas dormir aux côtés de quelqu’un. Faire à manger pour les autres est également à proscrire.

Concernant les déplacements, en dehors du dépistage, l’isolement consiste à ne pas sortir de votre lieu d’habitation : pour les courses, il faut donc soi miser sur vos réserves, soi que quelqu’un aille les faire pour vous.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo