L'instrument de forage d'InSight a eu de grandes difficultés à creuser sur Mars. La stratégie délicate mise en œuvre pour contourner le problème semble porter ses fruits : la taupe paraît maintenant bien enfoncée dans le sol.

Après de longs mois de difficultés pour creuser dans le sol martien, InSight a franchi une étape importante. La taupe, son instrument de forage, parait enfin s’être enfoncée dans le sol. La Nasa a partagé cette avancée dans un tweet publié avec le compte @NASAInSight, le 3 juin 2020.

« Après plusieurs manœuvres décisives de mon bras robotique, la taupe semble être sous terre. Cela a été un véritable défi de résoudre ce problème à des millions de kilomètres [de distance]. Nous devons encore voir si la taupe peut creuser d’elle-même », résume l’agence spatiale dans cette publication. Fin mars, l’agence spatiale indiquait déjà que la stratégie semblait encourageante.

La courte vidéo ci-dessus montre l’évolution de la situation, du 458e au 536e sol (le nom du jour sur Mars) de la mission InSight. Aidée par le bras robotique, la sonde s’est progressivement et prudemment enfoncée dans le sol. La manœuvre est détaillée dans une publication de blog du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR). C’est en effet l’agence spatiale allemande s’est chargé de développer l’instrument HP3, ce pénétrateur chargé de mesurer le flux de chaleur qui s’échappe de Mars.

Quelques millimètres pouvaient tout changer

Face aux difficultés rencontrées, le choix s’est porté sur une manœuvre périlleuse : se servir du bras robotique d’InSight pour appuyer sur la taupe, tandis que celle-ci martèle le sol. Le principal risque était d’endommager l’attache de la taupe. Afin de préparer la manœuvre menée sur Mars, des tests ont été menés en laboratoire par le DLR. Selon le centre allemand, une erreur d’à peine quelques millimètres dans le placement aurait pu endommager l’attache.

L’instrument HP3 d’InSight. La taupe est située tout à gauche de l’image. // Source : Wikimedia/CC/Nasa

Au sol 458 (soit le 11 mars dernier), la taupe était à environ 7 centimètres au-dessus de la surface martienne. Après 11 semaines et 6 cycles de martèlement, la pelle du bras robotisé a atteint la surface, détaille le DLR. La prochaine étape va consister en un nouveau cycle de martèlement, lors duquel la pelle devrait être bloquée dans son mouvement par le régolithe (la couche de poussière fine qui recouvre Mars). Ce sera alors le moment de voir si la taupe parvient à continuer à s’enfoncer seule.

La taupe a besoin de la friction du sol pour s’enfoncer (sinon, elle recule). D’après le DLR, cette force devrait être suffisante une fois la taupe entièrement enfoncée dans le sol martien. Si la manœuvre fonctionne, la taupe pourra enfin creuser plus profondément. Sinon, il faudra peut-être encore utiliser la pelle du bras robotisé d’InSight pour appuyer sur l’arrière de la taupe, en utilisant cette fois-ci l’un de ses coins et non sa partie inférieure plate.

Partager sur les réseaux sociaux