La mission Mars 2020 implique un retour des échantillons que doit collecter le rover Perseverance. L'ESA et la Nasa ont commencé à livrer quelques détails sur l'organisation de cette mission ambitieuse.

Perseverance, le rover de la mission Mars 2020, devrait décoller en juillet prochain en direction de la planète rouge. Après son atterrissage, prévu en février 2021, l’astromobile aura pour mission de collecter des échantillons du sol de l’astre. Et ensuite ? Comment rapporter ces prélèvements sur Terre ? Jusqu’à présent, les conditions de la mission de retour d’échantillons étaient restées évasives. La Nasa et l’ESA sont en train de commencer à préciser leurs plans, a fait savoir Nature le 16 avril 2020.

Afin de récolter les tubes remplis de roches et de poussières, il faudra vraisemblablement envoyer plusieurs vaisseaux en direction de Mars. Les agences américaine et européenne se sont mis d’accord sur un plan qui prévoie d’envoyer deux vaisseaux sur Mars en 2026, pour collecter les échantillons.

Le rover Perseverance au Jet Propulsion Laboratory. // Source : NASA/JPL-Caltech (photo recadrée)

Un retour en deux étapes

Le premier des deux engins pourrait se poser en 2028 dans le cratère Jezero, le même site d’atterrissage que celui de Perseverance. Un petit rover se déplacerait ensuite en direction de Perseverance, pour ramasser les tubes d’échantillons. Le rover apporterait ensuite ces tubes jusqu’à un véhicule, une sorte de fusée équipée d’un conteneur. Ce véhicule décollerait de la surface martienne et placerait alors le conteneur, rempli d’échantillons, en orbite autour de Mars.

La récupération du conteneur d’échantillon serait assurée par le deuxième vaisseau, qui aurait pour mission de le ramener sur Terre. Son atterrissage pourrait avoir lieu sur un terrain d’entrainement militaire dans l’Utah (États-Unis), au mois de septembre 2031.

Nasa, ESA : qui ferait quoi ?

L’ESA et la Nasa ont déjà commencé à réfléchir à la répartition du travail, pour mener à bien la mission de retour d’échantillons. L’atterrisseur chargé de récolter les tubes ainsi que le véhicule qui doit décoller de Mars pourraient être conçus par la Nasa. Le rover et le vol de retour des échantillons vers la Terre seraient du ressort de l’ESA. L’agence spatiale européenne n’a pas encore envoyé de rover à la surface de Mars et le lancement de sa mission ExoMars, qui vise justement cet objectif, est reporté à 2022.

Le budget d’une telle mission n’a pas été dévoilé, mais il devrait au minimum s’élever à plusieurs milliards de dollars pour chacune des agences spatiales, estime Nature. Le projet est ambitieux, car il supposerait de réussir deux manœuvres qui n’ont jamais été pratiquées : lancer un vaisseau depuis la surface de Mars et prévoir deux rendez-vous en orbite martienne. Faire atterrir une mission dans le cratère Jezero paraît plus abordable, puisque Perseverance aura déjà eu plusieurs années pour explorer le site, si sa mission se passe comme prévu.

Article publié initialement le 17 avril 2020

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo