L'actualité de la conquête spatiale reste vive en mars, avec une dizaine de tirs annoncés depuis les États-Unis, Kourou, la Russie, la Chine ou encore l'Inde. Trois missions opérées par SpaceX sont notamment au programme.

Entre deux grands évènements astronautiques, le calendrier de l’actualité spatiale est loin d’être vide. Chaque semaine ou presque, au moins un tir de fusée a lieu pour mettre soit un satellite en orbite, soit pour ravitailler l’ISS, soit pour lancer une mission au long cours dans l’espace profond. Mais il peut être difficile de connaître l’agenda des décollages, et encore plus d’en avoir une vision exhaustive.

Pour en rater le moins possible, nous vous proposons ci-après un résumé des départs qui sont prévus au mois de mars, avec un court descriptif des buts de la mission, le jour du tir et le lieu du décollage. Seules les opérations dont la date est fixée sont citées. Toutefois, ce calendrier peut être amené à bouger, selon les conditions météorologiques ou l’agenda des agences spatiales.

Cette liste ne prétend pas être exhaustive. Elle sera néanmoins mise à jour au fil du mois à mesure que de nouvelles informations seront publiées et que celles déjà parues seront précisées, afin d’avoir une photographie aussi complète que possible. N’hésitez donc pas à venir de temps à autre pour vérifier si le planning a changé. Sauf mention contraire, les dates et les horaires concernent la France métropolitaine.

7 mars : ravitaillement de l’ISS

Le mois s’ouvre avec une mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale, qui sera conduite par SpaceX avec une fusée Falcon 9. Il s’agira de la vingtième rotation menée par l’entreprise américaine pour le compte de la NASA. À bord du cargo spatial Dragon figureront des fournitures et du matériel pour l’équipage, des vivres et des instruments scientifiques pour diverses expériences.

  • Quoi ? Le ravitaillement de l’ISS ;
  • Quand ? Le 7 mars 2020, à 05h50 ;
  • Où ? À la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis) ;
  • Comment ? Avec le lanceur Falcon 9.
La Station spatiale internationale. // Source : Wikimedia/CC/Nasa/Crew of STS-132 (photo recadrée)

16 mars : un satellite russe de positionnement

Les États-Unis ont le GPS. L’Europe, Galileo. Et la Russie ? Glonass. Le 16 mars, sous l’égide de l’agence spatiale russe Roscosmos, une fusée Soyouz doit décoller du cosmodrome de Plessetsk. Objectif ? Acheminer un nouveau satellite de positionnement, dans le cadre de la mise en place de la nouvelle génération de la constellation Glonass. Glonass-M, c’est son nom, comporte une vingtaine de satellites.

  • Quoi ? L’envoi d’un satellite russe de positionnement
  • Quand ? Le 16 mars 2020, à 19h28 ;
  • Où ? Au cosmodrome de Plessetsk (Russie) ;
  • Comment ? Avec le lanceur Soyouz.

18 mars : 60 satellites Starlink

Starlink poursuit en mars le développement de sa constellation de satellites déployés en basse altitude et qui a pour but de fournir une connexion à Internet depuis l’espace aux personnes situées dans des régions mal équipées en infrastructures terrestres. SpaceX, qui chapeaute le projet, souhaite ouvrir ses premiers services commerciaux au cours de l’année 2020.

  • Quoi ? L’envoi de 60 satellites Starlink ;
  • Quand ? Le 18 mars 2020, à 13h16 ;
  • Où ? Au centre spatial Kennedy, en Floride (États-Unis) ;
  • Comment ? Avec le lanceur Falcon 9.
Starlink fusée lanceur SpaceX Falcon 9
Une mission opérée par SpaceX, avec un lanceur Falcon 9. // Source : SpaceX

21 mars : 34 satellites OneWeb

Starlink n’est pas la seule entreprise à vouloir fournir un accès à Internet depuis l’espace. OneWeb veut aussi occuper ce créneau. Après un premier tir comportant 6 satellites, puis un deuxième qui en a mis en orbite 34, le troisième décollage se profile à l’horizon. Ce vol doit transporter lui aussi 34 exemplaires du satellite, qui seront répartis sur l’orbite terrestre basse.

  • Quoi ? L’envoi de 34 satellites OneWeb ;
  • Quand ? Le 21 mars 2020 ;
  • Où ? Au Cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan ;
  • Comment ? Avec le lanceur Soyouz.

26 mars : communications militaires

AEHF, ou Advanced Extremely High Frequency. Voilà le nom du satellite que l’armée américaine aura bientôt à sa disposition. Il s’agit du sixième du genre et est construit par Lockheed Martin. C’est l’United Launch Alliance, coentreprise entre Lockheed Martin et Boeing, qui se chargera de le mettre sur orbite. Il servira à la fois à la force spatiale des USA et à son centre de contrôle spatial et des missiles.

  • Quoi ? L’envoi du satellite AEHF ;
  • Quand ? Le 26 mars 2020, à 19h37 ;
  • Où ? À la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis) ;
  • Comment ? Avec le lanceur Atlas V 551.

30 mars : observation de la Terre

À la fin du mois de mars, SpaceX procédera à un troisième tir, cette fois pour le compte de l’agence spatiale argentine. Il s’agit de mettre en orbite un satellite d’observation de la Terre, SAOCOM 1B (SAtélite Argentino de Observación COn Microondas 1B). Comme à son habitude, SpaceX utilisera son lanceur fétiche, le Falcon 9, et en profitera pour rapatrier l’étage principal et pour récupérer la coiffe du lanceur.

  • Quoi ? L’envoi du satellite SAOCOM 1B ;
  • Quand ? Le 30 mars 2020 ;
  • Où ? À la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis) ;
  • Comment ? Avec le lanceur Falcon 9.

Fin mars : observation de la Terre

Sous l’égide de l’Organisation indienne de recherche spatiale, New Delhi entend mettre en orbite géostationnaire GISAT-1, un satellite d’observation de la Terre et plus spécifiquement du sous-continent indien, avec une capacité de suivi en quasi-temps réel. Pour ce tir, l’Inde va mettre à profit une fusée de son cru, dénommée GSLV (Geosynchronous Satellite Launch Vehicle).

  • Quoi ? L’envoi d’un satellite d’observation de la Terre ;
  • Quand ? Fin mars ;
  • Où ? Depuis le centre spatial Satish-Dhawan (Inde) ;
  • Comment ? Avec le lanceur GSLV.

Partager sur les réseaux sociaux