Les astronomes ont observé pour la première fois un astéroïde en train de changer de couleur. Gault, nom de cet objet spatial déjà repéré pour ses étranges queues poussiéreuses, est passé du rouge au bleu.

Un astéroïde, baptisé Gault, a surpris les astronomes en passant du rouge au bleu. C’est la première fois qu’un tel corps a été observé en train de changer de couleur, annonce le Massachussetts Institute of Technology le 29 août 2019. La découverte est présentée dans la revue Astrophysical Journal Letters (l’étude a également été prépubliée sur arXiv.org le 23 juillet dernier).

Gault vous dit peu-être quelque-chose : l’objet s’est déjà fait remarquer pour ses deux étonnantes queues poussiéreuses, photographiées par le télescope spatial Hubble. Cette caractéristique existe chez les comètes, mais est plus rare chez les astéroïdes. 6478 Gault, de son nom complet, a été découvert par les scientifiques en 1988, mais ce n’est que cette année que les scientifiques ont commencé à s’intéresser de plus près à son étonnante activité.

La poussière rouge a laissé place au bleu

« Nous pensons avoir vu l’astéroïde perdre sa poussière rougeâtre dans l’espace et nous voyons ses couches sous-jacentes bleues », lance l’astronome Michael Marsset du MIT, co-auteur de l’étude. Les scientifiques ont également démontré que Gault est composé de roche : c’est une information importante pour confirmer qu’il s’agit bien d’un astéroïde. Ses deux curieuses traînées de poussières auraient pu laisser croire qu’il s’agissait d’une comète, mais celles-ci sont constituées de glace.

Jusqu’à cette année, les scientifiques voyaient en Gault un objet sans caractéristique particulière, d’environ 4 kilomètres de large et évoluant à l’intérieur de la ceinture principale d’astéroïdes, à environ 340 millions de kilomètres du Soleil. Cette zone riche en astéroïdes est située entre les orbites de Mars et de Jupiter. La découverte des deux queues poussiéreuses de l’objet a intrigué les chercheurs qui se sont demandés comment l’astéroïde pouvait éjecter une telle poussière (le MIT parle de « dizaines de millions de kilogrammes de poussière » éjectées par Gault dans l’espace). « Nous connaissons environ un million de corps entre Mars et Jupiter et peut-être 20 d’entre eux sont actifs dans la ceinture d’astéroïdes. C’est très rare », souligne Michael Marsset.

L'orbite de Gault. // Source : Wikimedia/CC/Nasa

L'orbite de Gault.

Source : Wikimedia/CC/Nasa

L’astéroïde Gault a été observé à l’aide de l’Infrared Telescope Facility (IRTF), un télescope infrarouge de la Nasa installé à Mauna Kea (Hawaï). « Étonnamment, le gradient spectral mesuré dans notre jeu de données a changé drastiquement entre les deux nuits d’observation », expliquent les scientifiques dans leur étude. Surpris, les chercheurs se sont empressés de vérifier leurs instruments ou leurs données pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une erreur. Mais cela n’en était pas une.

La rotation de l’astéroïde serait en cause

Les scientifiques pensent que ce phénomène est provoqué par sa rotation rapide — la même raison avait été évoquée pour expliquer la présence des deux queues de poussière. Gault tournoierait si rapidement que sa propre force centrifuge éliminerait les couches poussiéreuses de sa surface. Les scientifiques estiment que Gault effectue un tour sur lui-même en 2 heures. Son étonnante rotation serait expliquée par le Soleil qui chauffe l’astéroïde : ce dernier émet alors un rayonnement infrarouge qui peut changer son mouvement. On parle d’effet YORP (du nom de ses découvreurs Yarkovsky-O’Keefe-Radzievskii-Paddack) pour désigner ce phénomène astrophysique qui concerne de petits astéroïdes.

Pour en savoir davantage sur cet astéroïde fort inhabituel, qui peut faire penser à un vrai « caméléon de l’espace », les scientifiques du MIT attendent qu’il soit à nouveau visible dans le ciel. Ils pourront alors continuer à glaner d’autres indices sur l’énigmatique et coloré Gault.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.