Le télescope Hubble a photographié l'astéroïde Gault. Deux surprenantes queues poussiéreuses émanent de l'objet. La Nasa pense que l'explication vient de la manière dont Gault tourne.

Un étonnant astéroïde et ses deux trainées de poussières ont été photographiés par Hubble. Le télescope spatial a pu immortaliser cet objet connu sous le nom de Gault, a annoncé la Nasa le 28 mars 2019. La plus longue de ces deux queues s’étend sur 800 000 kilomètres et mesure 4 800 kilomètres de large environ.

L’agence spatiale américaine explique que l’objet a été « pris dans un processus de rotation si rapide qu’il rejette des matériaux ». Ces débris poussiéreux font penser aux queues observées sur les comètes. Chaque traînée correspond à un moment où Gault a perdu un peu de sa matière. C’est la « preuve majeure que Gault commence à se séparer », complète l’agence.

L’astéroïde 6478 Gault. // Source : Flickr/CC/European Space Agency (photo recadrée)

Gault a été découvert en 1988. Cet astéroïde fait partie de la famille de Phocée, qui regroupe plus de 5 000 astéroïdes orbitant autour du soleil (le plus gros de ses membres étant Phocée). Gault possède un diamètre d’environ 4 kilomètres et se trouve à 344 millions de kilomètres du soleil. C’est la première fois que les scientifiques obtiennent une preuve de sa désintégration.

Gault serait un exemple de l’effet YORP : qu’est-ce que c’est ?

Les astronomes pensent que Gault permet d’observer l’effet connu sous le nom « YORP » (Yarkovsky-O’Keefe-Radzievskii-Paddack, les noms de ses découvreurs). Ce dernier désigne le fait que des astéroïdes de petite taille peuvent connaître de surprenantes modifications dans leur manière de tourner sur eux-mêmes.

La source du phénomène est la chaleur du soleil : l’astéroïde chauffé émet un rayonnement infrarouge. Cela peut « amener l’astéroïde à tourner continuellement plus vite », explique la Nasa. Le phénomène peut aussi rendre la surface de l’astéroïde plus instable, si bien qu’il peut finir par éjecter des poussières dans l’espace. D’après l’agence spatiale, Gault pourrait tourner ainsi depuis plus de 100 millions d’années.

En 1, la radiation à la surface de l’astéroïde. En 2, la rotation de l’astéroïde. La radiation du soleil est représentée en 4. // Source : Wikimedia/CC/Rainer Bielefeld

Un événement rare

« Sur approximativement 800 000 astéroïdes connus entre Mars et Jupiter, les astronomes estiment que ce genre d’événement dans la ceinture d’astéroïdes est rare et qu’il se produit environ une fois par an », écrit la Nasa au sujet de cette double traînée de poussière. Pour les scientifiques, ces dégagements de poussières sont fort utiles : ils peuvent ainsi étudier la composition des corps célestes sans avoir forcément besoin de prélever un échantillon sur place.

Les chercheurs ont constaté que les grains éjectés par Gault étaient différents. « Tous les gros grains (de la taille de grains de sable) sont proches de l’objet et tous les petits grains (de la taille de grains de farine) sont les plus éloignés car ils sont poussés plus rapidement par la pression de la lumière du soleil », fait remarquer Olivier Hainaut, astronome à l’Observatoire européen austral (ESO).

S’ils étaient réunis ensemble, les débris éjectés par Gault pourraient former une sphère de 150 mètres de diamètre. Au cours des prochains mois, la Nasa pense que les deux traînées vont peu à peu s’effacer car la poussière devait se disperser dans l’espace.

Partager sur les réseaux sociaux