La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 a localisé le cratère formé par le bombardement de la surface de l’astéroïde Ryugu. L'objectif ? Exposer le sous-sol pour aller chercher des échantillons inatteignables.

Le bombardement mené par l’agence spatiale japonaise (JAXA) sur l’astéroïde Ryugu est un succès. Une reconnaissance aérienne conduite par la sonde spatiale Hayabusa 2 le jeudi 25 avril a permis de constater la présence d’un nouveau cratère à la surface — cratère qui est apparu grâce au largage à haute vitesse d’une charge explosive au début du mois d’avril.

« La formation d’un cratère où le petit impacteur est entré en collision avec Ryugu a été confirmée ! Ces images comparent la surface avant et après la collision », déclare la JAXA. Lors du tir, la sonde a dû se rapprocher à une altitude de 500 mètres au-dessus de Ryugu. La sonde s’était ensuite éloignée et positionnée de l’autre côté de l’astéroïde pour éviter de se faire heurter par un débris.

Analyse en cours

La menace posée par les éclats de roche projetés par l’explosion constituait d’ailleurs la raison pour laquelle la JAXA a maintenu deux semaines durant Hayabusa 2 aux antipodes de la zone d’opération, le temps que les fragments projetés dans l’atmosphère de Ryugu s’échappent dans l’espace ou retombent au sol. Hayabusa 2 s’est repositionnée le 20 avril et les opérations de reconnaissance ont débuté le 23.

Pour observer la surface, Hayabusa a dû encore une fois redescendre de son orbite de base qui se trouve à environ 20 kilomètres d’altitude. Le vaisseau s’est positionné aux alentours de 1,6 à 1,7 kilomètre d’altitude le temps d’effectuer ses observations, qui ont duré environ une heure. Une fois ceci fait, il a été procédé au retour en orbite à haute altitude. D’autres observations sont attendues.

« La taille et la forme exactes du cratère artificiel seront examinées en détail à l’avenir », annonce la JAXA. « Nous pouvons voir que le terrain d’une zone d’environ 20 mètres de large a changé. Nous ne nous attendions pas à une telle altération ». De quoi certainement convaincre la JAXA d’organiser prochainement une nouvelle campagne de collecte d’échantillons sur Ryugu.

Zone du cratère
La position du cratère. // Source : JAXA

Enjeu scientifique

Car le bombardement de l’astéroïde n’avait pas pour but d’amuser la galerie : grâce à ce tout nouveau cratère, le sous-sol est désormais exposé aux outils de récolte de la sonde spatiale. Sous-sol qui n’a jamais été exposé au rayonnement cosmique, ou en tout cas à des degrés bien moindres que la surface. Cela en fait des échantillons très attirants pour les scientifiques.

La JAXA doit donc réfléchir à une nouvelle campagne de collecte basée sur le même mode opératoire qui a été appliqué pour la récolte d’échantillons au niveau de la surface. Si la manœuvre est trop risquée, il faudra se contenter d’une analyse à distance du sous-sol. Car il ne faut surtout pas crasher Hayabusa 2 : elle doit revenir sur Terre en 2020 pour rapporter le fruit de ses récoltes.

Partager sur les réseaux sociaux