La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 a largué un projectile sur l'astéroïde Ryugu pour essayer de produire un cratère artificiel. La réussite de l'opération ne sera connue que dans quelques semaines.

Bonne nouvelle pour l’agence spatiale japonaise : l’opération consistant à bombarder la surface de l’astéroïde Ryugu s’est bien déroulée. Comme prévu, la sonde Hayabusa 2 s’est correctement rapprochée de sa cible, à une altitude de 500 mètres, et a largué son projectile. Objectif ? Générer un cratère pour pouvoir récolter des échantillons au niveau du sous-sol de Ryugu.

On ne sait pas encore si le projectile a pu exposer les entrailles de l’astéroïde. En effet, Hayabusa 2 a été immédiatement mis en sécurité à une altitude très élevée — 20 km, une orbite qu’il utilise couramment  pour graviter autour de Ryugu — mais aussi de l’autre côté, afin d’éviter d’être abîmé par des éclats. Ce n’est qu’une fois à l’abri que le projectile a été projeté, grâce à une charge explosive.

Hayabusa 2 // Source : Wikimedia/CC/Go Miyazaki

Incertitude sur le résultat

On ne saura pas immédiatement si l’impacteur a pu produire le cratère escompté. L’agence spatiale japonaise doit en effet attendre quelques semaines afin de repositionner Hayabusa 2 au-dessus de la zone d’opération, quand l’atmosphère de l’astéroïde sera dégagée des débris en suspension. Ce que l’on sait pour l’instant, c’est que Hayabusa 2 est en bon état.

Si un cratère est formé et que sa profondeur est satisfaisante, Hayabusa 2 pourra d’abord procéder à une analyse à distance du sous-sol, là où le rayonnement cosmique n’a pas fait effet, mais aussi comprendre sa composition. Éventuellement, il pourra aussi être envisagé une opération de récolte d’échantillons selon le même mode opératoire qui a été suivi pour la récolte d’échantillons au niveau de la surface.

Le retour des échantillons collectés par Hayabusa 2 est prévu en 2020.

Partager sur les réseaux sociaux