La Nasa propose dans une vidéo d'écouter le son du Soleil. Il est issu des vibrations qui se propagent à l'intérieur de l'astre et permet de mieux connaître les couches qui composent notre étoile.

Bien qu’il se trouve au centre du Système solaire et qu’il soit impossible de le rater par jour de beau temps, le Soleil est un astre dont certaines mécaniques sont encore mal comprises par les astronomes. C’est justement pour éclaircir les mystères de l’étoile que doit décoller dimanche 11 août 2018 la mission Parker Solar Probe, depuis la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride.

Il faudra toutefois attendre avant que la sonde solaire Parker se mette au travail. En effet, le voyage qui l’attend durera sept longues années, au terme desquelles elle se trouvera à 6,2 millions de kilomètres du Soleil. Une distance considérable, mais déjà assez proche pour justifier la présence d’un bouclier thermique spécial chargé de protéger les instruments scientifiques des très hautes températures.

Des sons qui révèlent le Soleil

En attendant, l’étude à distance du Soleil se poursuit avec les moyens actuels, qu’ils se trouvent sur Terre ou dans l’espace. Et puisque l’actualité s’y prête, signalons la publication, le 25 juillet dernier, d’une vidéo sur YouTube qui propose d’écouter les sons de l’astre. Et pas n’importe lesquels : ceux qui retranscrivent les vibrations parcourant l’intérieur de l’étoile.

« Les ondes voyagent et rebondissent à l’intérieur du Soleil, et si vos yeux étaient assez sensibles, ils pourraient réellement les voir », explique Alex Young, un responsable de la division des sciences de l’héliophysique au centre de vol spatial Goddard de la Nasa. «  Nous n’avons pas de moyens simples de regarder à l’intérieur du Soleil. […] L’utilisation des vibrations du Soleil nous permet de voir à l’intérieur », ajoute-t-il.

«  L’utilisation des vibrations du Soleil nous permet de voir à l’intérieur »

Cette approche est similaire à ce qui est fait en géologie : nous connaissons la structure interne de la Terre, ses diverses couches superposées, leur densité et leur état (solide, liquide, plastique…) grâce aux séismes. Leurs ondes permettent de faire une sorte d’échographie, en étudiant leur comportement, c’est-à-dire essentiellement leur vitesse de propagation dans le sol.

C’est le même principe pour le Soleil : ces vibrations permettent d’étudier une gamme de mouvements complexes à l’intérieur, incluant les éruptions solaires et les éjections de masse coronale. « Nous pouvons voir d’énormes rivières de matière solaire couler. Nous commençons enfin à comprendre les couches du Soleil et sa complexité. Ce simple son équivaut à avoir une sonde à l’intérieur d’une étoile », assure Alex Young.

Partager sur les réseaux sociaux