Starship n’a pas réussi à effectuer le premier vol du Starship autour de la Terre. La fusée a explosé en vol quatre minutes après le décollage.

Ce devrait être un grand jour pour SpaceX. Cela restera dans les mémoires comme un échec. Jeudi 20 avril, la fusée Starship s’est désintégrée en vol, quatre minutes après son décollage. La mise à feu avait déjà connu une interruption, près de 40 secondes avant l’allumage des moteurs. SpaceX devra préparer une nouvelle fusée avant de retenter son essai.

Screenshot 2023-04-20 at 15-37-47 Starship Flight Test
Les choses ont mal tourné. // Source : capture d’écran

Les deux étages du Starship ne se sont pas séparés

Durant la retransmission, l’équipe chargée de commenter cette mission — faire le tour de la Terre — avait commencé à signaler un comportement anormal du lanceur, quelques minutes après l’envol du Starship. En effet, le premier étage de l’engin, surnommé Super Heavy, n’a manifestement pas réussi à se désolidariser de l’étage supérieur — constitué du vaisseau Starship.

Résultat, la fusée a fini par suivre une trajectoire erratique, à près de 2 000 km/h. Après une série de loopings incontrôlés, le Starship a fini par s’embraser et à exploser en plein ciel. À ce moment-là, la fusée était parvenue à s’élever à près de 30 kilomètres d’altitude.

Starship 1
Les premiers instants de la fusée se sont bien passés. // Source : Capture d’écran

Sur Twitter, SpaceX a acté cet échec, en le décrivant comme un RUD (« rapid unscheduled disassembly ») qui s’est produit avant la séparation entre les deux étages. C’est une formule que SpaceX et Elon Musk emploient ponctuellement quand les choses tournent mal. L’entreprise affiche néanmoins son optimisme : au moins, la fusée a décollé.

« Félicitations à toute l’équipe de SpaceX pour ce premier essai en vol intégré de Starship », écrit le groupe sur Twitter. Désormais, place à l’examen des données de vol et à la préparation d’un futur essai en vol. Ce test n’aura pas servi à rien : il va permettre d’améliorer la fiabilité du lanceur, jusqu’au jour où il sera capable de rallier Hawaï : c’est la destination prévue avec ce test.

Source : Capture d'écran
La fusée, en franchissant le mur du son. // Source : Capture d’écran

Lors de ce vol, le Starship devait voyager en orbite autour de la Terre pendant une heure et demie. La mission, partant de la base de l’entreprise au Texas, devait s’achever à Hawaï. Le lanceur devait notamment passer à proximité des côtes de l’Amérique du Sud, un survol de l’Atlantique puis de l’océan Indien, ainsi que de l’Indonésie.

La prochaine tentative devrait avoir lieu dans quelques mois, selon Elon Musk. Le calendrier de l’entreprise américaine devient, de facto, plus compliqué. Sur le papier, SpaceX est censé fournir une fusée Starship opérationnelle pour décembre 2025. C’est en effet à cette date que des astronautes devront se poser sur la Lune. Or, cet alunissage est justement prévu avec le Starship.

(mise à jour de l’article pour la préparation d’une nouvelle fusée)


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !