Un concours organisé par l’ESA s’est terminé avec la victoire d’une petite fille, dont le dessin est sorti du lot. Celui-ci est reproduit sur la fusée Ariane 5, qui enverra la sonde Juice vers Jupiter.

Quelque part dans le monde, il y a une petite fille qui doit être aux anges. En effet, le dessin qu’elle a imaginé pour représenter la future mission Juice a remporté le concours proposé par l’Agence spatiale européenne. Ce n’est pas tout : son illustration a également l’insigne honneur de figurer sur la coiffe de la fusée qui lancera la mission, au mois d’avril.

Juice, acronyme de JUpiter ICy moons Explorer, est une mission pilotée par l’ESA, avec le système jovien comme destination. Ce n’est toutefois pas la grosse planète gazeuse — Jupiter — qui justifie tout ce programme, mais son voisinage immédiat. Trois lunes glacées en particulier : Callisto, Europe et Ganymède. C’est l’une des grandes missions de l’année, incontestablement.

Ganymède. // Source : JPL-Caltech/Jason Major
Ganymède, l’une des lunes de Jupiter. // Source : JPL-Caltech/Jason Major

Juice mettra près de sept ans à atteindre la plus grosse planète du système solaire. À partir de 2030, elle fonctionnera pendant au minimum quatre ans. Pendant cette phase, elle survolera les trois lunes plus de trente fois, avec le projet de collecter des données scientifiques pour déterminer s’il existe des conditions propices à la vie dans les océans souterrains.

Un dessin reproduit sur Ariane 5

C’est cette aventure qu’a saisi la jeune Yaryna, âgée de dix ans et lauréate du concours de l’ESA. Dans son dessin, on voit les différentes planètes et lunes clés de cette histoire, chacune agrémentée d’un visage amical. La Terre est mise en scène en train d’envoyer la sonde Juice, que vient d’attraper Jupiter. Autour d’elle, les trois lunes — assoupie, curieuse ou timide.

Ariane 5 JUICE dessin
Le dessin, qui est adapté aux dimensions de la fusée. // Source : ESA

La jeune fille a été sélectionnée parmi quelques milliers de dessins — plus de 2 600 — venant de soixante-trois pays, raconte l’ESA. Le concours, lancé il y a deux ans, s’est achevé mi-mars. Depuis, les techniciens s’affairent autour de la fusée — une Ariane 5 — pour recouvrir la coiffe du dessin. Il s’agira de l’avant-dernier tir de ce lanceur, avant sa retraite.

Très touchant, avec une patte artistique qui rappelle un peu le design de la mission Rosetta, le dessin n’aura en revanche pas l’opportunité de voyager avec la sonde. En effet, la coiffe est un élément qui est éjecté assez tôt lors du décollage, au moment où l’altitude est suffisante pour que le frottement avec l’atmosphère ne soit plus un problème. En somme, le destin redescendra sur Terre.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !