La mission Artémis I a aussi pour objectif d’envoyer des satellites vers la Lune. L’un d’eux est un CubeSat conçu par le Japon. Malheureusement, la communication avec l’engin a été rompue.

La capsule Orion d’Artémis I n’est pas partie seule vers la Lune, le 16 novembre 2022. À bord du Space Launch System (SLS), l’imposante fusée de la Nasa, une dizaine de satellites ont également décollé vers la Lune avec cette première mission du programme Artémis. L’un des plus intéressants est sans doute OMOTENASHI, un CubeSat (un satellite cubique miniature) japonais, destiné à se poser sur la surface lunaire. Mais, le petit engin spatial pourrait être perdu.

Le satellite miniature ne répond plus

OMOTENASHI est développé par la Jaxa, l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise. Sur le compte Twitter de la mission, l’agence a donné des nouvelles peu encourageantes le 17 novembre, au lendemain du décollage du SLS. Le contact a été perdu avec le CubeSat de 12,6 kg, dont les batteries sont vides. Comme le fait remarquer sur Twitter Kaynouky, un internaute qui suit de près les programmes spatiaux en Asie, « la perte du contrôle d’orientation ne pardonne pas dans l’espace, c’est même une situation d’urgence absolue, qui mène parfois à l’échec. » Les chances de reprendre contact avec l’appareil semblent minces.

Le problème a été constaté au moment de la séparation de la charge utile avec la fusée. « Les ondes radio étaient instables », selon le responsable de l’équipe qui surveille OMOTENASHI. L’appareil est censé communiquer avec la Terre via le Deep Space Network, le réseau de télécommunications avec l’espace lointain de la Nasa, et notamment sa station installée à Madrid. Néanmoins, le satellite n’aurait pas réussi à bien établir le lien avec cette station, dans un premier temps.

Le satellite de la Jaxa. // Source : Via Facebook Omotenashi Project
Le satellite de la Jaxa. // Source : Via Facebook Omotenashi Project

Après être parvenues à verrouiller ce signal, les équipes de la mission ont constaté un autre problème. « Les cellules solaires étaient dans la direction opposée au Soleil » (donc, elles ne permettaient pas de produire de l’énergie) et « le vaisseau spatial tournait rapidement ». Un système de propulsion (éjectant du gaz) à bord OMOTENASHI a alors été utilisé, afin de cesser le mouvement de rotation et de tenter de remettre les panneaux solaires bien face à l’astre.

Hors de question pour la Jaxa d’abandonner son satellite

Mais, après ces manœuvres, l’émetteur du satellite OMOTENASHI s’est éteint, vraisemblablement à court de batterie. « Depuis, l’onde radio de transmission n’a pas été récupérée », indique le compte Twitter de la mission. La communication avec le satellite miniature n’a pas pu reprendre.

Malgré tout, les équipes sont optimistes. Elles pensent qu’aucun composant à bord du satellite n’est endommagé et que la mission pourrait encore être menée. « Si l’état de rotation change et que les cellules solaires sont exposées à la lumière, le vaisseau redémarrera. Une fois activé, il commencera automatiquement à émettre des ondes radio, nous continuons donc à le vérifier tous les jours. » Pour l’instant, la Jaxa n’en a pas fini avec OMOTENASHI. Un nouveau point sur la situation sera fait le 21 novembre. « Tant qu’il y aura une possibilité d’atterrir sur la Lune, nous continuerons à faire ce que nous pouvons. »